Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2018 2 23 /10 /octobre /2018 04:56
Après la communication de Jean-Pierre Cloarec et Sarah Noll dans le Ouest-France du 22 octobre: des faits, rien que des faits...

On peut lire dans le Ouest-France d'hier. 

" Jeudi 18 octobre, le PS, Génération. s et le PCF annonçaient leur intention de faire liste commune aux prochaines municipales à Morlaix (Finistère). Une annonce qui fait bondir la Coopérative citoyenne, intégrant des citoyens non encartés et les Verts. Ils pourraient constituer une seconde liste de gauche"  

Rappelons par souci de vérité que la Coopérative citoyenne est mise en sommeil depuis mars 2018, qu'elle ne réunissait plus guère de personnes ces derniers temps, qu'elle n'avait pas vraiment d'activité de terrain depuis les municipales, et surtout qu'elle n'a pas pu se réunir en tant que telle après l'annonce de notre construction de programme de gauche pour Morlaix avec le PCF, le PS, Génération.s, le PRG, et que Jean-Pierre Cloarec, Sarah Noll et Michel Le Saint n'ont aucunement consulté son comité directeur pour s'exprimer en son nom, et publier une lettre extrêmement violente signée par Michel Le Saint et Jean-Pierre Cloarec sur la page Facebook de la Coopérative Citoyenne où je suis qualifié de "politicard" avec Jean-Paul Vermot. Le comité directeur de la Coopérative Citoyenne dans lequel se trouvent Hervé Gouédard (PS) et Catherine Tréanton (Génération.s). Rappelons aussi que Jean-Paul Vermot (PS) est membre de la Coopérative Citoyenne, si on considère qu'elle existe toujours, et qu'il était même son candidat majoritairement élu en 2014... 

Vous avez dit manipulation? 

 

On peut lire aussi dans ce même article de Ouest-France:

"Ils rappellent que c’est à leur initiative que s’est tenue, en octobre 2017, « la première réunion rassemblant les différentes forces de gauche (à l’exception de France Insoumise) en vue de l’élaboration d’une démarche unitaire. Une réunion interne de l’opposition municipale a eu lieu le 21 mars sur ce même sujet. Depuis, des adhérents de France Insoumise ont rejoint le groupe. » "

 

C'est vrai que la première réunion en octobre 2017 qui rassemblait les forces de gauche pour discuter, très en amont, d'une union aux municipales a été proposée par Jean-Pierre Cloarec au nom de la coopérative citoyenne.

Les Insoumis avaient refusé d'y participer parce que le PS y était invité et avait envoyé une lettre très rude sur le mode du "jamais avec eux".

On a décidé d'essayer de voir si on pouvait aller au-delà de ce refus de principe et des personnes présentes qui avaient la double casquette FI-Coopérative citoyenne se sont chargées de voir si FI ne pouvait pas revoir sa position à certaines conditions.

Le 21 mars, les élus de la coopérative citoyenne (Jean-Paul Vermot, Hervé Gouédard, Elisabeth Binaisse, Claire Thomas, membres du PS, compris) suite à une réunion de la coopérative citoyenne, nous faisaient part de l'exigence de membres de France Insoumise pour intégrer une construction unitaire à gauche: un collectif citoyen, l'abandon des étiquettes partisanes, le fait que les organisations politiques ne se présentent pas en tant que telles.

A ce moment là, j'ai fait part du fait que le PCF ne serait certainement pas d'accord avec cette exigence d'effacement des partis politiques, et cela d'autant plus que l'on savait bien que le noyau dur des Insoumis ne voulait pas d'alliance à gauche (avec le PS du moins) et qu'on prétendait nous imposer le cadre de l'union sans garantie que celle-ci tienne jusqu'au bout. 

