Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 16:02

 

A moins de trois mois de l’élection des députés au Parlement européen, la lettre d’Emmanuel Macron aux citoyens des pays membres de l’Union européenne contient tous les éléments d’une opération d’enfumage. Mais c’est aussi  une façon d’occulter les attentes auxquelles le pouvoir est confronté en France, notamment depuis la mi-novembre. Ainsi, lors de sa rencontre du 28 février à Pessac près de Bordeaux avec des mères de familles monoparentales,  Emmanuel Macron a occulté une injustice sociale qu’il aurait fallu mettre en exergue. Ces familles, pour qui les allocations familiales et l’aide personnalisée logement comptent beaucoup dans l’équilibre du budget mensuel, verront ces prestations n’augmenter que de 0,3% en 2019 et en 2020. C’est cinq à six fois moins que l’inflation prévisible sur deux années.

 

Dans la lettre du président français aux citoyens européens, on peu lire beaucoup de phrases aussi banales qu  fausses. Emmanuel Macron nous dit que « l’Europe n’est pas qu’un marché, elle est un projet. Un marché est utile, mais il ne doit pas faire oublier la nécessité de frontières qui protègent et les valeurs qui unissent », écrit-il, occultant les accords de libre échange sur fond de dumping social et environnemental; tout comme les délocalisations de productions dans les pays à bas coûts de main d’œuvre. Outre qu’elles créent du chômage en France, ces délocalisations industrielles servent à justifier le blocage des salaires dans les entreprises et la perte de pouvoir d’achat des retraités dont les pensions n’augmenteraient que de 0,3% en 2019 comme en 2020, tout comme les allocations familiales et les aides personnalisées au logement.

A ce propos, il convient de revenir sur le débat qui s’est tenu à Pessac, près de Bordeaux, entre le président Macron et 400 femmes qui élèvent seules leurs enfants. Les chaînes d’information en continu avaient longuement diffusé cette soirée du 28 février. La réunion se tenait dans « un centre social qui aide les projets professionnels des parents isolés en difficulté», nous fut-il dit. On a même vu une militante du mouvement des « gilets jaunes » tenter de décorer le président de la République d’un collier avec un gilet jaune en pendentif, ce que le chef de l’Etat refusa poliment mais fermement. Comme la secrétaire d’Etat Marlène Chiappa était du voyage, on imagine que la réunion, bien que non annoncée avant sa tenue, avait été minutieusement préparée comme pouvant être une bonne opération de communication pour le chef de l’Etat.

Si l’ambiance de cette réunion a été relayée sur de sites internet, ce ne fut guère le cas dans la presse écrite. Il y avait pourtant un angle de traitement très intéressant pour les journalistes. Mais il semble que même les personnes qui ont dialogué avec le chef de l’Etat ne l’ont pas vraiment abordé. Emmanuel Macron et son gouvernement ont pour 2019 et 2020 décidé de baisser prioritairement le pouvoir d’achat de trois catégories de Français. Dans ces catégories maltraitées par le pouvoir politique figurent les retraités, les locataires de logementssociaux qui bénéficient de l’Aide personnalisée au logement et les familles qui perçoivent des allocations familiales pour élever leurs enfants. Pour ces trois catégories de Français, la hausse de la pension de retraite et des deux autres prestations ne sera que de 0,3% cette année et il est prévu de leur infliger la même punition l’an prochain. Au point que le Conseil constitutionnel a fait observer qu’il n’y avait pas lieu de mettre en avant des mesures prévues pour 2020 avant l’élaboration du budget de l’Etat pour cette année là.

Macron enlève du pour voir d’achat aux ménages modestes …

Les mères qui élèvent seules leurs enfants verront leurs allocations familiales augmenter quatre à cinq fois moins que l’inflation cette année et subiront peut-être la même punition l’an prochain. Si elles bénéficient de l’APL, ce qui est plus souvent le cas pour elles que pour la moyenne des Français, la perte de solvabilité de cette autre prestation s’ajoutera à celle des allocations deux années de suite. C’est donc une double peine qui a été infligée par Emmanuel Macron et par le gouvernement d’Edouard Philippe aux parents isolés qui, souvent, occupent aussi des emplois plus précaires et plus mal payés que la moyenne des Français.

Mais pourquoi le chef de l’Etat et son gouvernement ont-ils fait le choix de n’augmenter les APL que de 0,3% deux années de suite ? Cette mesure est d’autant plus injuste que le taux d’effort des ménages pauvres pour le logement était déjà égal à 33,6% de leurs ressources en 2013 contre 26,3% en 2001 selon l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale ! Pourquoi infliger à ces mêmes familles monoparentales une perte sensible du pouvoir d’achat des allocations familiales deux années de suite ? C’est d’autant plus injuste que plus les revenus tirés du travail sont faibles, plus la part de cette prestation est importante dans le budget mensuel des ménages.

… Et c’est pour compenser la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune

On ne sait si ces questions ont été posées au chef de l’Etat le 28 février à Pessac. Mais des indiscrétions données à certains journaux sous couvert d’anonymat l’automne dernier par des membres de plusieurs cabinets ministériels qui avaient travaillé durant l’été sur l’élaboration du budget 2019, voire celui de 2020, révélaient qu’ il était plus simple  de prendre de l’argent aux ménages les moins susceptibles de se défendre faute de pouvoir bloquer le pays a travers des actions fortes comme la grève. Telle est la raison principale qui a conduit de  gouvernement à annoncer une hausse de seulement 0,3% des allocations familiales, des APL et des pensions de retraite en 2019 et en 2020.

Pour dire les choses simplement, c’est par une réduction sensible de pouvoir d’achat pendant deux années de suite que ces trois catégories de Français qu’Emmanuel Macron a décidé de faire cadeau aux plus riches de la suppression de l’Impôt de solidarité sur la fortune. C’est aussi, en bonne partie pour cette raison, qu’il a vu se lever le 17 novembre 2018 le  mouvement des « Gilets jaunes», tant la vie quotidienne devenait difficile pour des millions de Français.

Voilà aussi qui montre que la politique européenne voulue par Emmanuel Macron doit toujours être au service exclusif  des plus riches.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011