Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 10:23
No pasaran: demande d'interdiction de la manifestation néo-nazie prévue par l'extrême-droite radicale bretonne à Scrignac le 21 avril avec pour mot d'ordre Communistes assassins: question écrite de Pierre Laurent au Sénat et au ministère de l'intérieur

Question écrite de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti Communiste, sénateur: 

Monsieur Pierre Laurent attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur un projet de manifestation le 21 avril 2018 à 18h00 à Scrignac.
Le média internet de sensibilité d'extrême-droite Breiz Info indique que plusieurs groupuscules de l'extrême-droite radicale bretonne, racistes, antisémites, antirépublicains comme l’ADSAV et la mouvance du réseau social néo-nazi de Boris Le Lay, Breiz Atao - projetaient de faire une manifestation ce jour sous le mot d'ordre de "Communistes assassins".
Ces groupes comptent dans leurs rangs des antidémocrates et des extrémistes violents qui ont déjà sévi à plusieurs reprises en envahissant un CADA de migrants et en s'attaquant à des militants et citoyens de gauche. Ils profèrent, pour certains d’entre eux, des menaces de mort sur les réseaux sociaux et cultivent la nostalgie du nazisme.
Il y a un risque réel que ces personnes s’attaquent à des biens et/ou à des personnes à Scrignac, explicitement désignée par eux comme une commune indigne car encore sous influence communiste depuis la Résistance. Cela peut donc générer des troubles graves à l'ordre public.
Il est à noter que le 24 novembre 2016 dans des conditions similaires un arrêté d'interdiction contre une manifestation de Génération Identitaire a été pris par la Préfecture de Police  afin d'éviter des affrontements violents et des troubles à l'ordre public.
Il lui demande ce qu’il compte faire face au projet de manifestation du 21 avril 2018 à Scrignac.

Menaces de l'ultra-droite à Scrignac
La tombe a été vandalisée le week-end de Pâques.

Le week-end de Pâques, la tombe de l’abbé Perrot, à côté de la chapelle de Koat Keo, en Scrignac, a été vandalisée. Ce prêtre, engagé politiquement, notamment à travers le mouvement catholique « Feiz ha Breiz » a été tué le 12 décembre 1943. Attribué aux FTP et à la résistance, cet acte n’a jamais été revendiqué officiellement. Le nom de Perrot a été ensuite récupéré par des nationalistes bretons radicaux qui ont formé une petite milice, le Bezenn Perrot. Avec une soixantaine de membres combattant sous uniforme allemand, elle a été engagée en 1944 contre la résistance. Avant son décès, l’abbé Perrot avait condamné ce projet de groupe armé.

Un hommage est rendu chaque année à l’abbé Perrot, le lundi de Pâques, près de sa tombe à la chapelle de Koat Keo. Il est organisé par l’association Unvaniezh koat Keo, de tendance catholique. Mais des organisations d’extrême droite ont régulièrement tenté de récupérer la figure de l’abbé Perrot. La chapelle, dessinée par l’architecte James Bouillé, est classée monument historique. Elle a fait l’objet de dégradations il y a quelques jours. La croix celtique qui surplombait la tombe a ainsi été cassée. Des inscriptions antifascistes en breton et en français ont été relevées sur la chapelle et une maison voisine. Deux plaintes ont été déposées.

Un rassemblement inquiétant

Depuis quelques jours, un appel à un rassemblement circule sur les réseaux sociaux. Il émane d’un groupuscule, Yaouankiz Breizh (« Jeune Bretagne ») et annonce un rassemblement le 21 avril, à 18 heures. Sur le flyer, on voit un homme armé d’un marteau fracasser une étoile rouge. On y lit « Communistes assassins » et « en mémoire de l’abbé Perrot et des nationalistes bretons assassinés. D’autres sites d’extrême droite relayaient des informations inquiétantes. Ainsi, Breiz-Info.com, proche du mouvement d’ultra-droite, les identitaires, rappelle qu’« historiquement, le communisme a eu une influence très importante dans la commune (on parlait durant la guerre du « maquis rouge » de Scrignac) et la petite commune était considérée comme étant le coeur de la « montagne rouge » à l’entrée des Monts d’Arrée ». Entre les lignes, on devine que c’est la population qui pourrait être une cible parce qu’elle « vote à gauche ».

Les menaces sont tout aussi explicites sur le site « Breiz Atao », dont le responsable, Boris Le Lay, a été condamné à plusieurs reprises. Il vivrait actuellement au Japon, ce qui lui permet d’échapper à la justice. On y découvre un article intitulé « Profanation de la tombe de l’Abbé Perrot : la gauche doit se préparer à déguster ».

Condamnation sans ambiguïté

Le site « Breiz Atao » met en cause un militant breton de gauche, Gaël Roblin. Contacté, ce dernier condamne sans ambiguïté les dégradations de Scrignac. « je ne comprends pas qu’on s’en prenne à une tombe. En tant que militant politique, je désapprouve cet acte qui victimise l’extrême droite et qui donne de l’importance à ces groupuscules ». Suite à cet article, il a décidé de porter plainte, en référé, contre le site « Breiz Atao ».

S’il avait lieu, le rassemblement de Scrignac pourrait attirer quelques dizaines de militants de l’ultra-droite, avec des profils potentiellement violents. Yaouankiz Breizh s’était ainsi distinguée, il y a quelques années, en s’invitant dans la Breizh manif à Nantes. Il y a quelques mois, une autre manifestation pour la réunification de la Bretagne avait été annulée par crainte d’affrontements en ce groupe et les militants de gauche. Le risque est d’ailleurs important que les associations antifascistes appellent à un contre rassemblement. Contacté, le maire de Scrignac, Georges Morvan, indiquait « n’avoir reçu aucune demande d’autorisation pour un tel rassemblement ». La gendarmerie de Carhaix étudie la situation. Il est fort probable que ce rassemblement d’extrême droite fasse l’objet de mesures d’interdiction. Reste à savoir si elles seront dissuasives.

Contactés, des membres de l’association Unvaniezh Koat Keo, qui entretiennent l’héritage de l’abbé Perrot, désapprouvent le rassemblement du 21 avril. Ils préfèrent insister sur l’appel aux dons qui a été lancé pour la restauration du monument.

Le Poher, 14 avril 2018 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011