Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 05:36
photo Ouest-France

photo Ouest-France

Les salariés ont débrayé ce lundi 17 septembre. Sur le site de Morlaix (Finistère), 23 postes administratifs sont supprimés. La direction promet des reclassements, mais cela implique de quitter la région.

Il y a d’abord eu « de la colère », lors de l’annonce, soudaine, de la suppression de 23 postes administratifs à Hop ! Morlaix. « Un vrai coup de massue », dit une salariée. Puis du « dégoût », de « l’abattement », indiquent d’autres salariés, ce lundi 17 septembre. Tous ont participé à un débrayage devant les grilles du site, à Ploujean.

De croix ont été plantées, en référence « à ce site qui est en train de mourir », glisse une gréviste. Sur l’une d’elles, a été affiché le détail des postes supprimées, dans le cadre d’un PSE, plan de sauvegarde de l’emploi. Et qui concerne « des personnes qui, pour beaucoup, ont plusieurs dizaines d’années d’ancienneté dans la boîte, chez Brit Air, puis Hop ! depuis la fusion en 2016 », déplore Marie-Odile Kerdraon, déléguée syndicale à la CFDT

À Morlaix, certains services perdent des postes, d’autres sont supprimés. C’est le cas de la paie. Ils sont trois à y travailler, et autant à devoir quitter leur place pour le 30 juin prochain.

Parmi eux, il y a Laurence, 57 ans et 12 ans chez Hop !. « On est vraiment écœurés. On a beaucoup donné, notamment depuis un an, avec le changement de logiciel. » Une de ses collègues cite « les 70 heures semaines, incluant parfois le samedi. Tout cela pour la bonne cause : essayer de pérenniser la paie, qu’on savait menacée. »

« J’ai toute ma vie ici »

La direction de Hop ! promet « de mettre en place un dispositif de reclassement et d’accompagnement afin de limiter au maximum l’impact social. Des solutions seront proposées à chaque salarié concerné ».

« Mais dans notre cas », reprend Laurence, les seules possibilités sont à Paris. Hors de question pour ces salariés. « J’ai toute ma vie ici », dit l’une. « Je ne peux pas laisser seule ma mère de 82 ans », soupire une autre.

« Se former à un nouveau métier »

Au « revenu-management » aussi, c’est la douche froide. Trois postes supprimés sur trois, dans ce service « chargé d’optimiser la recette des vols ». Ce qui est d’autant plus compliqué, expliquent Marine, Carole et Severine, « c’est que nous compétences sont bien spécifiques. Il va falloir qu’on se forme à un nouveau métier… »

Ce service quitte Hop ! pour repartir à Air France, la maison mère. « On est chargés du reparamétrage pour le 31 août, date à laquelle on ne s’en occupera plus. Ce qui veut dire qu’on prépare la mort de notre emploi… »

Au service comptabilité, sept postes sur 14 sont supprimés, via « des transferts de compétences vers Nantes. Mais il ne devrait pas y avoir de places pour nous là-bas, à part peut-être la création d’un poste de trésorier ». Et de citer, localement, « un bassin d’emploi tellement désastreux… »

Au planning, ce sont quatre postes en moins sur un effectif de 25. « Pourtant, on n’était pas en sureffectif », glisse l’une des salariés, citant « les nombreuses heures supplémentaires. On commençait seulement à retrouver une organisation depuis la fusion ».

Tous pointent les réductions de postes progressives depuis plusieurs années. « Une centaine de postes en moins depuis 2013 », expliquait Valérie Scattolin, déléguée Unsa. Avec une crainte qui semble partagée par tous : « Que cela continue. » Actuellement, le site morlaisien emploie quelque 300 personnes. « À l’époque de Brit Air, il y en a eu jusqu’à 500 ».

En soutien, lundi matin, on pouvait croiser Thierry Piriou et Yves Moisan, président et vice-président de Morlaix communauté, « par solidarité et pour réfléchir à l’avenir », indiquent les syndicats. Il y avait aussi Jean-Michel Parcheminal, maire de Plounéour-Ménez, « où des salariés habitent ».

72 postes au total

L’intersyndicale réfléchit à la suite de la mobilisation. Un comité d’entreprise est prévu jeudi 20 septembre. Ainsi qu’une visite de la direction, le 25 septembre.

Au total, le projet de réorganisation prévoit, sur l’année 2019, la suppression de 120 postes sur ses quatre sites principaux (Rungis, Montreuil, Nantes, Morlaix) et la relocalisation de 48 postes à Nantes et Clermont-Ferrand.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/suppressions-de-postes-hop-morlaix-les-salaries-entre-colere-et-abattement-5972732
 
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011