Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 19:05
Prochain Conseil Municipal de Morlaix le mercredi 31 janvier à 18h30: question orale de l'opposition sur le logement et l'avenir de Morlaix et sur la création d'un CADA

Le Conseil Municipal de Morlaix ce mercredi 31 janvier 2018 aura un ordre du jour très léger: délibérations sur les travaux du musée, sur le stationnement payant, sur l'usage de Langolvas, sur les attributions déléguées du maire et,... c'est à peu près tout, sauf que nous, dans l'opposition, nous posons des questions orales qui soulèvent la question de l'avenir de la ville et des solidarités à Morlaix.   

Questions orales présentées par l'opposition de gauche (Coopérative Citoyenne, PS, Front de gauche): Jean-Philippe Bapcérès, Elisabeth Binaisse, Jean-Pierre Cloarec, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Sarah Noll, Valérie Scattolin, Jean-Paul Vermot  

1- Regagnons la ville.

Selon l’INSEE, 15% des logements sont vacants à Morlaix.
La moyenne bretonne est 2 fois moins élevée, à 7,4%, tout comme la moyenne Finistérienne à 7,9%.
Certes, les villes moyennes souffrent, mais Lannion n’affiche qu’un taux de 8,2%, Quimperlé 9%, Concarneau 9,8%, Carhaix 12,3% ou encore Douarnenez, 9,8%...
Seul Guingamp affiche un résultat supérieur au nôtre en Bretagne à 16,9%.
C’est donc que nous sommes face à un problème particulier et qui s’aggrave. Ce taux n’atteignait que 12% en 2009.
C’est dire qu’il corrobore les chiffres de la population : elle baisse, et le nombre de logements vacants augmente. CQFD.
Sur 1400 logements vacants à Morlaix, environs 500 sont dans un périmètre allant globalement de la Place De Gaulle au quartier Saint Mathieu, ce qui révèle une concentration spécifique de la vacance en centre-ville.
Dès lors, un plan d’action spécifique doit être défini.
Le problème est d’une telle ampleur qu’il faut programmer notre action zone par zone, définir les îlots d’intervention : Ange de Guernisac, rue du mur/Saint Mathieu, etc…
La mobilisation de l’argent public doit également se programmer : regagner la ville nécessite l’investissement public, certes, mais aussi l’appui des partenaires publics et privés, des collectivités, des bailleurs sociaux, des établissements publics…
Alors, allez-vous mettre en place un plan de reconquête de la ville et de lutte contre la vacance, en réunissant les partenaires cités (et tout autre également) ? Nous sommes prêts à nous y associer pleinement.

 

2 - Pour la mise en place d'un nouveau CADA

En raison de la fermeture programmée du CAO (centre d'accueil et
d'orientation) de Pleyber-Christ , le secteur géographique de Morlaix va
constituer dans le Département , une zone blanche (3 Centres d'Accueil des
Demandeurs d'Asile existants à Brest, Quimper et Quimperlé )puisque
celui de Carantec n'existe plus.
Le CAO de Pleyber fermera après 2 ans de fonctionnement sans incident ,
car anticipé et porté par la municipalité.
Alors que les habitants du territoire se déclarent de plus en plus
demandeurs pour participer à des actions de solidarité , il importe de ne
pas laisser les associations et les collectifs se substituer aux obligations des
élus et des services de l’État. L'accueil des migrants doit se mener sur le
long terme, pour résoudre les incompréhensions et la défiance .
Une rencontre a eu lieu récemment entre le préfet et ses services ,et les
élus de Pleyber-Christ pour envisager un CADA d'une capacité de 50 à 60
places , éventuellement éclaté sur 2 communes .
Morlaix Communauté sous la direction de Madame Tocquer, s'est engagé
dans la recherche d'un site complémentaire ( car limitation à 30 places à
Pleyber).
Morlaix présente de nombreux avantages pour ce type d'équipement dans
la mesure où la ville-centre offre des facilités de transport (bus ou train),
une proximité des services tels Pôle Emploi, agences d'intérim, mission
locale,CAF …..qui n'existent pas en périphérie.De plus, la disponibilité
en bâtiments apparaît plus importante que dans des communes moindres
Autre atout, une offre affirmée de loisirs et de culture, le dynamisme des
nombreuses associations éducatives et sportives , tous ces éléments
concourent à rompre l'isolement des demandeurs d'asile , sans négliger la
réduction des coûts et des temps de déplacement des bénévoles.
QUELLE PLACE VA (OU PEUT) PRENDRE LA VILLE DE MORLAIX DANS
CETTE DEMARCHE DE CREATION D'UN NOUVEAU CADA, en relation avec
Morlaix Communauté ?* 

 

* Création d'un CADA pour les demandeurs d'asile à Morlaix. 
Il est temps que la mairie de Morlaix se positionne pour un accueil décent des exilés en prenant sa part de responsabilité. 
En Conseil Communautaire en décembre 2017, Thierry Piriou, le président de la communauté, a dit que des contacts étaient pris avec la préfecture et l'Etat pour l'éventuelle ouverture d'un Cada sur la zone de Morlaix Communauté. Reste à trouver la commune qui mettra à disposition un équipement pouvant accueillir ce Cada. Pour ma part je l'avais appelé de mes voeux dès le 12 septembre 2016 à travers cette question orale au Conseil Communautaire de Morlaix-Communauté:

Question orale présentée au Conseil de Communauté de Morlaix Communauté le 12 septembre 2016 par Ismaël Dupont, conseiller communautaire de Morlaix.

