Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 13:54

Le temps des imposteurs ! …

On se souvient qu’au printemps, surfant sur la vague de rejet de plus en plus large de la politique et des partis, sur le refus de voir Le Pen l’emporter au second tour aussi, Macron emporta largement l’élection présidentielle. Dans la logique des institutions de la 5ème République s’en suivit la mise en place d’une’ Assemblée Nationale quasi inimaginable quelques mois auparavant.

Une campagne décomplexée menée avec des arguments simples (pour ne pas dire simplistes) et bien dans l’air du temps : ni gauche, ni droite ; en dehors des partis politiques ; pas de positions idéologiques, rien que du pragmatisme ; avec le courage de faire enfin ce qui est nécessaire depuis des dizaines d’années ; …

On allait voir ce que l’on allait voir ! Et on a vu ! A droite toute !!

Macron et le gouvernement mettent en œuvre une politique brutale pour le monde du travail, inégalitaire, autoritaire visant à remodeler le pays entièrement dans l’intérêt de la Finance.
Dans la continuation et l’aggravation de la loi El Khomery, ils y vont de bon train : démantèlement du code du travail, baisse de l’impôt sur la Fortune (ISF), remise en cause du financement de la sécurité sociale, casse du logement social, austérité redoublée pour les collectivités locales, mise en cause des services publics, abandon de pans entiers de l’industrie, … pour ne citer que cela.

Rien d’étonnant !

…Quand on sait que le 1er ministre, le ministre de l’économie et le titulaire du portefeuille du budget viennent de la droite (Les Républicains) sans compter les nombreux ralliements de celles et ceux qui, après la déroute de Fillon, voulaient trouver un point de chute  pour assurer leur réélection. Ceci d’autant plus facilement que le programme annoncé n’avait rien qui puisse les révulser.

« Ni, ni » ou « et, et » oblige il faut ajouter à cette majorité les transfuges de la « gauche », de la première heure (Collomb, Ferrand, Le Drian, …) ou plus tardifs. Venant du P.S. ou des écologistes comme De Rugy ou Pompili récompensés pour l’un par le « perchoir » de l’Assemblée Nationale, pour l’autre par la présidence de la commission de développement durable et d’aménagement du territoire… Il faut leur rajouter ces socialistes sortants auxquels Macron fait le cadeau, tout en refusant leur adhésion, de ne pas présenter de candidats contre eux aux législatives (Valls, Le Foll, …). En espérant, évidemment, que la reconnaissance du ventre les conduirait à une certaine « compréhension ».

Et puis, rejet des partis oblige, il y a ces bataillons de néophytes (réels ou supposés) de la politique issus de la société civile et du monde économique. Pas des ateliers et des bureaux bien sûr mais plutôt des instances dirigeantes des entreprises. Comme la ministre du travail, ex DRH de Danone et, à ce titre, experte pour répondre aux souhaits et exigences du MEDEF. Celles et ceux qui ont rejoint le mouvement de bonne foi font leur expérience. Il se dit que bon nombre d’entre eux commencent sérieusement à se poser des questions quant à la nouvelle façon de faire de la politique annoncée comme un marqueur de la nouvelle majorité !

Le nombre de députés du groupe majoritaire, leur inexpérience souvent, leur diversité d’origine servent de prétexte à l’instauration d’une discipline de fer qui percute les cultures différentes et sans doute les ambitions aussi. La conséquence est un fonctionnement vertical à l’extrême. Où toutes les décisions se prennent dans l’entourage immédiat du président. Sans que ni la population, ni les élus n’aient voix au chapitre.

 

…et le temps des responsabilités

Le résultat des élections du printemps éclate comme un coup de tonnerre dans les partis politiques contraints de se poser des questions sur leurs orientations, leurs pratiques et la rupture de leurs liens avec la population.

Les forces de gauche aussi évidemment. Mais il leur incombe en plus une responsabilité particulière : celle d’organiser la riposte et de préparer l’alternative.
En effet ce que Macron veut mettre en œuvre, en brûlant les étapes, ce n’est pas seulement de changer de politique. Il se place d’ailleurs dans la continuité de ses prédécesseurs dans bien des domaines. Ce qui est en cause, à l’étape actuelle du capitalisme mondialisé, ce sont les fondements même du caractère social de notre république qu’il s’agit d’abattre pour laisser le champ  libre à la domination sans partage de la Finance à qui aucune part des richesses ne doit échapper.
Mais, en même temps, ces orientations se heurtent aux besoins des populations et aux exigences croissantes des peuples qui sentent, qui savent qu’il n’y a pas de fatalité et que les choses pourraient aller autrement.
Par ailleurs de plus en plus nombreux sont celles et ceux qui prennent conscience de l’imminence d’une véritable catastrophe  écologique si les mêmes choix sont maintenus.

La gravité des menaces, l’importance des enjeux placent donc chacun devant ses responsabilités. Et particulièrement les forces de progrès. Quelle que soit la légitimité des autres préoccupations, il n’y a pas d’autre priorité que la construction du rassemblement de tous ceux qui sont prêts à s’unir pour que prévalent d’autres choix.

Ce rassemblement ne pourra évidemment pas faire l’impasse sur les raisons et les responsabilités qui ont conduit à la situation actuelle. Mais, ce bilan étant fait ,il ne saurait être question de multiplier les prétextes pour  dresser des obstacles. Y ont légitimement leur place, à titre individuel ou collectif, tous ceux qui, tournant le dos aux politiques d’austérité passées,  veulent créer les conditions d’une alternative répondant aux besoins des populations et des peuples. Sans hégémonie et sans volonté de leadership !

Face à la victoire des imposteurs c’est le chemin de la responsabilité.

 

Alain David

Morlaix le 19-12-2017

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents