Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 05:10

Européennes. Avec Loiseau, la stratégie LaREM prend l’eau

Mercredi, 24 Avril, 2019

La tête de liste, ne cessant de se poser en figure morale, voit son message brouillé par sa présence sur une liste d’extrême droite à Sciences-Po en 1984.

Nathalie Loiseau a figuré, à 20 ans, sur une liste d’extrême droite aux élections à Sciences-Po Paris, en 1984. Celle qui s’appelait alors Nathalie Ducoulombier s’était présentée sous l’étiquette de l’UED. Un syndicat né des cendres du GUD, groupuscule d’extrême droite, pour fédérer « maurrassiens, indépendants, gaullistes », contre les « gauchistes » au pouvoir. Face à cette révélation, publiée lundi par Mediapart, la cheffe de file des marcheurs aux européennes a d’abord plaidé la naïveté.

« Si ceux qui étaient sur la liste avaient un agenda extrémiste, je ne les ai pas fréquentés, je ne l’ai pas perçu, et si c’est le cas, c’est une erreur. Si j’avais identifié les membres du GUD sur cette liste, évidemment que je n’aurais pas accepté d’y figurer », a-t-elle d’abord rétorqué. Une argumentation très légère : elle suivait alors sa quatrième année en sciences politiques et préparait l’ENA. « Ça laisse pantois », a réagi Ian Brossat, tête de liste PCF aux européennes. « C’est un peu la Richard Virenque de la politique, elle était candidate à l’insu de son plein gré. »

Naïve, Nathalie Loiseau ne l’a pas été en 1984, mais dans sa stratégie de com. Elle publie d’abord un post rageur sur Facebook où elle renvoie Edwy Plenel, cofondateur de Mediapart, à son passé « maoïste, soutien du terrorisme palestinien » – alors qu’il était trotskiste – et explique que ses colistiers de l’époque, qu’elle ne connaissait pas, sont ensuite devenus d’extrême droite. On a connu mieux comme défense. Dans une vidéo postée sur Facebook quelques heures plus tard, elle change finalement de stratégie de communication. « Je déteste tout ce que représente l’extrême droite dans notre pays et en Europe. Oui, il y a trente-cinq ans, j’ai commis une erreur, (…) je le regrette. » Depuis, plaide-t-elle, « il y a trente-cinq ans de vie, d’engagement personnel, politique, pour porter des valeurs de liberté, de démocratie, de tolérance ». « Chacun peut avoir son itinéraire, a reconnu François-Xavier Bellamy, tête de liste LR. Mais ça oblige à un peu d’humilité et à un peu de simplicité », a-t-il ajouté, critiquant « cette espèce de discours moralisateur » consistant à opposer progressistes et populistes. Il n’a pas tort. Bien évidemment, Nathalie Loiseau a le droit de changer d’avis, d’évoluer.

Elle s’affiche pourtant en rempart contre les « nationalistes »

Reste que ces révélations brouillent le message de la tête de liste LaRem qui ne cesse de se poser, de tribunes en plateaux télé, en figure morale et en rempart contre les « nationalistes ». Voter pour elle, c’est « refuser qu’un jour l’Europe se décline en cinquante nuances de brun ! », clamait-elle le 30 mars dernier, à Aubervilliers. « Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite ! » balançait-elle face à Marine Le Pen. Tout cela sonne un peu faux désormais.

En rappelant la trajectoire politique de Nathalie Loiseau – « énorme scoop, je viens de la droite ! » ironise-t-elle –, ces révélations annihilent aussi ses agitations surjouées autour du Smic européen et de « l’Europe sociale ». Elle s’offusque qu’on lui prête une proximité avec l’extrême droite en raison d’une erreur de jeunesse. Certes. Mais on comprend mieux comment son mouvement, avec de tels transfuges, en arrive à reprendre des idées et des termes provenant de la droite la plus extrême. Doit-on ici rappeler les débats autour de la loi asile-immigration pendant lesquels Nathalie Loiseau a dénoncé au Sénat le « shopping de l’asile » ? Ou rappeler son discours d’Aubervilliers, où elle a appelé à renforcer le dispositif Frontex pour « reprendre le contrôle de notre frontière » ?

Pierre Duquesne
Ancienne candidate d'une organisation d'extrême-droite, la stratégie Loiseau (LaREM) prend l'eau - Pierre Duquesne, L'Humanité, 24 avril 2019

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011