Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2019 2 21 /05 /mai /2019 18:43
Face au révisionnisme d'un commentateur télé niant la résistance du Parti Communiste, lettre ouverte d'Odette Nilès, soutien à Ian Brossat et ex-fiancée de Guy Môquet, à Daniel Riolo

LETTRE OUVERTE D’ODETTE NILES À DANIEL RIOLO

 

 

 
Mardi, 21 Mai 2019
 
Monsieur,
 
À bientôt 96 ans, j'écoute encore la radio, c'est un compagnon fidèle de mes journées. Ces jours-ci, je l’écoute d’autant plus qu’elle me permet de suivre les émissions de mon candidat, le candidat du Parti communiste, mon cher Ian Brossat.
 
Je vous écoutais donc ce matin, je ne connaissais pas vos opinions, j’ignorais jusqu’à votre nom. Et je vous ai entendu parler de la résistance. En vous entendant rire, ce matin, j’ai eu un haut le cœur. Comment avons-nous pu en arriver à cela aujourd’hui, comment certains peuvent-ils parler d'un temps qu'ils n'ont pas vécu avec autant de mépris ou de raccourcis ?
 
Il y a quelques mois encore, je me rendais dans les écoles pour que vive la mémoire de la résistance, pour que les générations qui nous survivront ne puissent jamais oublier l’histoire.
 
En vous écoutant tout à l'heure, je me suis dit combien j’aurais aimé pouvoir vous rencontrer, vous rencontrer enfant, vous rencontrer dans votre école pour partager avec vous ce que fut la réalité.
 
J’aurais aimé pouvoir vous parler de ces femmes et de ces hommes communistes que j'ai rencontrés, que j’ai aimés, qui ont donné leur jeunesse ou pour certains, versé leur sang pour notre pays. J’aurais aimé pouvoir vous dire ce qu’était leur vie, leur joie, leur espoir. Parmi eux, il y avait un être qui me fut cher : Guy Môquet. Le connaissez-vous seulement ?
 
Mes jambes me manquent aujourd’hui pour aller d’école en école, il ne me reste plus que l’écrit et mes souvenirs encore clairs de cette période de ma jeunesse.
 
Jusqu’à mon dernier souffle, j’aurais à cœur de me battre pour que notre mémoire vive et qu’elle ne soit ni trahie ni salie.
 
C’est l’inculture qui conduit à l’ignorance, l’ignorance qui conduit à l’oubli. Le négationnisme commence toujours ainsi : par un rire, par une moquerie. On explique alors qu’il ne s’agit que d’un détail de l’histoire.
 
Je ne peux plus me déplacer mais je peux encore témoigner et donc vous rencontrer : si vous l'acceptiez, je vous invite à venir chez moi afin que nous puissions échanger et parler et que je puisse vous dire les yeux dans les yeux ce que furent ma vie et mes engagements. Guy Môquet, à 17 ans, a su écrire, "vous qui restez soignez dignes de nous les 27 qui allons mourir", je serai toujours digne et je vous enjoins de respecter cette dignité de ce jeune qui nous laisse un message porteur pour l'avenir et non un message de peur face à la mort. Auriez-vous eu cette dignité à 17 ans ? L'histoire avant d'être écrite, doit être vécue !
 

Indignes poncifs anticommunistes

Mercredi, 22 Mai, 2019

Accuser le PCF de « collaboration avec les nazis »… Ils ont osé le faire !

Comprenez leur désarroi : « Non seulement le PCF est toujours là, mais ses leaders s’affichent avec insolence, sans aucun état d’âme, et il frôle même les 4 % dans les sondages. » Ainsi s’égosillait mardi soir Nicolas Lecaussin sur le site du FigaroVox, régurgitant sa bile dans un long papier consacré au « communisme français, un cadavre qui bouge encore, hélas ! ». Après avoir prédit cent fois la mort du PCF pour pouvoir aller cracher sur sa tombe, la droite réactionnaire nous rejoue sans cesse le même scénario. Dès qu’elle se sent menacée ou à court d’arguments, elle use des éternels poncifs anticommunistes : le couteau entre les dents, les crimes du stalinisme et en bout de course, toujours, l’éternel point Godwin du pacte germano-soviétique, pour faire oublier combien le sang des communistes coula pour combattre la barbarie nazie. Des faits qui n’empêchent pas certains forcenés de continuer à comparer les communistes français aux nazis. À ce titre, la palme de l’indécence revient à Daniel Riolo, journaliste chez RMC – radio fondée par des nazis en 1943. Face à Ian Brossat, invité des Grandes Gueules, Daniel Riolo a osé affirmer sans sourciller que le PCF avait « complètement collaboré » avec les nazis. Celle-ci, peu avaient osé… Et quand la tête de liste PCF aux élections européennes, révulsée, lui explique que « c’est une insulte aux 75 000 fusillés membres du Parti communiste qui ont participé à la Résistance », le journaliste réplique dans un rire gras : « À quel moment il s’est réveillé Guy Môquet pour être dans la Résistance ? » Où l’indécence le dispute à l’ignorance crasse. Odette Nilès, la fiancée de Guy Môquet, 95 ans et membre du comité de soutien de Ian Brossat, pourra expliquer à ce révisionniste comment un gamin de 17 ans fut fusillé en 1941 pour avoir eu le courage de se lever contre le nazisme. La veille de son exécution, il écrivait : « Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir. » Dignes.

Maud Vergnol

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011