Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2019 7 29 /12 /décembre /2019 07:23
Berrien. Les élus disent non aux armes nucléaires (Ouest-France, 21 décembre 2019)

Berrien s'était déjà déclarée commune hors TAFTA. Son maire Paul Quemener, et sa première adjointe, Marie-Pierre Coant, sympathisants Front de gauche et communistes (Paul Quemener avait été présent sur la liste Front de Gauche aux Sénatoriales en 2014), soutenaient Ian Brossat pour les élections européennes. Des élus qui s'engagent pour le progrès humain et social.

Lors du conseil municipal du 11/12/2019 à Berrien, les élus ont adopté à l'unanimité le voeu exprimé dans la lettre de l'ICAN.
Ci-joint l'article de l'Ouest France.

 

Berrien. Les élus disent non aux armes nucléaires (Ouest-France, 21 décembre 2019)

Lors du conseil municipal qui s’est déroulé mercredi soir, à la mairie, le conseil municipal a évoqué le traité d’interdiction des armes nucléaires. La commune adhère donc à l’appel des villes pour cette abolition se disant « profondément préoccupées par la lourde menace que les armes nucléaires posent aux communautés à travers le monde ». Elles sont fermement convaincues que leurs habitants ont le droit de vivre dans un monde libre de cette menace. Toute utilisation, délibérée ou accidentelle, d’arme nucléaire aurait des conséquences catastrophiques durables à grande échelle pour la population et l’environnement. La commune soutient donc ce traité sur l’interdiction des armes nucléaires et appelle le gouvernement à y adhérer.

Berrien. Les élus disent non aux armes nucléaires (Ouest-France, 21 décembre 2019)

L'Appel des villes | ICAN France

L’Appel des villes

Lors du II ème Forum mondial sur la violence urbaine et l’éducation pour la coexistence et la paix qui s’est tenu du 5 au 8 novembre 2018 à Madrid, ICAN a lancé un appel aux municipalités du monde entier pour qu’elles prennent des mesures pour soutenir l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Les villes de Berlin, Bern, Bruges, Sydney, Melbourne, Toronto, Milan, Baltimore, Los Angeles, Waschington(et d’autres) ont déjà décidé d’adhérer à cet Appel.

Pourquoi un maire doit adhérer à cet Appel ?

Les villes ont été les premières à engager des programmes d’actions (Agenda 21) pour lutter contre le changement climatique. Face aux problématiques planétaires, elles ont toujours été en première position, car elles savent que cette pression positive au niveau local aura un effet au niveau national et international. En retour, chaque avancée internationale aura un effet positif pour ses concitoyens.

Les villes sont les principales cibles des armes nucléaires. Cette réalité doit tous nous interpeller. En cas de détonation nucléaire (peu importe sa localisation à travers le monde), c’est l’ensemble de la communauté internationale qui en subira les conséquences humanitaires, sanitaires et environnementales pour une durée indéfinie. La création du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires est une avancée sans précédent pour mettre fin à la menace de ces armes de destruction massive. La création de cette interdiction va permettre de faire avancer les processus de désarmement nucléaire, malgré sa complexité.

Le Maire a une pleine responsabilité pour assurer la sécurité de sa population. Il l’assure à travers une sécurité publique, sanitaire, économique et un environnement sain. Chacune de ses politiques réalisées ont pour objectif que ces concitoyens vivent dans les meilleures conditions. Un maire responsable ne peut donc pas ignorer une menace, c’est son devoir d’agir.

Aucune ville n’a le droit d’être ciblée par une arme de destruction massive. Des armes qui viendront détruire des écoles, des musées, des hôpitaux et enlever la vie aux populations. Des biens que des politiques publiques auront longuement mis en place par des efforts humains et financiers importants.

La seule façon efficace de faire face à ce danger potentiel est d’interdire et d’éliminer les armes nucléaires. En soutenant le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, le Maire affirme donc le droit des habitants de sa ville à vivre dans un monde libre de la menace nucléaire.D’ailleurs ce droit est souhaité par une majorité de Français. Exactement 67%, (sondage IFOP du 4 juillet 2018) se disent favorables à la ratification du TIAN par la France.

Un Maire peut aider à la naissance d’une prise de conscience nationale de la nécessité de se protéger de ces armes de destruction massive. Il a su le faire en protégeant ses habitants en utilisant moins (ou plus du tout) de pesticides, d’engrais, de produits chimiques dans les mobiliers urbains, d’OGM dans les cantines scolaires. Ces initiatives n’ont qu’un but : donner une sécurité à ces citoyens… Alors demandez-lui aussi de vous donner une sécurité en soutenant l’Appel des villes, pour faire progresser la norme incarnée par le TIAN.

Ce sont nos villes qui peuvent jouer un rôle influent pour mettre fin à la nouvelle course aux armements nucléaires et engager définitivement un processus d’élimination totale.

