Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 07:15
Pierre Darhéville

Pierre Darhéville

Mon allocution ce soir aux Docks des Sud au meeting pour soutenir la liberté, la paix et la démocratie avec le HDP. #StopErdogan

Chers amis,

Je suis heureux de me retrouver parmi vous ce soir pour cet événement fort qui nous unit autour du peuple arménien et du peuple kurde, ici à Marseille. Ici, nous vivons ensemble dans la reconnaissance de chacun. Marseille est une terre d’accueil, mais aussi une terre d’exils. Où parmi nos familles beaucoup sont venus tenter de guérir de leurs blessures. Parce que certains historiens ont écrit que le XXème siècle avait été le siècle des génocides. Et on a le sentiment que le XXème siècle, parfois, n’est pas vraiment terminé. Dans notre monde, il y a encore des peuples opprimés, il y a des peuples auxquels on dénie le droit d’exister, il y a des armées qui tirent sur des civils, des femmes et des hommes emprisonnés en raison de leurs opinions.
C’est un symbole puissant que des femmes et des hommes qui ont un partie de leur coeur en Arménie, au Kurdistan, se retrouvent ensemble pour parler de l’histoire, pour parler du présent, pour parler de l’avenir.

Qui peut ignorer la situation au Proche-Orient, qui peut ignorer la situation en Turquie ? Qui peut ignorer le courage de femmes et d’hommes qui lèvent la tête, qui se dressent contre les monstruosités de notre temps au péril de leur vie, sans jamais tomber dans les pièges du nationalisme, ne laissant aucune prise aux intégrismes, portant toujours leurs regards vers la justice, la dignité, le progrès social. Qui ne s’enferment pas dans des identités verrouillés mais font vivre une culture en mouvement, se nourrissant d’échanges, de dialogues, de rencontres.
Il faut avoir le coeur bien relié à la tête pour se tenir avec cette force devant l’histoire.
Il faut avoir une conscience solide, lorsque la moindre contestation peut finir par être qualifiée de terrorisme et que l’Union européenne ou l’OTAN le reprennent en choeur.

Alors que fait un député français sur cette tribune ?
Ces dernières années, chaque événement a été un prétexte pour le gouvernement de monsieur Erdogan afin de renforcer sa domination, de faire taire les voix discordantes, de s’en prendre à la démocratie. Des hôpitaux, des villages sont bombardés.
Dix députés sont emprisonnés, plus de 80 maires, des milliers de militants et de responsables du HDP. Combien d’élus ont été destitués ? Combien de fonctionnaires licenciés ? Tous les opposants sont menacés. J’ai une pensée pour Leyla ZANA, dont l’immunité a été levée pour lancer des poursuites judiciaires, pour Figen YUKSEKDAG et Selahattin DEMIRTAS, qui mène campagne depuis sa prison. Je veux saluer son courage, la force de son engagement qui n’a pas été brisé par l’oppression.
C’est pour cela, parce que je suis solidaires des progressistes du monde entier, parce que je suis citoyen du monde, que j’ai parrainé Bardan OZTURK, député de la ville d’Agri, Karakilise en arménien. Bardan, dont la famille est depuis si longtemps engagée dans le combat politique pour la reconnaissance du peuple kurde, il est co-président du DTK, le Congrès pour une Société Démocratique. Bardan est en campagne, et c’est pour cela qu’il n’est pas avec nous ce soir. Et c’est parce que le communiste que je suis partage profondément les valeurs portées par le HDP : la paix, la démocratie, la liberté d’opinion et d’expression, la reconnaissance des peuples et des cultures, le progrès social.
Si je suis là aussi, c’est pour empêcher que s’installe le silence, parce que le silence est complice. C’est pour dire que la France doit affirmer qu’elle n’accepte pas que les droits fondamentaux soient bafoués, qu’elle n’est pas dupe, qu’elle ne cède pas devant les intimidations, qu’elle demande des enquêtes internationales afin que les crimes et leurs auteurs soient jugés. Pas pour donner la leçon, mais, à sa place, pour participer à défendre l’humanité. Aujourd’hui, sa parole est trop insignifiante.
Il y a quelques jours, l’ambassadeur de Turquie est venu à l’Assemblée nationale et il a été interrogé par mon collègue Jean-Paul Lecoq, député communiste du Havre. Vous pouvez retrouver la vidéo sur Internet. On y voit l’ambassadeur évoquer le « ce qu’on appelle le soi-disant génocide des arméniens » et tout assumer. « Il y a mille deux mille personnes qui agitent les rues en France et en Europe et vous me présentez ça comme représentatif de toute une population kurde ? » a-t-il expliqué. Ou encore : « Reconnaissant qu’il « y a un minimum », « Chaque pays a des normes démocratiques un peu à sa manière ».

Alors, assez de déni, assez de mépris, assez d’oppression. C’est avec le peuple turc, que se gagnera la paix, que se gagnera la démocratie, que se gagnera le progrès social. L’adversaire, c’est le nationalisme guerrier, c’est l’impérialisme, qui s’exerce aussi à Chypre, d’ailleurs.
Et c’est pour bien marquer cela que je veux pour conclure citer un grand poète turc qui m’est cher, Nazim Hikmet, qui fut emprisonné en disant « malgré tous ces murs qui pèsent sur ma poitrine, / mon coeur bat avec l’étoile la plus lointaine ». Et qui écrivait : « rien n'est plus beau, que rien n'est plus vrai que la vie/ Tu la prendras au sérieux / Mais au sérieux à tel point / Qu'à soixante-dix ans, par exemple, tu planteras des oliviers». Aujourd’hui, ensemble, nous plantons des arbres pour qu’ils fassent des rameaux d’olivier !

Soutien aux minorités d'Anatolie écrasées par le nationalisme turc et le régime fasciste d'Erdogan: Intervention du député communiste des Bouches-du-Rhône Pierre Darhéville avec le HDP à Marseille

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011