Dans l'article de Ouest-France , Jean-Pierre Cloarec et Sarah Noll omettent de dire qu'au mois de juin, c'est le PCF qui a pris l'initiative d'inviter l'ensemble des composantes de la gauche du pays de Morlaix pour envisager sur un contenu de projet et de programme les conditions d'un rassemblement de ces différentes composantes sur le pays de Morlaix. L'appel, avec les axes directeurs d'un projet de gauche que nous voulions mettre en avant, nous, au PCF, a été rendu public, ce qui a grandement déplu à France Insoumise et à certaines personnes membres ou proches d'EELV. Nous, nous n'avions pas le droit de manifester publiquement notre volonté de réaliser le rassemblement de la gauche à Morlaix et dans les communes de Morlaix-Communauté... Nous avions invité les différentes organisations de gauche à notre local à Morlaix et FI, qui nous a taclé dans un communiqué suite à notre appel au rassemblement, et Jean-Pierre Cloarec nous ont demandé que la rencontre à laquelle nous invitions se fasse dans un lieu plus neutre. Cela a été l'ancien lycée de Kernéguès, en l'occurrence. 

Là, la réunion qui s'est tenue le 27 juin a été assez tendue et peu constructive, Marianne Allain (FI-Coopérative citoyenne) me qualifiant même de "politicien professionnel" (je suis professeur documentaliste a plein temps et j'ai 80 euros d'indemnité de conseiller municipal que je reverse à mon parti, ma vie de "politicien professionnel", c'est 40 heures de bénévolat par semaine pour le service des idées d'égalité et de justice sociale auxquelles je crois), et le PCF et le PS étant particulièrement ciblés par des propos peu amènes ou plein de suspicions de certains représentants de FI.  

Le travail en commun réclame d'abord des conditions de respect réciproque et une volonté de construire ensemble.

On lit plus loin dans l'article de Ouest-France du 22 octobre suite à la communication de Jean-Pierre Cloarec et Sarah Noll:  

« Un cartel de partis »

Mais là où les discussions ont achoppé, selon ces élus, c’est sur « le refus du PS et du PC d’accepter deux principes de base : « 1 personne = 1 voix » et « élaboration du programme par et pour les citoyens »Ils préféraient un cartel de partis à une liste citoyenne ».

Une nouvelle réunion de concertation était prévue le 19 octobre. Mais la veille, « sans aucune information préalable des citoyens non encartés, des insoumis ou des écologistes, le PS, le PC et Génération. s ont décidé de sceller une alliance limitée à leurs partis ».

 

C'est une approximation. Le PCF n'a pas exclu le principe "1 personne = 1 voix" et la constitution d'un collectif citoyen travaillant sur le programme.  Nous avons même dit qu'a priori ce principe était juste. 

Nous ne l'avons exclu ni dans la réunion de juin, ni dans la réunion de septembre des différentes organisations et composantes de gauche. 

Nous avons seulement demandé que préalablement l'on travaille quelques semaines, quelques mois, sur les grandes lignes directrices de notre projet afin de vérifier ensemble que l'on pouvait partir ensemble, parce qu'on avait des objectifs compatibles (cela compte pour les adhérents de nos organisations) et surtout parce qu'on aurait fait la démonstration entre nous que l'on pouvait travailler dans une ambiance constructive, respectueuse et rassembleuse, malgré notre diversité. 

Cela nous a été refusé.

FI et les personnes proches d'EELV de la coopérative citoyenne voulaient imposer le collectif citoyen tout de suite et la reproduction de la coopérative citoyenne: avec règles de fonctionnement, cadre contraint, charte, statut, ... 

Il n'y a pas eu d'accord là-dessus en septembre, Génération.s, ce qu'omettent de dire Sarah Noll et Jean-Pierre Cloarec tel que leurs propos sont rapportés par Ouest-France, ayant refusé aussi, comme le PS et le PCF, de fixer le cadre avant de pouvoir discuter ensemble du contenu pour vérifier qu'on pouvait s'entendre. 

Ce que nous craignions était que l'on s'inscrive dans un collectif citoyen qui fonctionne dans l'entre soi et sur un mode conflictuel à peine sous-jacent , divisé par des tendances se tirant la bourre dans le cadre d'une compétition pour la tête de liste, avec à la clef une configuration d'alliance qui risquait d'éclater en vol. 

Nous ne pensions surtout pas qu'il était raisonnable et productif d'inviter les citoyens non encartés à rejoindre un collectif dont les composantes organisationnelles ne s'étaient mises d'accord sur rien au préalable, et où les relations étaient marquées par la suspicion et la tension.  Ceux qui seraient restés auraient été simplement des citoyens très politisés, proches de tels ou tels, qui voulaient peser sur le rapport de force. Toute autre chose qu'une construction populaire parlant aux habitants normaux de Morlaix. 

