Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 06:31

 

Le Brésil de Lula a été l’objet des rêves d’une gauche européenne. Celui de Bolsonaro s’apparente à un cauchemar mené par d’anciens « Chicago Boys ». Saisir à la fois les échecs endogènes des gauches latinos et la soif de revanche d’une petite élite ultra-libérale peut clarifier un regard brouillé et clivé sur le géant lusophone.

 « Je hais les voyages et les explorateurs. » Le fameux incipit de Tristes Tropiques, que l’anthropologue Claude Lévi-Strauss écrit après ses séjours au Brésil, demeure pertinent pour la situation actuelle. Le Brésil est en effet l’objet des fantasmes d’une gauche européenne qui aime y faire du tourisme idéologique, mais aussi le laboratoire d’une certaine droite qui fait rimer exploration et exploitation.

L’Amérique latine en général, et le Brésil en particulier, est ainsi le lieu d’une double projection, les rêves de la gauche d’un côté, le cauchemar néolibéral de l’autre. Une situation qui brouille, depuis déjà longtemps, le regard que l’on porte ici sur ce qui se passe là-bas, et divise celles et ceux qui commentent ce qui s’y déroule. La victoire à l’élection présidentielle, il y a tout juste un an, de Jair Bolsonaro, catalysée par l’enfermement de l’ex-président Lula, a encore fait rejouer les failles et crispé les positions.

Les uns s’indignent ainsi du fait que toute une partie de la gauche européenne défende mordicus Lula et le Parti des travailleurs (PT), en dépit de faits de corruption avérés, et ne veulent voir dans l’ancien président qu’un « prisonnier politique ». Les autres ne décolèrent pas contre l’aveuglement politique de ceux qui ne s’interrogent pas sur les conditions de la reprise en main idéologique et économique du pays par une élite menée par d’anciens « Chicago Boys » décidés à prendre leur revanche sur le PT en appliquant au Brésil d’aujourd’hui les recettes mises en place dans le Chili de Pinochet.

Les Chicago Boys désignent ce groupe d’économistes sud-américains formés à l’université américaine sous la houlette de Milton Friedman, ayant mis en œuvre les réformes ultra-libérales de la dictature d’Augusto Pinochet entre 1973 et 1982. Le prix Nobel d’économie de 1976 avait en effet convaincu le général putschiste, plutôt acquis initialement à une vision planifiée de l’économie, de leur laisser les rênes pour expérimenter, à taille réelle, ses préceptes économiques : privatisations massives, restriction du rôle de l’État, ouverture des marchés, retraites par capitalisation, réduction des impôts…

Parmi les diplômés brillants qui rejoignent alors Santiago, un jeune Brésilien, Paulo Guedes, qui s’est notamment lié d’amitié, sur les bancs de l’université de Chicago, avec Jorge Selume Zaror, futur ministre du budget de Pinochet.

Or, Paulo Guedes est aujourd’hui le ministre le plus puissant du gouvernement Bolsonaro, à la tête d’un portefeuille qui fusionne ceux de l’économie, des finances, de l’industrie, de la planification, de l’emploi et du commerce extérieur. Cet ancien banquier est aussi l’homme qui, pendant la campagne électorale brésilienne, a activé ses réseaux pour faire d’un ancien militaire reconnaissant lui-même son absence de compétences en économie, un candidat adoubé par les milieux d’affaires.

En prenant ses fonctions, le super-ministre de l’économie a nommé plusieurs ex-Chicago Boys à des postes stratégiques. Roberto Castello Branco, diplômé de l’université où enseignait Milton Friedman au même moment que Paulo Guedes, a pris la tête de Petrobras, l’entreprise nationale pétrolière au cœur de la corruption de la classe politique brésilienne et des accusations contre Lula. Quant à l’économiste Rubem Novaes, également passé par cette université de Chicago, il a obtenu les rênes de la Banco do Brasil.

