Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 03:45

Deux syndicalistes ont été condamnés mercredi pour avoir emprunté un camion-benne pour une action non violente. Ils risquent la révocation.

Eux n’ont violenté personne. Ils ont plutôt eu la peur de leur vie en voyant les armes des policiers braqués sur leur visage, ce matin de mai. Mercredi, Jean-Jacques et Christian entrent dans le tribunal de Paris sous les applaudissements d’une centaine de manifestants CGT, scandant le slogan : « Militants, pas voyous » (1). Ces deux syndicalistes éboueurs avaient été interpellés le 25 mai au volant d’un camion-benne de la Ville de Paris, emprunté dans des conditions rocambolesques à leurs collègues. Ils avaient pour projet de déverser le contenu du camion-poubelle devant le siège de la République en marche dans le cadre d’une action collective de plusieurs syndicats CGT.

Parmi les nombreux militants venus soutenir leurs camarades, l’incompréhension règne. Pour tous, les deux hommes sont les boucs émissaires qui payent individuellement pour une action de groupe. Un délégué syndical arbore un tee-shirt noir au slogan : « Je suis Jean-Jacques et Christian ». Il souligne que les deux agents sont proches de la retraite : « Ces deux camarades ne l’ont pas fait pour eux, ils sont en fin de carrière. Ils l’ont fait pour défendre les droits de nos enfants. » Le verdict tombe en fin d’après-midi : Jean-Jacques Picot et Christian Garnier sont condamnés pour « soustraction frauduleuse » du véhicule à 70 heures de travaux d’intérêt général et 2 mois de prison ferme s’ils ne sont pas effectués dans les 18 mois. Les deux syndicalistes ont décidé d’accepter la peine proposée par le parquet de Paris dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. La condamnation aurait pu aller jusqu’à 5 ans de prison ferme.

Soulagé de cette « décision de justice au caractère mesuré », Baptiste Talbot, secrétaire général de la CGT services publics, rappelle que la prochaine échéance est d’une importance capitale. Les deux éboueurs devraient être convoqués en conseil de discipline courant septembre. Ils risquent la révocation, sanction la plus lourde pour un fonctionnaire. Pour Baptiste Talbot, les syndicats CGT seront « extrêmement attentifs à l’échelle des sanctions » : « Des situations bien plus graves concernant des agents n’ont pas conduit à des sanctions aussi lourdes. » Les militants CGT craignent que les mesures prises contre Jean-Jacques et Christian soient éminemment politiques : « Il serait incompréhensible qu’un exécutif qui se réclame encore du camp du progrès social (la Mairie de Paris – NDLR) procède à des sanctions d’une gravité inédite dans la fonction publique. »

(1) Voir la pétition de soutien en ligne sur change.org.

Émeline Rojo

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011