« Comment faire en sorte que les demandeurs d'asile et leurs familles ne dorment pas à la rue sur le territoire de Morlaix-Communauté ? »

Depuis plusieurs mois, des particuliers et des associations travaillent dans des conditions difficiles, avec beaucoup d'investissement personnel et financier, à trouver des solutions d'hébergement provisoires et insuffisantes pour des migrants, réfugiés , dont certains avec des enfants, qui arrivent dans le Pays de Morlaix démunis de tout.

Dans la foulée de l'émoi public considérable suscité par les images atroces du petit Aylan retrouvé noyé sur une plage de Turquie il y a un an, et des appels du gouvernement à la participation des communes pour l'hébergement de réfugiés irakiens et syriens, qui finalement, tardent à obtenir leur visa, ou de réfugiés acceptant de quitter Calais, plusieurs communes ont annoncé publiquement leur intention de mettre des logements à disposition de réfugiés et certaines ont effectivement des hébergements en attente.

La création du CAO de Pleyber-Christ s'est accompagné d'un grand volontarisme des élus et d'un élan de solidarité de beaucoup de citoyens pour accueillir ces réfugiés dans les meilleures conditions.

Cependant, si les demandeurs d'asile qui viennent de la jungle de Calais et sont reçus en CAO sont régulièrement et assez rapidement orientés en CADA ou en UDAH, il n'est pas de même de tous les autres demandeurs d'asile qui sont, eux, avertis par écrit par Coallia, la Pada (plateforme des demandeurs d 'asile) du Finistère Nord qu'ils ne trouveront aucun logement dans le Finistère. Et effectivement, nombre de demandeurs d'asile dans le Finistère comme ailleurs se retrouvent sans logement, à la rue ou dans des squats indignes alors que les textes de loi prévoient que tout demandeur d'asile a droit à un hébergement dès son inscription en préfecture.

Or, l'accès effectif aux logements normalement destinés par certaines communes de Morlaix-Communauté à des demandeurs d'asile pose problème dès que les associations essaient d'y faire accéder des migrants qu'elles accompagnent dans leur demande d'asile. Les communes, du moins pour celles qui se sont engagés dans la mise à disposition de logements pour des réfugiés, préfèrent visiblement bénéficier d'une convention avec l’État et d'un dédommagement de celui-ci dans le cadre d'une sollicitation préfectorale.

Certes, les logements recensés le sont dans le cadre de la relocalisation et sont destinés principalement à des demandeurs d'asile syriens ou irakiens. Cependant les communes et les particuliers restent les seuls maîtres de leurs choix et ils peuvent s'ils le souhaitent proposer ces mêmes hébergements pour d'autres personnes migrantes, et cela sans l'aval de la préfecture. De plus, les collectifs et associations qui ont fait une demande de rencontre avec Morlaix-Communauté aimeraient avoir accès à la liste des propositions de logements de communes ou de particuliers qui n'ont pas été retenues comme intéressantes par la préfecture. C'est le sous-préfet lui-même qui lors d'une première rencontre au printemps avait suggéré au collectif d'aide aux migrants et réfugiés du pays de Morlaix de se rapprocher des services de Morlaix Communauté pour recenser les adresses de logements potentiellement disponibles.
De fait, pour certains migrants, les associations se retrouvent à payer plusieurs centaines d'euros de nuits à l'auberge de jeunesse pour que des familles ne se retrouvent pas dans la rue. Les services de l’État n'assurent pas leur responsabilité de mise à l'abri des enfants et des demandeurs d'asile faute de moyens budgétaires et de volonté. Les communes ont peur de se mettre des charges nouvelles sur le dos et estiment n'avoir pas cette compétence.
Comment sortir de cette situation inextricable ?
Même si c'est à l’État de faire en sorte de veiller à l'accueil et à l'accompagnement des demandeurs d'asile dans des conditions dignes d'un pays civilisé qui ne laisserait pas à la rue ou dans des taudis les déshérités cherchant à fuir la misère, la dictature ou la guerre, nous pensons aussi que nos collectivités locales peuvent faire quelque chose pour l'accueil des réfugiés et des migrants et que ce n'est pas à des associations et des particuliers aux maigres moyens de se retrouver constamment en première ligne, sans soutien.
De fait, il serait souhaitable de pouvoir créer un CHP décentralisé pour les migrants sur plusieurs communes du pays de Morlaix (un appel d'offre semble avoir été lancé) ou/et un CADA pour offrir une vraie solution d'accueil et d'accompagnement aux migrants en attente de régularisation. Les communes et Morlaix-Communauté peuvent se manifester en ce sens auprès de l’État. Cela s'est fait par le passé, cela se fait ailleurs, comme à Avranches, dernièrement, avec très souvent le déploiement d'une très grande solidarité citoyenne.
Ne peut-on pas envisager aussi la mise à disposition réelle et opérationnelle très vite de logements d'urgence d'accueil pour les migrants et réfugiés, particulièrement les familles?

Prochain Conseil Municipal de Morlaix le mercredi 31 janvier à 18h30: question orale de l'opposition sur le logement et l'avenir de Morlaix et sur la création d'un CADA
Opposition de gauche au Conseil Municipal: Elisabeth Binaisse, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Valérie Scattolin, Sarah Noll, Jean-Philippe Bapcérès, Jean-Paul Vermot, Jean-Pierre Cloarec

Opposition de gauche au Conseil Municipal: Elisabeth Binaisse, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Valérie Scattolin, Sarah Noll, Jean-Philippe Bapcérès, Jean-Paul Vermot, Jean-Pierre Cloarec

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011