Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 03:57

 

Qu'est-ce qui t'a poussé à adhérer au PCF? 

 

Plusieurs raisons : mon éducation, mes convictions sociales, ma bataille dans la vie, pour une vie plus humaine aussi bien professionnellement que personnellement.

 

Arrivée à l’âge de la retraite, je me trouve confrontée une situation qui me fait descendre de là où j’ai pu parvenir (prof d’allemand certifiée à 50 ans après un BTS en 1970 et des passages dans les entreprises privées dans les services export car j’étais douée en langues) suite à de nombreux combats dans la société et aujourd’hui c’est comme si tout ce que j’avais pu faire auparavant n’avait aucun sens.

 

Ce que j’ai pu espérer jeune, et ce pourquoi j’ai combattu toute ma vie (l’Europe,

et retrouver un bien être humain à être avec les autres, à échanger, à évoluer ),  je ne le vois nullement aujourd’hui et de plus je vois quelque chose de menaçant qui se profile :  un gouvernement qui méprise l’individu, lui retire son « passé » et son « avenir » avec des paroles facétieuses et détournées de la réalité et destinées à l’endormir. 

 

Donc, obligation de lutter encore et encore. Je me sens seule et comme abandonnée dans cette société actuelle qui nie les efforts effectués dans la vie quotidienne. J’ai besoin de rencontrer des personnes engagées pour retrouver espoir de créer une société dans laquelle l’humain est considéré et peut agir pour transformer sa vie.

 

Le PCF résonne en moi car j’y entends des paroles qui me rassurent sur l’humain, paroles qui décrivent très bien l’hypocrisie des annonces et actes du gouvernement, lequel détruit l’individu et son travail et sa place dans la société. On fait disparaître l’homme et ceci avec le consentement intéressé pour un avenir strictement personnel et égoïste des jeunes « loups » arrivés au pouvoir. Cependant cet « avenir » est faux.

 

Où sont passées les forces intellectuelles ?

Ce que je trouve inquiétant, c’est la « passivité », la « résignation » de la population devant les « supercheries », les mensonges et les paroles moralisantes pratiquées par le gouvernement pour endormir le peuple.

Les médias sont muets ou admiratifs, etc … Je ne supporte pas cela et j’ai trouvé une résistance intelligente au PC avec des paroles justes et des actes des élus du PCF et des militants face à la négation de l’individu et de l’humanité et cela pour sauvegarder  et exercer l’esprit critique, de discernement, le pouvoir de l’expression et une vie meilleure.

 

 

Y a t-il eu des rencontres, des antécédents familiaux, des engagements qui t'ont conduit à cette adhésion ? 

 

Des discussions et des prises de position dans ma famille m’ont permis de réfléchir.

Déjà, enfant, j’entendais mes parents parler du PCF. Notre père allait aux manifestations du 1er Mai, il était syndiqué, pas forcément PCF mais il soutenait les idées de gauche.

 

Mes parents ont beaucoup discuté et ont voté « Non » au  référendum de 1962  sur la proposition de l’élection du Président de la République au suffrage universel, et cela  surtout pour manifester leur opposition à la politique « autoritaire », « ancienne » et « peu moderne » du Général de Gaulle. J’avais alors 12 ans.

 

J’ai toujours entendu dire par ma mère que le Général de Gaulle avait donné le droit de vote aux femmes mais très tard (1944), alors qu’en Allemagne, c’est la République de Weimar (1919) qui a donné le droit de vote aux femmes.

 

Ensuite, je suis partie en RDA, à 17 ans, en 1968, à l’époque du « mur de Berlin », et cela grâce à France RDA d’obédience communiste.

J’ai participé à plusieurs programmes « Travail /Loisir » pour les jeunes et également, par la suite, j’ai encadré moi même des échanges linguistiques en RDA. C’est ainsi, grâce à France/RDA, que j’ai pu découvrir l’Allemagne car mes parents n’avaient pas assez d’argent pour me payer des voyages en Allemagne.

 

Cela m’a permis de mieux connaître la RDA et une fois devenue professeur certifiée d’allemand (seulement en 2001), j’ai pu transmettre aux élèves un témoignage vivant de la vie en RDA (organisation de jeunesse FDJ, passage de la frontière, vie quotidienne, etc).

J’ai effectué également des stages CEMEA pour encadrer des colonies de vacances, par exemple avec les « Francs et Franches Camarades ».

 

En 2016, j’ai rencontré des militants communistes au marché de Kerinou à Brest et cela m’a donné envie de contacter le PCF Brest.

 

Comment définirais-tu les valeurs, l'idéal et la pratique des communistes ? 

 

Pour moi les valeurs des Communistes sont des valeurs humanistes.

 

Le PCF a la conviction que tout être humain possède un capital mental qui lui permet de se développer et il faut mettre les moyens pour que l’individu puisse se développer.

Développer des compétences et de se former et aussi développer sa pensée .

 

Donc, comme moyen pour développer l’humain, le PCF va favoriser l’éducation sous toutes ses formes (par exemple l’éducation populaire dans les centres sociaux, la formation, et l’accès à la connaissance scientifique ou culturelle par des exposés, visites de musée, films historiques à thème, rencontre avec des écrivains, etc ...)

 

L’organisation des fêtes conviviales et sociales telles que la fête de l’Humanité.

 

 La pratique :  militer et l’apprentissage qui est à la base de tout.

 

Il existe aussi la formation des militants mais pas seulement la formation politique, la formation culturelle également.

 

 

Comment as-tu envie de militer ?

 

Je ne suis pas très active pour militer. En effet, je suis à la retraite et je profite de mon temps de façon assez personnelle : apprentissage d’autres langues, dessin, peinture, musique quand je peux.

En fait, je milite à ma manière, en rencontrant les gens de façon informelle, en leur communiquant des observations sur certaines décisions politiques inégalitaires et pas correctes, etc… mais parfois, on rencontre des personnes pas toujours prêtes à entendre ni à discuter et qui disent « moi, je ne fais pas de politique ».

 

Je distribue des tracts avec la section du PCF de Brest et j’aime bien distribuer des tracts.

 

Je participe la plupart du temps aux manifestations, car pour moi c’est actuellement une nécessité impérative d’ être présente dans la rue avec d’autres militants pour montrer qu’on est très mécontent, pour ouvrir les yeux à nos compatriotes,  et dire ce qui ne va pas actuellement.

 

J’ai d’ailleurs écrit un mail à tous les députés, à tous les sénateurs quelle que soit leur formation politique pour m’insurger contre la hausse de la CSG, et autres mesures et cela en présentant bien sûr l’injustice que cela représentait. J’ai reçu de la part des députés communistes et d’autres députés d’autres formations politiques des réponses très sincères et très humaines et très engagées. (les seuls députés qui n’ont pas répondu de façon correcte sont ceux de la REM).

 

A lire aussi: 

 

Paroles de nouveaux adhérents communistes en Finistère: Linda Veschetti, nouvelle adhérente à Carhaix

Paroles de nouveaux adhérents communistes en Finistère: Dessi Hedin, une suédoise adhère au PCF dans le Finistère

Mathieu, 17 ans, lycéen et jeune communiste à Nantes - le communisme, c'est une utopie qui vaut le coup qu'on se batte pour elle!

Une vague d'adhésion au PCF Finistère/ 17 nouveaux adhérents depuis le 1er mai 2018

 

Paroles de nouveaux adhérents communistes en Finistère: Anne-Marie Francillon, nouvelle adhérente à Brest

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011