Surtout, nous pouvions déjà avoir un aperçu du mode de fonctionnement d'un tel collectif citoyen avec la manière dont EELV (Michel Le Saint surtout, mais ce parti n'a pas beaucoup d'autres adhérents sur le secteur...) et FI préparaient les réunions de la gauche avant pour s'entendre sur des positions communes, et l'objectif de tordre le bras à d'autres organisations en leur imposant leur volonté plutôt que de construire du compromis et de surmonter par des efforts de conciliation des différences d'approche de départ, qui sont somme toute tout à fait normales.

Quant à l'épilogue de l'article du Ouest-France avec la déclaration de Jean-Pierre Cloarec et Sarah Noll. 

Que dire?  

Deux listes à gauche ?

Ils déplorent aujourd’hui cette initiative « qui ne permettra pas de réunir l’ensemble des citoyens volontaires pour construire une alternative crédible à la gestion plus que critiquable de la municipalité Le Brun ». Et n’acceptent pas que « ceux qui ont choisi la division, au risque de faire perdre une nouvelle fois la gauche, se présentent comme les tenants de l’union ».

 

Déjà, nous n'avons pas choisi la division mais le rassemblement à gauche puisque le PCF, Génération.s, le PRG, le PS, cela n'aura échappé à aucun observateur un peu attentif de la vie politique, n'ont pas toujours été et ne sont toujours pas sur la même ligne au niveau national, même si nous avons des valeurs en commun, et localement, une capacité à travailler ensemble.  

Dans notre conférence de presse de mercredi dernier, nous n'avons fermé la porte à personne, ni à aucune composante politique. Disant même tout à fait clairement, et cela a été repris par le Télégramme, que nous voulions encore discuter avec EELV et FI d'une union. Que la porte était ouverte. Même si nous ne voulions pas le faire aux conditions qu'ils prétendaient imposer. 

Nous avons simplement acté que le PS, Génération.s, le PCF, le PRG s'engageaient à travailler ensemble sur un programme pour les municipales à Morlaix, dans le cadre d'ailleurs d'une volonté de construction commune plus large à l'échelle d'autres communes de Morlaix-Communauté, et qu'on s'était mis d'accord sur notre manière de concevoir notre projet de gauche et notre campagne.   

Notre objectif est bien de battre la droite et de mettre en oeuvre une politique qui relance la ville, l'emploi, l'habitat, le soutien à la vie associative, qui défende les services publics et s'oppose clairement au libéralisme de Macron et de sa majorité, tout en travaillant avec la gauche des autres collectivités pour co-construire un projet communautaire bien à gauche et écologique pour le territoire de Morlaix-Communauté.

Pour parvenir à un large rassemblement de la gauche dans sa diversité, nous estimons qu'il faut respecter toutes les organisations politiques qui veulent s'engager sans cadre contraint et dans un climat de confiance, et associer tous les citoyens qui souhaitent construire avec ces formations politiques un projet de gauche pour Morlaix et les communes autour de Morlaix.   

Notre alliance de gauche à Morlaix est regardée par un jour favorable par beaucoup d'habitants, de citoyens, d'acteurs de la vie morlaisienne. Elle s'inscrit dans une volonté de construire du durable, une confiance et un respect réciproque, une volonté de travailler ensemble. Elle est aussi mise en place par des gens qui situent la politique sur le champ du travail de terrain, du respect humain et au service de la population. 

La porte est grande ouverte à toutes les organisations de gauche et citoyens qui voudraient participer à l'élaboration d'un projet de gauche avec nous pour Morlaix et Morlaix-Communauté. Et nous allons d'ailleurs aller à la rencontre des habitants et acteurs de la ville pour échanger afin de construire ce projet. 

Sur Morlaix, notre alliance de gauche est soutenue par six élus de l'opposition de gauche sur huit.   

Ismaël Dupont, élu PCF-Front de Gauche à Morlaix et Morlaix-Communauté

23 octobre 2018 

 

 


  

 

    

         

         

     

  

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011