Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 15:25
Fréderic Joly nous fait redécouvrir la vie et l'oeuvre de Victok Klemperer, penseur allemand anti-nazi qui décrypta la novlangue du 3e Reich

Essai. Le langage signifie

Lundi, 25 Novembre, 2019

La Langue confisquée. Lire Victor Klemperer aujourd’hui Frédéric Joly Éditions Premier Parallèle, 288 pages, 19 euros
Frédéric Joly consacre un essai à l’œuvre du philologue Victor Klemperer, rare survivant juif de Dresde, témoin de la réalité de l’horreur nazie au quotidien.

 

Frédéric Joly nous avait donné, en 2015, l’important essai biographique Robert Musil. Tout réinventer (Seuil). Il est aussi le traducteur de grands auteurs de la première moitié du XXe siècle (Georg Simmel, Walter Benjamin) et contemporains (Jürgen Habermas, Eva Illouz). Il sait bien que les œuvres littéraires, philosophiques sont toujours contemporaines les unes des autres, se lisent ensemble, les unes dans les autres. C’est toute la question de la langue, qui est plus vraie que celui qui la parle, comme le pensait Victor Klemperer, à qui Frédéric Joly consacre un nouvel essai. Victor Klemperer (1881-1960), fils de rabbin, converti au protestantisme, est professeur de romanistique à Dresde quand, en 1934, il est destitué de ses fonctions en tant que juif ; il n’a alors plus le droit d’enseigner. Il avait une chaire, il va maintenant balayer la neige…

Il faut dire aussi que les Klemperer ne se voyaient vivre ni en Amérique du Nord, ni en Amérique du Sud, et moins encore en Palestine – « le projet sioniste suscitant à cette date la plus vive antipathie du philologue », dit Frédéric Joly. Et le fait d’être marié à une « Aryenne » – Eva, protestante, pianiste – va lui conférer un statut particulier, « qui ne peut que le distinguer de la grande majorité des juifs allemands », dit encore Joly. Victor Klemperer sera celui qui va consigner les douze années des nazis, de 1933 à 1945, dans un immense journal de 2 000 pages qui ne paraîtra en Allemagne qu’en 1995, en deux volumes : Mes soldats de papier. Journal 1933-1941 et  Je veux témoigner jusqu’au bout. Journal 1942-1945 (Seuil, 2000).

Créée de toutes pièces, la rhéthorique nazie décryptée

Jusqu’en 1933, le mot de Renan « Tout est possible, même Dieu » lui était apparu comme un bon mot sarcastique. Mais, à partir de cette date fatidique, il en fera sa devise, « sa religiosité à lui » (dit Frédéric Joly). Dès lors, le philologue va s’astreindre quotidiennement à scruter le langage du pouvoir, « qui devient aussi celui de la rue ». Il va « écouter » autant par prudence que par intérêt intellectuel. Plus tard, il baptisera ce nouveau langage LTI (Lingua Tertii Imperii). C’est la langue du IIIe Reich : un média de masse créé de toutes pièces « à partir de ce que les nazis ont décidé de tenir pour rien : la langue », comme l’analysera aussi la philosophe Catherine Perret. Klemperer s’était d’abord intéressé à la langue du XVIIIe siècle français (Voltaire, Montesquieu, Rousseau), jusqu’à ce qu’on lui interdise tout accès en bibliothèque (on lui interdira bientôt le téléphone, sa maison, son auto, les sorties, etc.).

Longtemps, il fit « comme si » – comme si l’Allemagne ne s’enfonçait pas dans le désastre, comme si la haine ne le concernait pas. Mais le réel a vacillé, est devenu cauchemardesque : « L’horreur que je suis en train de vivre, disait-il, est-ce que je la vis bien ? » Mais c’est précisément ce « doute de la fermeté du réel » qui fait les œuvres… Victor Klemperer est un « réchappé », un survivant. Il est l’un des douze survivants de la communauté juive de Dresde, qui, en 1933, comptait un peu moins de 6 000 membres. Il a survécu aussi à l’anéantissement de sa ville, en 1945, et a vite fait le constat que tout, en Allemagne, devait être recommencé de zéro. Dans ses Carnets d’un philologue, il évoquera le rôle du romantisme dans le suicide de l’Allemagne, certain qu’il était d’un lien étroit entre romantisme allemand et nazisme. C’est une terrible accusation, qu’il nuancera plus ou moins… Mais c’est cela « lire Klemperer aujourd’hui », c’est avoir la certitude inébranlable que la vérité est une fonction permanente du langage, dit Frédéric Joly. Oui, le langage signifie…

Didier Pinaud

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011