Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 05:44

 

On en viendrait à ne plus aimer l’histoire dans sa désespérante répétition et son épuisante répétabilité. Il était une fois dans un vieux pays des gouvernants qui se croyaient jeunes parce qu’ils avaient moins de 50 ans alors qu’ils menaient la contrée, comme au temps de Louis-Philippe, le roi imposteur de la Révolution populaire de 1830. À l’époque, les élites, tout comme aujourd’hui, n’avaient qu’une seule obsession : « enrichissez-vous ». Et tant pis pour ceux qui demeuraient, malgré leur dignité et leur travail, dans le besoin et la nécessité. Les moins fortunés n’eurent qu’une solution : s’unir encore une fois, lutter encore une fois, descendre dans la rue encore une fois, se suicider dans le pire des cas encore et toujours, tomber malade du travail le plus souvent, et finalement s’appauvrir sur le long terme. Pire, ils vécurent le drame de ne pas bien faire le travail qu’ils aimaient, soigner les autres gratuitement, sans compter, sans demander de papiers. Alors il fallut construire le rapport de forces, encore et toujours, et devant le scandale public du délabrement des hôpitaux, finalement, au bout du bout, les gouvernants entendirent une voix monter et consentirent après tant de dégâts humains, sociaux et médicaux à daigner s’intéresser à la santé publique. Ce pays, c’est la France de l’extrême centre. Mais par quelle malédiction sommes-nous obligés de plaider pour la bonne gouvernance, et rien de plus, celle qui n’attend pas le désespoir social pour agir, celle qui anticipe les problèmes pour les régler plutôt que d’agir mal dans l’urgence et une fois le rapport de forces en sa défaveur créé ? L’histoire ne sert désespérément à rien, hélas. Et bientôt les retraites, et bientôt la crise des universités à bout, et bientôt l’État pauvre comme Job quand il aura tout vendu de ses biens… Alors revient en mémoire la magnifique loi de juin 1793, lorsque les conventionnels inventèrent la pension pour les vieux travailleurs, les soins pour les filles-mères, les allocations familiales pour les foyers de plus de trois enfants, les soins à domicile pour les accidentés du travail. Qui veut la lutte ? ceux qui expriment des demandes de bon sens, légitimes et simples ou ceux qui font semblant de ne point entendre, sachant qu’en ultime recours ils enverront la police réprimer ou bien devront lâcher dans la panique quelque argent pour mieux cacher la détresse sociale qu’ils construisent ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011