Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2017 3 06 /12 /décembre /2017 06:57
Communiqué de Jacques Casamarta, chef de file de la liste de gauche à l'Assemblée Territoriale PCF-Insoumis Corses - Ensemble - l'Avvene, a Corsica in cumunu - et déclarations scandaleuses de Mélenchon sur Bellacio qui confirme son soutien actif aux Nationalistes Corses contre ses soutiens aux Présidentielles

Communiqué de Jacques Casamarta, candidat issu des Insoumis à l'Assemblée Territoriale de Corse, chef de file de la liste PCF-Insoumis Corse - Ensemble Corse

Objet : Communiqué de Presse

ELECTIONS TERRITORIALES 2017

Un vif remerciement aux 6788 électrices et électeurs qui ont choisi le vote du changement avec la liste l'Avenir, la Corse en commun – l’Avvene, a Corsica in cumunu.

Cette liste, représentant la gauche sociale et environnementale, a réalisé 5,68 % lors de cet important scrutin. Par rapport à la liste du FDG de 2015, elle progresse très légèrement en pourcentage, mais elle ne se maintiendra pas au deuxième tour, car elle ne fusionnera avec aucune autre liste. Elle ne négociera pas de strapontins. Elle restera claire dans ses intentions politiques et elle ne soutiendra personnes pour ce second tour.

Il faudra dans les jours qui viennent, avec tous les militant(e)s engagé(e)s dans la démarche de rassemblement, tirer tous les enseignements de cette campagne qui a été rendue très difficile par les violentes attaques verbales et l'entreprise systématique de dénigrement dont la liste a été victime. Cette situation a pesé lourd dans les résultats. Des esprits malsains, au sein même de notre mouvement FI et de cette gauche de la transformation sociale, ont conduit à empêcher la Corse d'avoir une représentation démocratique de notre liste au sein de l'Assemblée Territoriale. Ils ont, de ce fait, exclu la gauche de cette institution la laissant uniquement entre des mains libérales.

Ajaccio le 5 décembre 2017.

 

 

Quand on a pas de cap de classe autre que son caprice et son intérêt opportuniste, et de cap idéologique autre que l'émergence du prétendu "nouveau monde" sur les cendres de l'ancien, et désormais l'anti-communisme primaire, voilà ce que ça donne chez Mélenchon. La déchéance finale: l'homme qui jubile devant les tas de ruines encore fumantes. 

Ce personnage n'avait rarement donné ainsi la pleine mesure de lui-même et de sa capacité de mauvaise foi (ou d'absence de foi politique, ce qui serait pire!) qu'en Corse où il a passé son temps à taper sur la seule liste de gauche et à draguer des nationalistes qui faisaient cause commune avec l'UMP aux municipales et n'apportent certainement pas de politique de progrès aux Corses. Cela fait penser à son mentor Mitterrand qui favorisait le Front National contre la droite par calcul opportuniste de court terme.

Mélenchon n'a eu que des insultes à dispenser aux Insoumis et communistes corses qui ont défendu sa candidature aux présidentielles et qui ont eu le tort de ne pas se soumettre à ses diktats de vieille diva usée.

 

Lu sur le site Bellacio sous la plume de Jean-Luc Mélenchon, tout miel avec Talamoni et Simeoni, tout fiel avec les Insoumis, Communistes Corses, et membres d'Ensemble qui soutenaient la seule liste gauche présentée à l'Assemblée Territoriale :

" La liste de monsieur Simeoni a fédéré les élécteurs de Corse en un tout massif et vivant. Elle a donné un centre de gravité à la société Corse. C’est un exploit quand on voit dans quel émiettement croupit la sphère politique sur le continent. Le signal avait été clairement donné il y a six mois. Les électeurs
avaient déjà élu trois députés sur quatre pris dans les rangs autonomistes. Le dégagisme en Corse, c’est eux qui l’incarnent, à l’évidence. Et c’est un dégagisme positif. Car il a un contenu, un projet de dépassement de la situation
actuelle. Il génère localement un enthousiasme et un optimisme fédérateur. Car le dégagisme n’est pas toujours vide de contenu comme le rabâchent les esprits superficiels qui exècrent tout ce qui sort du cadre prévu. Je me réjouis d’avoir eu ce dialogue amical avec les députés autonomistes à Paris. Il m’a permis, ainsi qu’à mes collègues du groupe parlementaire, de prendre la mesure de ce qui s’engageait sur place dans les rangs autonomistes. J’ai su qu’ils réclament
l’autonomie dans le cadre de la Constitution et de la République. Et je n’y vois pas d’inconvénients".

Les faussaires du PC qui avaient usurpé notre identité sous le label « Corse insoumise » ont reçu la punition qu’ils méritaient. Ils n’ont toujours rien compris et vocifèrent que j’aurais provoqué leur déroute. Ils ne comprennent rien à la société dans laquelle ils vivent. Seul leur importe de continuer la triste besogne que la direction du PCF leur avait vendu comme la bonne tactique. Sur 10 candidats : 7 communistes et 3 anciens
communistes dont l’ancien secrétaire général du PCF en Corse, le tout dissimulé sous un rassemblement de sigles même les plus exotiques, et enrobé dans le grand bla bla contre « Paris et Mélenchon ». Bref, la tambouille.
En réalité, les prestations télévisées désastreuses de leur chef de file, l’absence de programme ancré dans les réalités locales et la lourdeur partisane ont eu davantage de poids contre cette liste de bras cassés que n’importe laquelle de
mes recommandations. Mais pour le comprendre, il faudrait que cette piteuse équipe comprenne le moment politique et ce que la stratégie « féderer le peuple » signifie. Faute de l’avoir compris sur le continent les dirigeants actuels du PCF ont rabougri leur parti à 3% aux législatives, tout en nous empêchant dans 45 cas de franchir la barre du second tour".

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011