Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 05:48
GERDA TARO, LE SOURIRE CACHÉ D’UNE JEUNESSE IMMORTELLE (L’HUMANITE - Lundi 5 Août 2019 - Magali Jauffret)

 

Les lanceurs d'alerte en 1939 11/29. 

Morte en 1937 lors de la guerre d’Espagne et inhumée au mur des Fédérés au Père-Lachaise, elle s’est servie de son appareil photo pour défendre la République contre Franco et Hitler.

« La camarade Gerda Taro nous a assistés de sa présence à trois de nos plus durs combats – stop – Nous regrettons profondément sa mort, survenue à l’avant-garde de la lutte antifasciste et envoyons aux camarades de France nos condoléances les plus émues – stop – Signé : les soldats, officiers et commissaires de la 39e division », stipule le télégramme bleu d’El Major Jofe, qui rend ainsi hommage à la photographe de 27 ans, compagne de Robert Capa, écrasée par un char d’assaut républicain lors de la bataille de Brunete et décédée le 26 juillet 1937 au matin.

On voit, à la teneur de ces lignes, à quel point l’engagement de la photographe, première femme tombée au champ d’honneur du photojournalisme, était total. Gerda, toujours sur la ligne de front avec les Brigades internationales et les républicains qui la surnomment « la Petite Rousse » – visage mutin, silhouette frêle, courts cheveux dorés, tout petits pieds – décide de couvrir le bombardement de Valence. Lors de la bataille de Brunete près de Madrid, alors que la propagande nationaliste affirme que la région est sous contrôle, elle est la seule à témoigner de la réalité de la situation. N’hésitant pas à se mettre en danger pour prendre des clichés, au plus près des combats et des opérations militaires, elle saute sur le marchepied d’un camion qui emmène des blessés à l’hôpital. Mais le camion entre en collision avec un char.

Alberti, Nizan, Aragon, Neruda, présents à ses obsèques

Le 1er août, les obsèques, au mur des Fédérés, de cette fille d’une famille juive d’origine polonaise, qui avait fui l’Allemagne à l’arrivée d’Hitler pour le combattre sur le terrain, rassemblent plus de 10 000 personnes et tournent à la manifestation antifasciste. Les poètes communistes, qui fréquentaient le couple qu’elle formait avec Robert Capa, sont présents : Rafael Alberti qui, avec sa femme, reconnaît son corps, évoque son « sourire d’une jeunesse immortelle » ; Paul Nizan rapatrie son corps à Paris ; Pablo Neruda et Louis Aragon prononcent son éloge funèbre. Ce dernier déclarera : « Le peuple de Paris fit à la petite Taro un enterrement extraordinaire, où toutes les fleurs du monde s’étaient donné rendez-vous. Capa, à mes côtés, pleurait et aux haltes du cortège cachait ses yeux contre mon épaule. »

Sa volonté de s’engager, militer, rassembler, alerter les consciences, se manifeste dès 1930, à Leipzig, lorsque Gerda se joint à des groupes de gauche opposés au nazisme. En 1933, elle est arrêtée pour distribution de tracts anti-nazis et fait l’expérience de la prison. À la fin de la même année, face à la montée de la répression contre les opposants politiques, elle doit quitter l’Allemagne pour Paris. Elle ne reverra plus sa famille.

À Paris, elle fréquente le quartier du Montparnasse ; elle dirige, au café Capoulade, au coin de la rue Soufflot et du boulevard Saint-Michel, dans le Quartier latin, le groupe révolutionnaire Leipziger Kreis et retrouve les membres du SAP (parti socialiste allemand) en exil. C’est là, en septembre 1934, qu’elle fait la connaissance d’un photographe chassé de Hongrie. Ils se présentent l’un à l’autre sous les noms d’André Friedmann et de Gerta Pohorylle, et entament une liaison amoureuse à l’été 1935.

Des pseudonymes créant un mythe

Les temps sont durs. Ses photos à lui se vendent mal. Heureusement, c’est l’époque où la presse est friande de reportages : Regards leur passe commande, mais aussi Ce soir, dirigé par Louis Aragon, et le magazine de photographies Vu, par le père de Marie-Claude Vaillant-Couturier.

Bientôt ce couple, qui est aussi une équipe, a l’idée, sur le modèle du cinéma hollywoodien de Capra et Garbo, de se donner des pseudonymes américains : il signera ses photos Robert Capa et elle, Gerda Taro. Ainsi les retrouve-t-on, en mai 1936, couvrant l’accession au pouvoir du Front populaire, puis aux avant-postes dès que la guerre civile éclate en Espagne.

Travaillant ensemble, leurs clichés sont mélangés et signés Capa. Il faut dire qu’ils partagent la même conception du reportage de guerre : montrer, avant la guerre du Vietnam qui consacrera la proximité entre le photoreporter et ses acteurs, le journaliste « embarqué », aux premières loges pour voir, témoigner, rapporter. À l’époque, ils ne cherchent pas à apparaître neutres. C’est même le contraire. L’appareil photo est leur arme. Ils se battent pour la république, développent sans s’en cacher leurs images dans les laboratoires du commissariat à la Propagande du gouvernement de Catalogne.

Le temps passe. La tombe de Gerda Taro, sculptée par Alberto Giacometti, est profanée par les nazis en 1942. La photographe tombe dans l’oubli, cependant que Capa, qui gagne une reconnaissance mondiale, saute sur une mine en 1954 en Indochine. Dès lors, son frère Cornell et l’agence Magnum, par lui cofondée, font vivre tous ses tirages parfois pris par Taro… jusqu’à ce que réapparaissent, au Mexique, dans des conditions rocambolesques, les 4 500 négatifs de la guerre d’Espagne, contenus dans ce que l’on a appelé la « valise mexicaine » et signés Capa, Stein, Chim et Taro. L’occasion de découvrir que la jeune femme, qui n’a disposé que de onze mois pour s’exprimer, avait un vrai style et une puissance expressionniste qui la singularisaient déjà des trois autres pointures

Magali Jauffret

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011