Comme l’expliquait alors aux Échos un autre économiste brésilien, Carlos Langoni : « Je plaisantais l'autre jour avec Paulo Guedes en lui disant : “Nous ne sommes plus des Chicago Boys, nous sommes des Chicago Grandfathers.” Mais il m'a immédiatement corrigé : “Il vaut mieux parler de Chicago Oldies.” »

Qu’ils préfèrent se faire passer pour des « grands-pères » ou des « anciens », ces ex-Chicago Boys prennent le contrôle économique du Brésil dans un contexte particulier, et avec une revanche à prendre. L’Amérique latine est en effet le continent où les mesures « d’ajustements structurels » du consensus de Washington, dont l’université de Chicago a été une des matrices intellectuelles, ont été appliquées avec le plus de vigueur et d’aveuglement.

Mais l’Amérique latine est aussi le lieu où ce même consensus a été le plus frontalement contesté par les leaders de gauche qui accèdent au pouvoir au tournant des années 2000 : Hugo Chávez au Venezuela en 1999, Luiz Inácio Lula au Brésil en 2002, Nestor Kirchner en Argentine en 2003, Evo Morales en Bolivie en 2005, Michelle Bachelet au Chili en 2006, Rafael Correa en Équateur en 2007…

Ces gouvernants n’ont en réalité pas grand-chose à voir les uns avec les autres, mais ils constituent néanmoins tous un moment de forte rupture politique et économique, d’autant plus dans les pays qui élisent alors, pour la première fois de leur histoire, des dirigeants qui ressemblent à leur peuple : un syndicaliste issu d’une famille nombreuse et très pauvre émigrée du Nordeste vers São Paulo au Brésil ou un Indien représentant des petits cultivateurs pour la Bolivie.

Pour la gauche européenne qui a encore du mal à se relever de la chute du mur de Berlin, l’Amérique latine devient alors un espace où elle peut projeter un autre récit que le Tina (There is no alternative) cher à Margaret Thatcher. Du Forum social mondial dont la première édition se tient à Porto Alegre en 2001 pour structurer la dynamique altermondialiste enclenchée dans les contestations contre l’OMC, jusqu’à l’intérêt de nombreux mouvements écologistes et climatiques envers les thématiques des droits de la Terre Mère ou du « buen vivir » promues en Équateur ou en Bolivie, l’Amérique latine devient alors un territoire d’espoir pour les gauches européennes.

« Le Brésil, laboratoire mondial »

Observées depuis la fin des années 2010, ces expériences progressistes laissent un goût amer et le sentiment d’une fin de cycle, puisqu’elles s’avèrent au mieux inabouties, au pire perverties. La « révolution bolivarienne » au Venezuela a conduit à un effondrement économiquepolitique et anthropologique du pays, marqué par un exode dont l’ampleur n’est guère comparable qu’à la Syrie.

Rafael Correa, présenté comme un héros et héraut progressiste, n’a jamais hésité à piétiner et intimider la presse et fait le choix d’une économie extractiviste en opposition avec les principes affichés dans la Constitution inédite qu’il avait fait adopter. Les angles morts d’Evo Morales sont également nombreux, en premier lieu sa promotion d’une agro-industrie incompatible avec les « droits de la nature » et le respect de la Terre Mère.

Quant au Parti des travailleurs, si la politique volontariste de Lula a effectivement permis, notamment grâce à la Bolsa Familia, la sortie de millions de Brésiliens de la pauvreté, le leader historique du PT ne s’est pas attaqué au système de corruption endémique, laissant ainsi prospérer les intérêts des grandes industries du pays, même quand ils étaient en contradiction avec ceux des travailleurs qu’il était censé défendre.

Nombre de ces expériences latino-américaines, qui allaient parfois jusqu’à prétendre inventer des formes nouvelles de socialisme ou d’éco-socialisme, ont ainsi laissé intacts plusieurs fondamentaux du capitalisme mondialisé, en dépit de discours frontalement, mais souvent formellement, en rupture avec le consensus de Washington : surexploitation des ressources naturelles, champ libre laissé aux spéculations financières, subordination des politiques sociales aux intérêts des poids lourds des industries nationales…

Accuser la seule action souterraine de l’Empire américain, ou de forces néolibérales abstraites, comme le font en particulier les derniers défenseurs du régime vénézuélien, pour expliquer les échecs, demi-mesures ou trahisons des gauches latinos, serait aussi paresseux que de raisonner uniquement en termes de flux et de reflux : une vague de droite succédant à une déferlante de gauche.

