Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 08:05

Blanquer (très) généreux avec le privé

Mardi, 7 Janvier, 2020

Outre l’obligation pour les communes de financer les maternelles privées, Un décret paru fin décembre élargit encore les compensations…

Il tergiverse sur les salaires des profs. Mais, lorsqu’il s’agit de soutenir l’école privée, Jean-Michel Blanquer n’a aucun problème à sortir le chéquier. Un décret publié au Journal officiel le 31 décembre et orchestrant la loi Blanquer vient de nouveau en faire la preuve. Présenté comme une grande avancée ­sociale, ce texte voté en juillet dernier abaisse l’âge de l’instruction obligatoire de 6 à 3 ans. Avec, pour conséquence, de contraindre les communes à financer désormais la scolarité de tous les enfants de maternelle. Ceux des établissements publics (ce qu’elles font déjà), mais aussi, et c’est la nouveauté, ceux des maternelles privés sous contrat…

Ce cadeau au privé a bien sûr fait grincer des dents. Or, à la lecture du décret d’application paru la semaine dernière, il s’avère que les étrennes vont être encore plus généreuses. Jusqu’ici, le ministre avait promis de compenser l’effort des municipalités uniquement pour celles qui n’attribuaient aucun financement aux maternelles privées. Coût pour l’État : environ 100 millions d’euros. Finalement, le décret ne fait aucune distinction entre communes. Toutes vont bénéficier de la prise en charge du surcoût occasionné par la loi Blanquer. Ce qui va inévitablement faire grimper la facture budgétaire bien au-delà des 100 millions d’euros initialement prévus…

Bref, l’enseignement ­catholique peut sabrer le champagne et saluer cette rentrée inespérée d’argent frais et public. D’ailleurs, ses responsables ne comptent pas perdre de temps. Ils ont déjà prévu, compte tenu de ce nouveau mode de calcul, de réclamer aux communes dès cette année les versements correspondant à l’égalité complète entre les deux systèmes éducatifs. Espérons qu’ils remercient aussi Jean-Michel Blanquer. L’ancien élève du collège privé ­Stanislas, à Paris, semble avoir bien retenu les leçons de son enfance.

Laurent Mouloud

 

Ils n'ont pas honte! - Blanquer (très) généreux avec le privé L'Humanité, 7 janvier 2020 (et Café pédagogique)

Voir aussi cet article du café pédagogique:

 

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/01/06012020Article637138935376721237.aspx

Blanquer généreux avec les maternelles privées 

 

Finalement toutes les communes pourront demander une compensation de l'Etat pour la prise en charge des maternelles privées. L'extension à 3 ans de l'instruction obligatoire fixée par la loi Blanquer impose aux communes la prise en charge des dépenses des maternelles privées sous contrat. C'est son principal effet, les jardins d'enfants étant prolongés et la scolarisation à 3 ans à Mayotte ou en Guyane de tous les enfants n'étant pas prévue avant des années. Si le nombre d'enfants scolarisés en maternelle ne devrait pas ou très peu augmenter en 2020, par contre tout change pour les maternelles du privé sous contrat dont les frais seront pris en charge dans toutes les communes grâce à un transfert financier de l'Etat.  

C'est ce qui résulte du décret et de l'arrêté publiés au J.O. du 31 décembre. " En ce qui concerne les classes élémentaires et préélémentaires, les communes de résidence sont tenues de prendre en charge, pour les élèves domiciliés sur leur territoire et dans les mêmes conditions que pour les classes correspondantes de l'enseignement public, les dépenses de fonctionnement des classes sous contrat, sous réserve des charges afférentes aux personnels enseignants rémunérés directement par l'Etat", affiche le décret qui modifie l'article R 442-44 du Code de l'éducation. L'arrêté fixe les documents comptables à fournir.

Le ministre avait d'abord déclaré que la subvention de l'Etat ne serait versée qu'aux communes qui n'avaient pas avant la loi soutenu les maternelles privées. Finalement le décret va au-delà en ne distinguant pas entre les communes. Toutes vont pouvoir bénéficier de la prise en charge du surcoût causé par la loi Blanquer. Seules celles qui traitaient déjà à égalité les maternelles privées et publiques, par exemple en rémunérant les atsem des écoles privées, ne bénéficieront pas du soutien de l'Etat. Celui-ci sera établi au vue de la hausse réelle de dépenses entre 2018-2019 et 2019-2020.

 

Le principal effet de la loi Blanquer sera bien ce vaste transfert d'argent public vers l'école privée. Le budget 2020 l'estime à 100 millions. Mais le nouveau mode de calcul, qui impose un coût réel par élève égal entre public et privé,   pourrait faire monter le transfert vers le privé au delà des 100 millions.

 

En septembre 2019, Yann Dorison, secrétaire général adjoint de l'enseignement catholique, prévoyait une montée en douceur pour les communes. "Nous allons réclamer ce qui nous est dû, mais intelligemment", disait-il. "Si l'écart est important entre le montant du forfait versé par les communes et celui qu'elles devront verser dès que les décrets d'application seront passés, il faudra planifier cette montée en charge... S'il est possible de mettre au point des échéanciers , il ne sera pas question de discuter du montant du forfait". Le mode de calcul final adopté par le ministre va permettre à l'enseignement catholique de demander dès 2019-2020 des versements correspondant à l'égalité complète entre les deux systèmes éducatifs. Pour les écoles catholiques c'est un afflux de ressources inespéré.

 

Le décret

L'arrêté

Y Dorison

Dossier Loi Blanquer

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011