Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2019 4 08 /08 /août /2019 05:18

 

Chaque jour, l’occupant de la Maison-Blanche cible une personnalité « non blanche ». Un signe explicite envoyé à sa base, clé de sa réélection en 2020, cimentée par le ressentiment racial et xénophobe.

Dès octobre 2017, Ta-Nehisi Coates avait mis dans le mille. L’auteur du tonitruant essai Une colère noire choisissait un titre apparemment provocateur pour son long papier publié dans The Atlantic : « Donald Trump, le premier président blanc ». Sous-titre : « La fondation de la présidence de Trump est la négation de l’héritage d’Obama ». Explication de texte, si nécessaire : « Trump est un phénomène vraiment nouveau : c’est le premier président dont toute l’existence politique dépend du fait qu’il y a eu un président noir. » La thèse prenait de front l’explication communément admise d’une élection improbable permise par les classes populaires blanches et déclassées.

Les études publiées depuis lui donnent raison tout comme… la stratégie de Trump elle-même. Les premières – au nombre de deux dizaines – montrent qu’il n’y a aucun unificateur socio-économique (chômeurs, peur du déclassement) parmi l’électorat de Trump, mais un ciment idéologique formé par le ressentiment racial, quelle que soit sa classe. D’ailleurs, les indicateurs économiques semblent tous au vert et il ne s’en sert que très peu dans ses discours. Il préfère jouer en permanence la « carte raciale », qu’il pense être son atout, voire sa martingale.

Dans la lignée de Richard Nixon et de sa stratégie sudiste

Depuis dix jours, il a franchi un pas supplémentaire. Cela a commencé avec la « brigade » des élues démocrates progressistes (quatre femmes nouvelles élues) qu’il veut renvoyer dans leur pays. Cela s’est poursuivi par une attaque contre un député (africain-américain) de Baltimore, ville « infestée de vermines (…) où aucun être humain ne voudrait vivre ». Le lendemain, c’est le pasteur et commentateur politique noir Al Sharpton qui était accusé de « haïr les Blancs et les flics ». Puis, Don Lemon, de CNN, s’est vu discerner le trophée de l’homme de télévision le plus stupide. Vous aurez deviné sa couleur de peau.

On ne découvre pas que Trump exploite les peurs raciales et qu’il développe une rhétorique nationaliste et xénophobe, un marqueur dès son entrée en campagne au cours de laquelle il dépeignait les immigrés mexicains en « violeurs » et « dealers ». À Charlottesville, en 2017, il voyait des « gens biens » des deux côtés, y compris, donc, du côté des néonazis. Il a manifestement décidé de jeter un peu plus d’huile sur ce feu, potentiel brasier dans ce pays dont la contradiction fondatrice réside dans l’établissement de la première République de l’ère contemporaine et du maintien, concomitant, de l’esclavage. Il fallut attendre trois quarts de siècle et une sanglante guerre civile avant d’en finir avec cette « institution ». Dès 1856, les abolitionnistes contribuèrent à la fondation d’un nouveau parti baptisé « républicain » face au Parti démocrate, hégémonique dans le Sud esclavagiste. Le premier président élu sous ses couleurs se nommait Abraham Lincoln et il publia la « déclaration d’émancipation » au terme de la guerre de Sécession. Cent cinquante ans plus tard, un certain Donald Trump porte les couleurs de ce même parti au terme d’une longue dérive droitière lancée par Richard Nixon et sa « stratégie sudiste ». Celle-ci visait à récupérer les électeurs « négrophobes » sur la base d’un discours raciste, mais décliné en « ultrason », c’est-à-dire sans jamais convoquer de mots « choquants » mais en laissant en permanence entendre à ceux qui le veulent bien de quoi il s’agit : de la suprématie blanche. Trump est passé maître dans cet art, le seul qui lui permettra de survivre politiquement dans un pays où ses idées sont minoritaires. C. D.

 

Partager cet article

Repost0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans INTERNATIONAL

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011