Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2019 3 05 /06 /juin /2019 05:50

Solidarité. Un détonant voyage de Rennes à Saint-Malo

Lundi, 3 Juin, 2019

En Bretagne, militants et bénévoles d’organisations de solidarité ont pris la route contre les précarités. Arrivée prévue au festival Étonnants Voyageurs avec un recueil de poésies écrit par des exilés et des habitants en grande précarité.

Rennes (Ille-et-Vilaine), envoyée spéciale. Le son de la fanfare de Melesse se déplace dans le centre-ville de Rennes (Ille-et-Vilaine) à mesure qu’avancent les quelque 300 personnes, casquette sur la tête, chaussures de marche aux pieds et parfois même bâtons de marche à la main. De quoi les rendre « visibles », s’enthousiasme Mireille, bénéficiaire de l’allocation adulte handicapée, les « renforcer » et « donner la pêche » à ceux plus habitués à rester dans leur « coin ». « On montre qu’on est là ! lâche Yannick, ancien sans-abri de 47 ans. On ne doit pas avoir honte et rester dans un placard. Ce n’est pas à nous de nous cacher, c’est aux patrons qui nous imposent des contrats précaires et nous font manger des cailloux. » Une voix s’élève, depuis l’enceinte à roulettes. « On va dire quelque chose d’étonnant : on marche ! » lance Joëlle, cheville ouvrière de l’association Un toit, c’est un droit. La marche contre la précarité, pour la dignité et le respect des droits fondamentaux est lancée. Pendant une semaine, ils vont longer le canal d’Ille-et-Rance, jusqu’à arriver à Saint-Malo.

60 associations mobilisées

Cet « étonnant voyage », organisé par 60 associations (Emmaüs, LDH, Fondation Abbé-Pierre, ATD quart-monde…), syndicats (FSU, SUD, CGT,…) et soutenu par les partis de gauche (EELV, FI, PCF, Génération.s…), démarre, déjà, par un « pas de côté ». De ceux initiés pour « échanger, se comprendre et donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais », expliquent les organisateurs d’une même voix. Ce pas de côté prend corps dans le quartier populaire de Maurepas, à Rennes, où trois maisons sont prêtées par un promoteur à Un toit, c’est un droit. L’association y héberge 36 personnes, pour la plupart en attente de régularisation. Pendant un an, les exilés croisent, rencontrent et échangent avec les habitants, pour beaucoup en situation de précarité. De là est née une collaboration avec l’atelier photographique du quartier. Jusqu’à la création de séances d’expression poétique.

Un lieu de « partage de (leur) vision du monde », relève Mireille : « C’était plein d’humanité, des moments rares pour des gens isolés comme nous. » À 56 ans, elle a elle-même hébergé un exilé pendant un an. « À Maurepas, on a le cœur sur la main », dit fièrement Pascal, responsable de l’atelier photographique. S’il se sent « mieux avec les migrants », explique-t-il, c’est que la société « les rejette sans arrêt », eux, les « cassos » : « J’en ai marre que le gouvernement nous fasse tous tourner en rond, ou plutôt en carré. Vous voyez l’idée : faire les cent pas sans arrêt en attendant de trouver une solution pour le moindre problème. » Difficultés à se loger, à se nourrir, à travailler… L’idée est d’« exprimer un refus commun de l’indignité, d’un monde de marchandisation où le pauvre est toujours plus pauvre », ajoute Joëlle. Et donc de « créer des ponts entre les précaires que la société essaie sans cesse d’opposer, revendiquer des droits fondamentaux qui devraient être acquis à tous, quelle que soit sa situation administrative ou sa nationalité », complète Nicolas, lui aussi bénévole.

L’urgence du sauvetage des migrants

De cette jonction de « poètes précaires » est né un recueil. Pour Vjollca, mère de famille albanaise, il est fait de « langage du cœur », qu’elle exprime tant par ses gestes que ses écrits. « Tes mots sont ma maison : j’y entre », y signe-t-elle. Tiré à 500 exemplaires, il sera présenté samedi, pour l’ouverture du festival Étonnants Voyageurs, à Saint-Malo. L’arrivée à destination sera aussi tout un symbole pour cette troupe qui débarquera en bateau afin de « rappeler l’urgence du sauvetage des migrants en Méditerranée ». Là-bas, après un défilé festif, ces marcheurs-là se retrouveront sous un chapiteau prêté par le festival, qui a mis à leur disposition une centaine d’entrées gratuites. Histoire de vivre une dernière soirée poétique autour du prix Goncourt de la poésie 2019, Yvon Le Men, mais aussi de Titi Robin, Arthur H et bien d’autres.

« Aller vers la mer, vers un autre horizon et vers autre chose, je crois que ça parle à tout le monde », sourit Danièle, retraitée des PTT, ancienne cégétiste et bénévole au Secours populaire, qui, « sans aucune sensiblerie », trouve cette marche « émouvante ». Une semaine pour un trajet d’une heure en voiture ? C’est que, chaque soir, une halte est organisée autour de projections de films, de débats contre les idées reçues, de soirées lecture, mais aussi de spectacles et de concerts. Pour la nuit, chacun se munit d’une tente, à planter sur les terrains accordés par les municipalités. Après de longues semaines de travail appuyé sur des groupes locaux, c’est un aboutissement dont l’ampleur en a surpris plus d’un, et dont se félicitent les organisateurs. Leur force : cette « fédération » ou « inter-orga », déjà à l’œuvre sur de nombreuses actions, estiment-ils. C’est ce « rassemblement qui m’a poussée » à marcher d’un seul pas, explique Christelle, de SOS Méditerranée. Car, dit-elle, « le problème est global ». S’il s’agit de rappeler que « le repli identitaire est causé par la précarisation mise en place par le patronat », comme le fait au micro une militante de la CGT, beaucoup ont en tête le score de l’extrême droite aux européennes. « Tout le système est fait pour pointer ceux qui sont encore plus précaires que vous. Il faut sortir cette idée de la tête des gens car c’est se tromper de cible », juge Agathe, jeune habitante de Saint-Malo, venue, elle, au-devant de la marche.

Audrey Loussouarn
L’urgence du sauvetage des migrants, solidarité - Un détonant voyage de Rennes à Saint-Malo (L'Humanité, Audrey Loussouarn, 3 juin 2019)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents