Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2018 5 17 /08 /août /2018 05:27

 

La famille propriétaire du célèbre vignoble a fait le choix, comme des milliers de riches, d’échapper aux taxations européennes. Jusqu’à ce que ses méthodes soient révélées et rendues publiques.

Chaque année, la Fête de la fleur célèbre les grands crus bordelais. Les propriétaires de châteaux viticoles prestigieux, si chers au patrimoine français, s’y retrouvent pour trinquer à leurs bénéfices. Sur la photo souvenir où sont alignés ces élégants viticulteurs, que Paris Match prend soin de publier chaque année sur une double page, on découvre des visages affables. Au premier rang, une jeune femme au grand sourire et à la robe bleue électrique, portant un petit sac à main rose fuchsia, détonne. C’est Alexandra Petit-Mentzelopoulos, l’héritière du Château Margaux. C’est elle qui dirige ce premier grand cru classé du Médoc avec sa mère Corinne Mentzelopoulos, elle-même héritière de Château par son richissime père, André, qui l’achète et le rénove en 1977.

La famille Mentzelopoulos figure dans la liste des 3 000 Français qui ont, entre 2006 et 2007, dissimulé leurs biens via des sociétés offshore gérées par la banque suisse HSBC. Révélés par les documents SwissLeaks et un consortium de journalistes du monde, des centaines de noms d’artistes, de sportifs, de politiques mais aussi des industriels ont ainsi été publiés pour avoir voulu échapper à la taxation européenne. Elle aurait aussi été retrouvée dans les documents d’Hervé Falciani, ce lanceur d’alerte franco-italien salarié d’HSBC par qui les données confidentielles ont été portées à la connaissance du grand public. Si le montant qui a transité par la Suisse est resté inconnu, on sait en revanche que des avoirs ont été placés bien au chaud dans les îles Caïmans. Cette ancienne colonie britannique située dans les Caraïbes abrite des centaines de compagnies d’assurances, elles-mêmes installées là par des multinationales, des sociétés écrans et des fonds spéculatifs. La famille possédant Château Margaux ne s’est pas trompée de paradis. C’est un excellent port d’attache pour qui souhaite préserver son patrimoine à long terme, sans être démasqué par le fisc. Depuis, la famille assure avoir procédé à une régularisation de ces avoirs avec l’administration fiscale.

Reste tout de même la provenance de cette fortune immense accumulée par le patriarche d’origine grec, André Mentzelopoulos. On évoque le plus souvent, à travers le mythe familial, le succès des magasins Félix Potin. Mais si cet homme d’affaires a pu racheter cette enseigne, c’est parce que son patrimoine avait déjà été constitué. Il s’installe à Karachi à la fin des années 1940 et se spécialise dans la revente des surplus militaires de l’armée britannique. Son capital se consolide dans les années 1950, lorsqu’il devient un intermédiaire incontournable pour la société des avions Marcel Dassault, ce dernier étant lui-même propriétaire d’un château à Saint-Émilion, le bien nommé Château Dassault. En 1960, André Mentzelopoulos permet à l’industriel français de décrocher son premier contrat d’exportation d’avions de chasse Mirage 3 pour le compte du gouvernement pakistanais. Riche à millions, il rentre en France et rachète la chaîne de magasins Félix Potin en 1958, et se constitue un patrimoine immobilier de taille, avec notamment la construction d’un immeuble avenue Montaigne à Paris…

Félix Potin fait faillite en 1996 mais l’homme d’affaires monnaye avec brio ses biens immobiliers. Aujourd’hui, le nom de cette famille est associé à Château Margaux, mais les héritières ne sont pas restées les bras croisés. Outre les 82 hectares de margaux et une holding du nom de Soparexo qui détient de nombreux biens mobiliers et immobiliers, la famille continue à investir dans des fonds dits de « leveraged buy out » (LBO, rachat d’entreprise par endettement) américains. Il faut bien ça pour se maintenir au 147e rang des 500 plus grandes fortunes de France.

Demain Les Ouaki, de gros sous cachés sous les bas prix.

Le guide touristique de la fraude - Les Emirats arabes unis

Lorsque les Émirats arabes unis ont été ajoutés à la liste des paradis fiscaux par l'Union européenne en 2017, ils ont été à « surpris et déçus ». Après tout, ils ne

font rien de mal. Ils offrent un excellent système fi scal doublé d’un magnifi que secret bancaire, protégé par la loi, qui permetd’échapper à tous les contrôles de la terre. Ce royaume pétrolier, composé de sept émirats, propose l’accueil de sociétés offshoreavec une panoplie d’avantages économiques : exonération

d’impôt sur les sociétés, pas de TVA, possibilité de rapatrier les bénéfices et les capitaux de la société sans limites, création d’un compte bancaire offshore personnel et professionnel,absence de registre public des actionnaires ou bénéficiaires,confi dentialité totale dans les zones franches. En France, les sociétés offshore domiciliées dans la ville de Dubaï, auxÉmirats, ne sont pas considérées comme illégales à partirdu moment où elles sont déclarées au fisc. Sauf que les Émirats arabes unis ne diront jamais rien au fisc, secret bancaire oblige.Il existe d’ailleurs une loi qui punit quiconque s’aventurerait à briser le secret bancaire à de la prison ferme. N’en jetez plus, pour les évadés fiscaux en quête de discrétion, les garanties sont à leur maximum.

Ixchel Delaporte

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011