Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2017 4 21 /12 /décembre /2017 06:23
photo Le Télégramme

photo Le Télégramme

Il a beaucoup été question de gros sous, hier, en conseil municipal - le dernier de l'année -, les élus devant en effet voter le budget primitif 2018 de la ville. Mais aussi de cohérence, majorité et opposition jugeant que l'autre camp en manquait cruellement. 

C'est devant une salle du conseil où quelques élus manquaient à l'appel (ils avaient donné procuration), qu'un mois après le débat d'orientations budgétaires, Alain Tigréat, adjoint aux finances, a présenté le budget primitif 2018 de la ville. En section fonctionnement, ce dernier s'équilibre en recettes et en dépenses à hauteur de 22,35 M€. Soit 300.000 € de moins que le précédent budget, obligation de l'État faite aux communes de réduire leurs dépenses oblige. Les principales recettes viennent des impôts et taxes, qui représentent 62,7 % du total (un peu plus de 14 M€). La dépense la plus importante se situe dans les charges de personnel (10,35 M€, soit 43,3 %).

8,78 M€ d'investissements


Si on regarde de plus près les programmes d'actions, on remarque que près de 7,64 M€ sont consacrés aux services généraux et aux administrations publiques locales (34,2 %), 1,19 M€ à l'enseignement et la formation (18,8 %) et 3,96 M€ à l'aménagement et service urbain, environnement (17,7 %). Le plus petit budget revient à l'action économique (18.300 €, soit 0,1 %). Du côté des investissements, la ville va engager pas moins de 8,78 M€, dont près de 7,28 € en dépenses d'équipements. Notamment 1,7 M€ pour l'aménagement des espaces publics et 2,8 M€ dans le patrimoine bâti (dont 1,7 M€ pour le seul musée des Jacobins). Ces investissements seront financés à 62,9 % par l'emprunt et à 21, 7 % par des subventions. Et ce dans un contexte de nouvelle baisse des dotations de l'État et d'une stabilité de la fiscalité locale voulue par la ville : taxe d'habitation et sur le foncier non bâti stables ; taxe sur le foncier bâti en baisse d'1 %.

 

 

Le centre-ville : une priorité


Sans vouloir refaire le débat du mois dernier, l'opposition, par la voix de Jean-Paul Vermot, a remis le sujet du Grand Morlaix sur la table, expliquant qu'il fallait un comité de pilotage et une approche collective sur la revitalisation du centre-ville. Accord d'Agnès le Brun, qui a estimé qu'il fallait « aller plus vite, plus loin et ensemble », tout en jugeant que le sujet nécessitait néanmoins de la cohérence. Or, « les positions sont souvent à géométrie et géographie variables ». Jean-Pierre Cloarec, quant à lui, est revenu sur quelques points de détails, soulignant surtout qu'il était difficile de s'y retrouver en raison des transferts de budgets, pourtant décidés pour plus de clarté. Et de demander, lui aussi, que la question du centre-ville soit désormais considérée comme la priorité nº1. « C'est une question de survie, car si la ville centre décline, c'est tout le territoire qui en pâti. » Cohérent. C'est finalement Ismaël Dupont qui s'est montré le plus virulent, jugeant qu'il n'y avait « pas de ligne directrice dans ce budget pour faire face au défi de perte de population de la ville. »

« Les discours changent pas les actes »


Moyennant quoi, l'opposition a voté en bloc contre ce budget « sans vision d'avenir ». Ce qui a eu le don d'agacer Agnès Le Brun. « Vous formulez le souhait que l'on travaille ensemble mais vous prouvez le contraire avec votre vote », a réagi le maire. Quelques minutes plus tard, elle est revenue à la charge à l'occasion de la présentation de son rapport d'activité de vice-présidente de Morlaix Communauté. « On veut le Grand Morlaix mais on ne donne qu'une seule vice-présidence à la ville centre. Les discours changent, pas les actes. » « Mais vous n'avez même pas voté le dernier budget de Morlaix Communauté. La cohérence doit aussi être de votre côté », lui a rétorqué Jean-Paul Vermot. Match nul, balle au centre.
 

Musée. Déjà 900.000 € de dépassement !

La réhabilitation du musée des Jacobins est arrivée en toute fin de conseil sur le tapis. Ou plus exactement sur la table. Si bien que l'opposition a vertement réagi, s'agaçant de prendre connaissance des éléments en conseil, s'agissant du plus lourd investissement de la ville. Mais elle a surtout pointé un dépassement de l'enveloppe de l'ordre de 900.000 € pour les phases 1 et 3, « alors que les travaux n'ont pas encore commencé ». Soit une augmentation de 16,63 %. Le coût total du projet va donc passer de 13 à 14 M€ TTC.

