Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 05:20
Les parlementaires communistes avec le député Jean-Paul Le Coq, les sénatrices et sénateurs Laurence Cohen, Pierre Laurent, Christine Prunaud avec Hadja Idrissa BAH notamment (source: page Facebook de Christine Prunaud)

Les parlementaires communistes avec le député Jean-Paul Le Coq, les sénatrices et sénateurs Laurence Cohen, Pierre Laurent, Christine Prunaud avec Hadja Idrissa BAH notamment (source: page Facebook de Christine Prunaud)

Christine Prunaud, sénatrice communiste des Côtes d'Armor et Hadja Idrissa BAH (source: page Facebook de Christine Prunaud)

Christine Prunaud, sénatrice communiste des Côtes d'Armor et Hadja Idrissa BAH (source: page Facebook de Christine Prunaud)

Pierre Laurent, sénateur communiste de Paris, avec Hadja Idrissa BAH (source: page Facebook de Christine Prunaud)

Pierre Laurent, sénateur communiste de Paris, avec Hadja Idrissa BAH (source: page Facebook de Christine Prunaud)

Au Sénat, le 25 et 26 juin
Rencontre avec Hadja Idrissa BAH,
Présidente du Parlement des enfants et des jeunes filles leader de Guinée.
A l’initiative de mes collègues Laurence Cohen et Pierre Laurent une belle rencontre avec cette jeune ambassadrice, activiste du combat en Guinée contre l’excision, le mariage forcé et le viol.
Agée seulement de 19 ans, Hadja nous a exposé avec une conviction rare son engagement contre les violences faites aux femmes et en faveur de l’égalité homme/femme : en Guinée 97 % des filles sont excisées et 52% sont mariées avant leurs 18 ans.
Selon Hadja : « les filles ne sont rien devant les hommes justement parce qu’elles sont des filles ». Et de continuer « il n’y aura pas de parité, tant que la femme est réduite à une minorité ».
La Guinée s’est dotée de loi contre ces violences « mais le problème, c’est leur application » ! Tout en évoquant « le poids des traditions ou des religions qui enferment », elle nous a affirmé que « le meilleur était à venir ».
Je salue le courage et la maturité de Hadja qui démontre une fois de plus que les violences sexuelles sont partout.
Notre combat féministe est universel, ensemble faisons reculer les inégalités basées sur le genre.
Sénateurs Communistes Républicains Citoyens et Écologistes
PCF - monde

(source: page Facebook de Christine Prunaud)

Hadja Idrissa Bah « Les fausses croyances religieuses pèsent plus que la loi  »

Jeudi, 27 Juin, 2019 - L'Humanité

Guinée. Fondatrice du Club des jeunes filles leaders de Guinée, Hadja Idrissa Bah, 19 ans, est dans son pays une figure de la lutte contre les mutilations génitales et le mariage des enfants. Entretien.

 

Comment expliquer qu’en Guinée 97 % des femmes sont victimes d’excision ?

Hadja Idrissa Bah La population est à plus de 90 % musulmane et elle continue d’utiliser ce contexte pour justifier la pratique des mutilations génitales. Or, ce n’est en rien une obligation religieuse. Ceux qui la pratiquent pensent qu’il faut maintenir les coutumes africaines. De plus, l’excision est une forme de commerce.

Un commerce ?

Hadja Idrissa Bah Aujourd’hui, on organise des cérémonies au cours desquelles on donne de l’argent aux exciseuses pour qu’elles déclarent devant les médias qu’elles vont « lâcher le couteau ». Mais la somme ainsi gagnée est épuisée en trois jours et elles reprennent leur activité. Il faut donc privilégier des actions de longue durée, former ces femmes pour qu’elles aient des activités génératrices de revenu, comme cela s’est fait avec succès au Sénégal. La deuxième question à se poser est celle des parents. Ils vendent notre corps. Lorsqu’on ampute notre corps – et je veux prononcer ce mot-là –, lorsqu’on enlève une partie intime de nous, les parents s’attendent à ce que les marraines et parrains offrent des habits et cadeaux. Il faudrait sensibiliser, informer davantage les parents.

Quels sont les autres atteintes aux droits des femmes ?

Hadja Idrissa Bah 51 % des jeunes filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. Des filles de 13, 12 ans sont données à un époux. Certaines grandes filles également, parce que, dans notre communauté, on pense qu’une fille non mariée ne peut participer à toutes les cérémonies. Elle n’est pas considérée comme une grande personne et est mise de côté. Les ONG et le gouvernement s’inquiètent également des viols sur des mineurs, contre des jeunes filles, parfois des bébés, par les parents, les proches, les voisins et des enseignants. Enfin, on observe une déscolarisation des jeunes filles. Lorsqu’elles se marient, elles sont obligées d’arrêter leurs études pour s’occuper du foyer.

L’État est-il volontariste pour faire appliquer les lois contre l’excision et le mariage précoce ?

Hadja Idrissa Bah Il est engagé tant au niveau national qu’international. Ainsi, la Guinée est le quatorzième pays à avoir signé la convention mondiale sur les droits des enfants. Notre Code pénal, notre Code civil et notre Code des enfants abordent tous la protection des jeunes filles contre les mutilations génitales féminines, le mariage des enfants et le viol des mineurs. Mais les traditions, les coutumes et les fausses croyances religieuses pèsent plus que la loi.

C’est donc une bataille culturelle que vous menez avec le Club des jeunes filles leaders que vous avez fondé ?

Hadja Idrissa Bah Nous tentons de faire en sorte que les lois soient appliquées. Nous vulgarisons celles-ci, pour qu’elles ne soient pas gardées dans des tiroirs. À tous les niveaux, on sensibilise les jeunes filles, les leaders religieux, communautaires et politiques et suscitons des actions répressives avec la police pour empêcher le mariage des enfants.

Quels types d’action menez-vous ?

Hadja Idrissa Bah La loi est avec nous. Une fille qui va être mariée ou un membre de sa famille peut nous appeler en numéro masqué. On donne alors rendez-vous à la fille ; on échange avec elle, on lui redonne confiance et on l’emmène. On joue en quelque sorte à une prise d’otage. On la place en sécurité et, avec la police, on va chez ses parents. On le fait parfois dans ma voiture, car les policiers n’ont pas de carburant. On leur dit : « Vous voulez donner votre fille en mariage, mais savez-vous que la loi l’interdit ? » Certains l’ignorent, d’autres disent qu’ils ont toujours donné leurs enfants en mariage. On leur explique quelles sont les amendes et peines de prison encourues. Quand ils reviennent sur leur décision, ils prennent l’engagement de ne pas faire de mal à la fille, de faire qu’elle reste intégrée socialement, qu’elle poursuive des études si elle en faisait, ou qu’elle puisse se former à un métier.

Si on nous prévient du mariage, le jour J, on arrête le mariage avec les camions de police, les médias, alors même que les gens sont en train de danser. On récupère alors la fille dans sa belle robe de cérémonie. Ce type d’action est sensible, car toute la famille est regroupée.

Y a-t-il une prise de conscience chez les hommes ?

Hadja Idrissa Bah Des jeunes garçons féministes nous accompagnent et nous soutiennent. Nos passages dans les écoles, dans les endroits où il n’y a pas que des filles, nous permettent de faire passer notre message, et certains sont émus. On leur dit : « Nous sommes appelées à être vos futures femmes, nous sommes vos sœurs, nous sommes vos mères. Vous ne pouvez rester les bras croisés pendant que vos mamans sont battues, que vos sœurs de lait sont mariées à un monsieur qu’elles ne connaissent pas. » Alors, certes, nous avons des hommes qui, sur les réseaux sociaux, disent qu’il faut conserver la tradition africaine. Ils sont bêtes. S’ils ont un smartphone, c’est qu’on n’est plus au XVIIIe siècle. Si on voyage en avion, on a accès aux technologies, c’est qu’on n’en est pas resté aux traditions. On est au XXIe siècle et la jeunesse en a marre.

Entretien réalisé par Gaël De Santis

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011