Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2018 3 25 /04 /avril /2018 05:44
Chantiers navals. Le rapprochement de Naval Group et Fincantieri inquiète à Brest (Ouest-France, 24 avril 2018)

Les deux chantiers navals Naval Group et Fincantieri veulent constituer un « leader européen ». La CGT craint des suppressions de postes.

« Un énorme risque ! » La CGT s’inquiète du rapprochement entre le français Naval Group (ex DCNS) et l’italien Fincantieri (propriétaire de 50 % de STX). Naval Group s’engagerait dans une compétition mondiale « perdue d’avance » car l’industrie de l’armement est un marché « captif » avec « 70 % des programmes qui sont nationaux », et auquel la société française « n’accédera jamais ». Et c’est « éthiquement contestable » car « les armes ne sont pas des marchandises comme les autres ».

La CGT craint la suppression des postes en « doublon ». Elle ne croit pas à un « Airbus naval » européen, ni à l’exemple « Nissan-Renault » qui s’est traduit par « la perte de la moitié de ses effectifs pour la société française ». Le syndicat garde espoir que la construction neuve revienne, un jour, à Brest à condition d’investir 100 millions d’euros pour remettre en état les infrastructures, c’est-à-dire « rien du tout quand il s’agit de garantir un pan important de notre souveraineté et l’indépendance du pays ».

 

« Constituer un leader européen »

 

De son côté, la direction de Naval Group explique que le projet d’alliance sur le modèle industriel Renault-Nissan et Mitsubishi a pour objectif de « constituer un leader européen ». Un projet « favorable à l’emploi et à la valeur ajoutée », avec des réductions de coûts pour l’acquisition d’équipements, des présentations d’offres communes à l’export (ex-frégates Canada), et «la réalisation conjointe de bâtiments de surface comme le bâtiment de soutien et de ravitaillement du programme Flotlog ».

Concernant Brest, le site a connu un pic de charge avec l’adaptation des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins au missile M51 (trois SNLE concernés) qui se termine cet été. « Àpartir de 2019, le site retrouvera le cycle classique des entretiens de sous-marins et le niveau de charge d’avant 2011. » Concernant la construction neuve, « il nexiste pas de projet de programme à Brest pour des bâtiments de surface mais Brest peut participer à la réalisation densembles ou déquipements pour des constructions neuves de Naval Group. »  Brest travaille sur de possibles collaborations avec Cherbourg sur la construction des SNA (sous-marins nucléaires d’attaque), par exemple.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011