Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 07:18
L'école primaire Corentin-Caër fait partie des établissements publics de la ville qui devraient perdre une classe, avec les écoles Jaurès et Gambetta.

L'école primaire Corentin-Caër fait partie des établissements publics de la ville qui devraient perdre une classe, avec les écoles Jaurès et Gambetta.

 

Face à la probable suppression de trois postes d'enseignants dans les écoles publiques morlaisiennes, les associations de parents d'élèves se mobilisent. Un rassemblement est prévu pour ce vendredi. 

« Une décision brutale ». Les associations de parents d'élèves des écoles concernées ne mâchent pas leurs mots, face aux probables suppressions de postes de professeurs des écoles, voulues par l'Inspection académique. À Morlaix, les écoles publiques Gambetta, Jaurès et Corentin-Caër devraient donc être amputées d'une classe à la rentrée prochaine. Attendue mardi prochain, l'annonce fait partie d'une modification de la carte scolaire à l'échelle du Finistère, avec 27 fermetures de postes dans le département. « Morlaix paye un lourd tribut. Trois classes en moins, c'est du jamais vu, les parents ne comprennent pas », déplore Stéphane Pellé, vice-président de l'APE Jaurès. Motif d'inquiétude principal : les effectifs, qui devraient augmenter dans les classes, au risque de mettre à mal les conditions de scolarisation des enfants. « On va se retrouver dans la même situation qu'il y a quelques années, c'est du gâchis », se désole Sébastien Portier, co-président de l'APE Gambetta. Selon le calcul du parent d'élève, l'école devrait se retrouver avec seulement trois niveaux (grande maternelle, CP-CE1-CE2 et CM1-CM2) et des classes de près de 30 élèves. « Pour une école en ville, c'est fou ».

 

 

« Précariser encore plus »


Pour les associations de parents d'élèves, l'Inspection ne voit pas la réalité, ne prenant pas tous les chiffres en compte. À l'image des 13 élèves Ulis (touchés par un handicap qui ne permet pas une scolarisation individuelle) de Jaurès, non comptabilisés. Autre grief : le caractère « populaire » des établissements concernés. « Nous sommes trois écoles publiques avec une mixité sociale importante et un certain nombre de familles en difficulté. Cette décision risque de précariser encore plus Morlaix », s'alarme Guillaume d'Ancoisnes, président de l'APE C.-Caër. Les associations s'inquiètent : « Comment donner envie à des familles de s'installer ici dans ces conditions ? » ; « Quelle est la prochaine étape, supprimer une école ? ».

Mobilisation vendredi


Les APE ont rapidement relayé l'information à l'ensemble des parents, après avoir appris la nouvelle en début de semaine. Une mobilisation est prévue ce vendredi, à 18 h, devant la mairie. « À l'appel de toutes les associations de parents d'élèves, même des écoles qui ne sont pas concernées par les suppressions », précisent les organisateurs. Une délégation devrait, par la suite, se rendre à l'Inspection académique de Quimper, mardi, jour où les suppressions de postes devraient être validées.

Les élus réagissent:

Agnès Le Brun, maire de Morlaix : « Je ne suis pas favorable à la fermeture de postes, mais je n'ai jamais considéré que crier au loup avait fait avancer les choses. Il faut regarder la réalité en face et continuer de négocier, en toute objectivité, avec l'Inspection académique. Les discussions ont déjà permis de maintenir l'école Cloarec (Ploujean), sur laquelle il y avait de fortes inquiétudes. Si vous regardez les chiffres, avec moins de 70 élèves, l'école aurait dû disparaître. Lorsque j'ai rencontré la directrice de l'académie, je lui ai dit à quel point nous y tenions. Il faut aussi faire valoir les spécificités de nos écoles. Gambetta, par exemple, a besoin d'un taux d'encadrement supérieur à la moyenne, du fait du nombre d'élèves allophones notamment. Pour être juste, on ne peut pas dire que l'Inspection académique a une logique comptable. Elle fait de sa priorité le renforcement du pôle de remplaçants, les zones rurales, et étudie l'évolution démographique. Pour Morlaix, il faut trouver une voie raisonnable. »
 
 Ismaël Dupont, élu communiste d'opposition : « Trois postes perdus dans les écoles pour la même ville, c'est irresponsable. C'est une politique de réduction de la qualité des services publics et d'austérité, qui se fait au détriment de l'éducation de nos enfants, dans des écoles publiques des quartiers populaires. Des écoles qui font, pourtant, un travail remarquable grâce à l'engagement des enseignants, des personnels et des parents. Or, comment ne pas voir que l'accueil des élèves, si cette décision se confirmait, serait moins bon et propice à la réussite de toutes et tous ? Mais au gouvernement, on raisonne avec la calculatrice, plus qu'avec une vision de long terme, sur l'efficacité sociale de l'éducation ! Nous ne laisserons pas faire ces reculs qui fragilisent nos écoles de proximité à taille humaine. Nous ne laisserons pas les conditions d'accueil dans les écoles publiques morlaisiennes être attaquées à ce point. Les élus d'opposition de gauche à Morlaix sont pleinement solidaires des parents d'élèves, des enseignants et des élèves des écoles publiques concernés par ces suppressions de classes ».

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011