 

L’Appel : « Notre ville est profondément préoccupée par la lourde menace que les armes nucléaires posent aux communautés à travers le monde. Nous sommes fermement convaincus que nos habitants ont le droit de vivre dans un monde libre de cette menace. Toute utilisation, délibérée ou accidentelle, d’arme nucléaire aurait des conséquences catastrophiques durables et à grande échelle pour la population et pour l’environnement. Par conséquent, nous soutenons le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires et appelons notre gouvernement à y adhérer. »

Procédure : Le maire doit nous faire parvenir un courriel à coordination(@) icanfrance.org indiquant que sa ville a accepté de signer l’Appel des villes de ICAN et il peut également prendre des mesures supplémentaires comme : 

  • Écrire au gouvernement : Informer le ministre des Affaires étrangères que votre ville a approuvé l’appel des villes de ICAN.
  • Informer les médias : Publier un communiqué de presse annonçant que votre ville a rejoint cette campagne mondiale.
  • Informer les parlementaires de sa commune et ses habitants : Faire circuler l’information ou organiser une exposition publique sur la menace des armes nucléaires et les efforts internationaux pour éliminer cette menace.

 

Mayors For Peace – Les Maires pour la Paix

Cet appel est également relayé et soutenu par le réseau mondial de l’ONG des Maires pour la Paix ; un réseau présidé par les maires d’Hiroshima et de Nagasaki, qui rassemble plus de 7 000 collectivités locales dans 158 pays, dont 150 en France. Ces collectivités s’engagent à travailler pour une culture de la paix dans un monde enfin libéré de la menace des armes nucléaires. La branche française de l’ONG Maires pour la Paix est présidée par Philippe Rio, maire communiste de Grigny ; ICAN France encourage les villes françaises à :

  • Devenir membre du réseau Maires pour la Paix France.
  • Organiser une exposition (disponible soit vers Maires pour la Paix France ou ICAN France) pour informer sur les effets des armes nucléaires et les moyens d’agir pour leur élimination.
  • Commémorer  l’anniversaire des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki en 1945, par des évènements publics.
  • Adopter un vœux en conseil municipal dans lequel il est exprimé un soutien à l’élimination des armes nucléaires.
Berrien. Les élus disent non aux armes nucléaires (Ouest-France, 21 décembre 2019)

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/finistere-un-appel-mondial-des-villes-en-faveur-du-traite-d-interdiction-des-armes-nucleaires-6385703

Finistère. Un courrier aux 269 maires pour signer l’appel mondial contre les armes nucléaires

Le 17 mai, la Ville de Paris a été la première Française à signer l’appel mondial des villes en faveur du traité d’interdiction des armes nucléaires. Rappelant que « la concentration à l’Île Longue de l’essentiel de notre force nucléaire en fait une cible privilégiée », le Collectif finistérien pour l’interdiction des armes nucléaires (CIAN29) vient d’écrire aux 269 maires du Finistère pour les inviter à imiter la capitale de l’Hexagone en signant cet appel mondial.

« Le 7 juillet 2017 aux Nations Unies, 122 pays ont voté en faveur de l’adoption du traité d’interdiction des armes nucléaires. La France n’a pas pris part au vote, rappellent Christian Colimard, du Mouvement de la Paix du Sud-Finistère, et Roland de Penanros, de l’Université européenne de la Paix. Le 17 mai 2019, en signant l’appel mondial des villes en faveur de ce traité, Paris est devenue la première ville française à lui apporter son soutien et à appeler notre gouvernement à y adhérer. »

APPEL DES VILLES | DR

Une lettre aux 269 maires

Dans le cadre de la campagne conduite par Ican France [branche française de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires, récipiendaire du Prix Nobel de la paix 2017] pour qu’un maximum de villes s’engagent à la suite de Paris en faveur de ce traité, le Collectif finistérien pour l’interdiction des armes nucléaires (CIAN29), qui regroupe une quinzaine d’associations et d’organisations syndicales et politiques à l’initiative du Mouvement de la paix et de l’Université européenne de la Paix, vient d’adresser une lettre aux maires des 269 communes du département du Finistère.

Rappelant que « la concentration à l’Île Longue de l’essentiel de notre force nucléaire en fait une cible privilégiée et [que] les populations de tout le département et bien au-delà seraient les premières victimes des effets dévastateurs d’une attaque nucléaire de ce site », le collectif invite les maires « à signer cet appel et participer ainsi, de manière simple, mais directe, à une étape supplémentaire vers l’élimination des armes nucléaires et de la menace que leur utilisation, intentionnelle ou accidentelle, ferait peser sur [leurs] concitoyens et toute l’humanité. »

Ainsi, le collectif invite les 269 maires du Finistère « à faire entendre la voix des villes et des cités en adhérant à cet appel ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011