Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 08:03
En soutien au journal L’Humanité, par Nadir Dendoune.

En soutien au journal L’Humanité, par Nadir Dendoune.

Nadir Dendoune, né le à Saint-Denis, est un journaliste et un écrivain. Il est l'auteur de Journal de guerre d'un pacifiste, de Lettre ouverte à un fils d'immigré et d’Un tocard sur le toit du monde.

« Gamin, je ne lisais quasiment pas. Pas parce que je n'aimais pas ça mais parce que mes copains ne lisaient pas non plus et à 13 ans, faire partie du groupe majoritaire c'était presque une question de survie. Le seul truc qu'il m'arrivait de feuilleter de temps à autre c'était le journal l'Humanité. Au début, un peu par hasard, je l'avoue. Les militants, des prolos comme mes vieux, qui vivaient à la cité, venaient frapper aux portes pour nous vendre le quotidien communiste. Ma mère n'était pas friquée, elle avait d'autres priorités que de se payer un canard en papier, mais pour ne pas dire non tout le temps et se foutre la honte, sous pression, il lui arrivait de l'acheter. Elle n'a jamais su lire alors elle le laissait traîner sur la table du salon quelques jours puis s'en servait pour emballer les épluchures de ses légumes. Un soir, installé dans sa cuisine, je la regardais faire la popotte, l'Huma posé à ses côtés grand ouvert, une photo de Feu Yasser Arafat remplissait la moitié de la page.
Je ne connaissais pas son blaze mais son visage ne m'était pas inconnu. La veille, j'avais vu de la fierté dans les yeux de mon papa quand l'ancien dirigeant palestinien était apparu au JT. Le daron avait crié "C'est un grand homme cet Arafat !". Curieux d'en savoir un peu plus sur ce personnage qui mettait mon papa dans tous ses états, j'ai saisi le journal et j'ai commencé à lire. Ma mère voulait déjà le récupérer pour emballer les épluchures de ses légumes mais pour l'amour de son fils, elle a su attendre un peu. Dès les premières lignes, j'avais du mal : c'était écrit en minuscule et les phrases duraient des kilomètres. C'était bien la première fois que j'entendais parler de la Palestine. Avec le temps et la patience avec moi-même, j'ai commencé à prendre du plaisir à lire L'Huma. Il m'a permis d'ouvrir les yeux sur beaucoup de choses. Fils de prolo, j'y ai toujours trouvé mon compte. Il est l'un des rares journaux à encore parler de la classe ouvrière, à faire des papiers sur les usines qui ferment, à relayer les luttes syndicales. Sur l'international, le quotidien est nickel chrome, toujours du côté des opprimés. Il y a quelques jours, j'ai entendu ce vieillard qui était interviewé à la radio. Il racontait qu'il distribuait l'Huma depuis 1962 ! Il disait aussi qu'il n'avait jamais fait d'études mais que grâce à ce journal, il s'était bâti une culture générale, politique et internationale. La classe !
Aujourd'hui, l'Humanité, créé par l'immense Jean Jaurès, pourtant certifié quotidien national depuis 115 ans, est menacé de disparaître. Pour qu'il garde son indépendance, pour la pluralité des points de vue, nous devons tous l'aider. Il y a urgence. Demain, il sera trop tard. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011