Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:29
Irlande. Le Sinn Féin pourrait faire une percée (Thomas Lemahieu, L'Humanité, 6 février 2020)

Irlande. Le Sinn Féin pourrait faire une percée

Jeudi, 6 Février, 2020

À deux jours des élections législatives, la formation républicaine anti-austérité devance, dans les sondages, les partis traditionnels de droite. Du jamais-vu à Dublin…

 

À l’avant-veille des élections législatives anticipées en Irlande, samedi, Mary Lou McDonald a gagné sa place à la table des grands, et perdu son nom de famille… Mardi soir, la dirigeante du Sinn Féin, à la tête duquel elle a succédé à Gerry Adams il y a deux ans, a fini par être invitée au principal débat télévisé de la campagne avec les représentants des deux partis faux frères du conservatisme irlandais, le premier ministre sortant, Leo Varadkar (Fine Gael), et Micheal Martin (Fianna Fail), l’un des architectes, avec ses alliés du Parti travailliste et, bien sûr, la troïka, du plan d’austérité qui a ravagé le pays lors de la crise dite « des dettes publiques » à partir de 2008. Avec 25 % des intentions de vote (contre 14 % lors des dernières législatives en 2016), son parti, qui vient de reprendre sa place au pouvoir dans la coalition incontournable avec les unionistes du DUP en Irlande du Nord, est désormais en tête des sondages au sud de l’île, devant le Fianna Fail (23 %) et le Fine Gael (20 %). Alors que les Verts sont attendus à 8 %, les travaillistes et les sociaux-démocrates gravitent autour de 4-5 % chacun, tout comme l’extrême gauche (PBP et Solidarity).

Panique au sein des élites

Lors de cette campagne, « Mary Lou », comme l’appellent donc ses partisans, incarne l’aspiration au « changement », très puissante dans la population. En convoquant ces élections, le néolibéral Leo Varadkar avait fait le pari que le Brexit, officiellement engagé depuis le 31 janvier, pèserait très lourd dans les choix des électeurs, mais après des années d’austérité, l’exigence de nouvelles réponses aux urgences sociales – l’accès au logement, les services publics, la crise dans le secteur hospitalier, la protection sociale et les retraites – s’avère bien plus forte. « L’establishment politique du Fine Gael ou du Fianna Fail trouvera toutes les bonnes raisons du monde afin de justifier les allègements fiscaux pour les grandes multinationales, lance la présidente du Sinn Féin, elle-même candidate dans la circonscription de Dublin-Centre. Et il trouvera toutes les bonnes raisons du monde pour ne tenir aucun compte des salariés et des citoyens de cet État. »

Selon Focus, une association qui lutte contre ce fléau, près de 4 000 enfants vivent sans domicile fixe en Irlande. « Nous avons besoin d’urgence que le prochain gouvernement en fasse une priorité et leur assure un futur », lance sa porte-parole, Rosemary Hennigan. Face à leur incurie depuis des années, les partis de droite cherchent à faire diversion en avançant des statistiques tronquées sur les SDF en Irlande du Nord, là où le Sinn Féin exerce déjà le pouvoir. La principale formation de gauche en Irlande, désormais en position de prendre le pouvoir, promet une « baisse » et un « gel des loyers » sur les trois prochaines années. Même distinction radicale sur les pensions où les deux partis de droite veulent allonger encore l’âge de départ à la retraite, au-delà de 67 ans : « Leo Varadkar, qui bénéficiera de plusieurs régimes de retraite, explique aux gens ordinaires qui ont travaillé dur toute leur vie qu’ils ne pourront pas prendre leur retraite à l’âge de 65 ans, c’est extraordinaire », persifle Mary Lou McDonald.

Devant cette forte poussée dans les sondages, la panique gagne au sein des élites qui réactivent leur plan le plus grossier pour contrer le Sinn Féin, dirigé par une femme installée à Dublin et sans aucun lien avec le passé des « Troubles » en Irlande du Nord. Depuis que le parti républicain anti-austérité fait la course en tête dans les sondages, les médias dominants multiplient les « témoignages chocs » pour renvoyer l’ex-branche politique de l’Armée républicaine irlandaise (IRA) à la clandestinité. Mary Lou McDonald a, par exemple, été sommée par ses adversaires de pousser à la démission son camarade Conor Murphy, le ministre des Finances en Irlande du Nord, coupable de mansuétude, selon eux, à l’égard des partisans de l’IRA. Une grosse ficelle à l’effet, cette fois, très incertain… 

Thomas Lemahieu

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011