 

Deux imprévus


Regrettant le retour très tardif en mairie des documents nécessaires à la rédaction de la délibération, Agnès Le Brun a expliqué ce dépassement par deux imprévus : des fondations spéciales et la création d'une mezzanine dans l'église. Et de souligner que d'autres dépassements plus importants avaient déjà été votés « sans sourciller ». « Bien sûr qu'il y a toujours des dépassements sur les travaux. Mais là, c'est quand même près d'1 M€ de surplus ! Si encore ce chantier s'insérait dans un projet global pour le centre-ville, j'aurais pu m'engager. Mais là, non », a reproché Jean-Paul Vermot, qui s'est abstenu, tout comme les sept autres élus de l'opposition. « J'aurais aimé que vous déployiez autant d'énergie pour le coût élevé de la passerelle de la gare », lui a répondu Agnès Le Brun, en précisant que ce million d'euros complémentaire ne va pas être supporté uniquement par la ville. » La Drac abondera à hauteur de 120.000 €, a précisé le maire. Reste à combler la différence. À l'origine, la part de la ville s'élevait à 5 M€.

Quelques subventions


Par ailleurs, toujours concernant le musée, une subvention de fonctionnement de 68.440 € dans le cadre du projet culturel 2018 qui accompagne la fermeture pour travaux du site des Jacobins. La ville a également décidé d'inscrire 25.000 € dans le budget primitif 2018 afin de financer les travaux de conservation préventive des oeuvres conservées au musée. Enfin, une convention a été signée avec la Fondation de France pour le dépôt au musée de quatre peintures et 62 dessins de l'artiste Camille Bryen.
Rues de Kermadiou et du Château : près de 368.000 € pour conforter les talus
Suite à des éboulements et glissements de terrains survenus au départ des talus, rues de Kermadiou et du Château, la municipalité souhaite réaliser des travaux de confortement de ces talus afin de mettre en sécurité les abords de ces deux rues. Sur la base des diagnostics géotechniques réalisés par la société Arcadis, de Quimper, une double mission a été confiée à la société Géolithe Grand Ouest, de Pacé (35) : la rédaction des pièces techniques du marché de travaux de confortement des talus et l'analyse des offres ; le visa des études d'exécution et la supervision des travaux. Le montant prévisionnel des travaux est de 127.818,36 € pour la rue de Kermadiou ; 239.946,36 € pour celle du Château. Soit un total de 367.764,72 € TTC.
Plus d'1 M€ de subventions aux associations culturelles
Un total de 1.048.231 € de subventions aux associations culturelles subventionnées ont été votées hier soir par le conseil. À une exception près, les montants sont identiques à ceux votés l'an dernier. Centre social du Plateau Carré d'As, 53.904 € + 1.000 € pour l'organisation d'une fête de fin d'année; Centre social Ti an Oll - Kernéguès, 10.200 €; Bretagne Vivante, 17.575 €; accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) La Récré, 67.320 €; Morlaix Animation Jeunesse (Maj), 83.946 €; Office des retraités et personnes âgées de Morlaix (Orpam), 45.166 €; Wart, 16.000 € de fonctionnement, 4.000 € de participation aux navettes pendant le festival Panoramas et 25.420 € de participation à l'organisation dudit festival; Les Moyens du Bord, 27.000 €; Théâtre du Pays de Morlaix, 522.000 €; Théâtre de l'Entresort, 8.200 €; Cinéma Art et Essai La Salamandre, 15.000 €; Maison des Jeunes et de la culture (MJC), 136.500 € (+ 1.500 € par rapport à l'an passé) et enfin l'Espace des Sciences, 15.000 €. À noter qu'en toute fin de séance, une subvention exceptionnelle complémentaire de 50.000 € a été attribuée au Théâtre du Pays de Morlaix pour l'exercice 2017.
La séance en bref
Frelons asiatiques. Tout comme Morlaix communauté l'a fait lundi, la ville va poursuivre le dispositif d'aide à la destruction des nids de frelons asiatiques. Concrètement, une aide maximale de 100 € pourra être reversée à chaque particulier. Acquisition d'un terrain. La ville a acquis un terrain non construit de 16 m² situé 6, rue de Ploujean. Son propriétaire est disparu et les taxes foncières n'avaient pas été acquittées depuis trois ans. Temps de travail. La ville s'est mise en conformité avec les règles du temps de travail dans la fonction publique en faisant passer la durée annuelle de travail effectif des agents de 1.540 h à 1.607 h. Des sets de table distribués. Plusieurs milliers de sets de table représentant des tableaux du musée des Jacobins ont été imprimés. Ils ont été distribués aux commerçants afin de promouvoir le site et ses collections.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011