Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 05:41

La stratégie des «passions tristes»

 

Chaque fois qu'un mouvement social se profile, la réaction se développe en trois phases: théâtralisation, désarticulation, criminalisation...

 

Le ciel bas, la lumière évanouie d'un soleil de réserve, le sombre murmure des bruits de bottes, le sourd rugissement des tambours de la guerre, rien n'est dit de la fin, tant on ignore tout du commencement des choses.

 

Pour déceler ce qui se joue dans « l'ici et maintenant », considérons la situation sociale comme un théâtre de guerre, l'odeur du gaz s'étant substituée à celle de la poudre. Le rapport de forces se fonde alors sur l'intimidation psychologique à canon scié d'un système politico-médiatique bien rodé. Le corps politique entretient avec le spectre médiatique des rapports incestueux. Toutes les radiographies révèlent ce que les commandes de l'Elysée aux terminaisons nerveuses des « réformes » doivent à la discipline des cellules médiatiques.

 

Chaque fois qu'un mouvement social se profile, la réaction se développe en trois phases : théâtralisation, désarticulation, criminalisation.

 

D'abord, extirper les revendications des minorités du réel commun, présentées comme les acteurs désincarnés d'un drame qui les dépasse et dont elles ne sauraient comprendre l'intrigue. C'est ce que M. Macron explique au personnel hospitalier – au manque cruel de moyens, l'évidence des hautes sphères : «réorganisation», «dette» et «argent magique» – infantilisé, ravalé au dernier rang de sujets. Le président se fait monarque d'opérette. L'espace scénique et l'espace médiatique se confondent alors où, dans son drapé neuf, le souverain a la « courtoisie » de deviser avec ceux qui n'ont pas voulu lui « serrer la main». Dans ce flottement où deux langages, deux mondes se confrontent, le principe de fictionnalisation doit opérer une désorientation de la conscience érigeant un quatrième mur entre les spectateurs et les acteurs pour enrayer tout processus d'identification.

 

Ensuite, si plusieurs faisceaux de résistance commencent à éprouver un désir de convergence, le système s'emploie à en oxyder sur-le-champ les mécanismes. La focalisation sur le statut « privilégié » des cheminots, cependant que tout respire une colère profonde et systémique, relève de la stratégie de la diversion. Pour désarticuler, il faut verrouiller les structures sociales, opposer les intérêts des grévistes criminalisés à ceux des usagers victimisés, les étudiants aux bloqueurs, distinguer « les colères légitimes» des autres, mettre en place des contre-feux afin que, dans un jeu de miroirs déformants, les colères ne se reconnaissent pas, se retournent les unes contre les autres et finissent par se neutraliser.

 

Mais, jouer la stratégie des « passions tristes », c'est jouer avec le feu. La tristesse, la peur, la méfiance, la haine, l'acédie (*), la compétition permanente, le sentiment d'impuissance instillés partout intiment aux individus de succomber aux rapports extérieurs défavorables ; or les mouvements sociaux sont de ces puissances imprévisibles et sauvages, par nature rétives aux pronostics. Si l'acte de criminalisation arrive tôt dans le scénario, voilà le signe que le pouvoir s'inquiète. Cette stratégie de l'extinction des feux dans les consciences se liquéfie à mesure que dans nos sociétés contemporaines se répandent les huiles de la colère et les « passions joyeuses » de l'intérêt commun.

 

(*) Dans la théologie catholique, affection spirituelle qui atteint principalement les moines et qui se manifeste par l'ennui, le dégoût de la prière et le découragement.[NDLR]

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011