De façon similaire, refuser de voir les impasses et les manques des expériences progressistes du continent latino-américain serait aussi inconséquent que de fermer les yeux sur la volonté qui s’est manifestée de clore définitivement l’expérience du PT au pouvoir en la réduisant à une parenthèse néfaste et en enfermant et délégitimant son leader historique.

Le Brésil représente en effet davantage que le Brésil, au sens où la victoire de Lula a été un des premiers emblèmes, à l’échelle d'un pays-continent, d’une contestation effective du consensus de Washington. Une rupture dont l'effet a été d'autant plus sensible dans un pays marqué par des décennies de mesures outrageusement inégalitaires à l’avantage d’une petite élite rarement exempte de liens endogamiques entre les secteurs politiques, économiques, voire judiciaires et journalistiques.

À cet égard, la nomination du juge fédéral Sérgio Moro, au cœur de la lutte contre la corruption et de l’enfermement de Lula, au poste de ministre de la justice de Bolsonaro, qu’il a osé décrire, contre toute évidence, comme un homme « pondéré », « sensé » et « modéré » a légitimement soulevé des soupçons d'instrumentalisation de la justice à des fins politiques, surtout depuis les révélations du média en ligne The Intercept mettant en cause l’impartialité du juge dans ses investigations.

Le Brésil de 2019 n’est pas comparable, terme à terme, au Chili de 1979. Mais l’arrivée aux commandes à Brasília de Chicago Boys devenus grands-pères à de quoi inquiéter, si on saisit bien le moment de durcissement dans lequel le néolibéralisme est engagé pour continuer à imposer des mesures insoutenables socialement et écologiquement.

Ainsi que l’écrivait récemment le philosophe brésilien Vladimir Safatle : « Il est possible que le Brésil soit aujourd’hui un laboratoire mondial dans lequel sont testées les nouvelles configurations du néolibéralisme autoritaire, où la démocratie libérale est réduite à une simple apparence. L’une des conséquences les plus visibles de ce système, c’est la soumission de toute politique environnementale aux intérêts immédiats de l’industrie agroalimentaire. »

Or, c’est dans les dictatures sud-américaines, et au Chili en particulier, que ce néolibéralisme autoritaire a été expérimenté, ainsi que le philosophe Grégoire Chamayou l’a analysé, en rappelant notamment les visites de Friedrich Hayek à Pinochet ou encore son séjour dans l’Argentine de la dictature militaire, sans compter, de ce côté-ci de l’Atlantique, le projet de Constitution que l’économiste envoya au dictateur portugais Salazar après sa prise de pouvoir.

Le chercheur citait notamment un entretien donné par le théoricien britannique de l’ultra-libéralisme à un journal chilien, en 1981, dans lequel il explicitait sa position : « Personnellement, je préfère un dictateur libéral à un gouvernement démocratique sans libéralisme. »

Après le Chili, le Brésil est-il donc en train de devenir le nouveau terrain de jeu des apprentis sorciers prêts à passer par-dessus bord la démocratie au nom de l’application à marche forcée de leurs logiques économiques ? Dirigé par un nostalgique de la dictature, le Brésil a en tout cas installé à la tête de son économie, un homme, Paulo Guedes, dont la réforme phare est une réforme radicale des retraites, passant d’un système de répartition à un système par capitalisation.

Une réforme modelée sur celle mise en place au Chili à la fin des années 1970, lorsque Paulo Guedes y vivait et travaillait, par José Piñera, ancien ministre du travail de Pinochet. Un homme qui se trouve être aussi le frère de l’actuel président chilien, premier chef de l’État chilien depuis Pinochet à avoir envoyé l’armée dans les rues de Santiago pour mater et tuer les manifestants contestant les politiques néolibérales et inégalitaires qu’il a mises en œuvre…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011