Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 06:00
Tout comme plusieurs autres élus, Jean-Paul Vermot (qui y siège au titre de Morlaix Communauté comme élu PS) réclame la tenue d'un conseil de surveillance très vite.

Tout comme plusieurs autres élus, Jean-Paul Vermot (qui y siège au titre de Morlaix Communauté comme élu PS) réclame la tenue d'un conseil de surveillance très vite.

 

Alors que l'hôpital est secoué par une crise, plusieurs élus le martèlent : « Il faut réunir un conseil de surveillance extraordinaire d'urgence », insistent notamment Jean-Paul Vermot, Solange Creignou ou encore Nicolas Floch, membres de l'instance présidée par Agnès Le Brun. 

 

La crise qui frappe le centre hospitalier des pays de Morlaix (CHPM) depuis la fermeture des huit lits de soins intensifs du service de cardiologie continue de faire réagir. « Toutes les mesures doivent être prises afin de défendre farouchement l'établissement », martèlent le maire de Saint-Thégonnec, Solange Creignou, et l'élu morlaisien Jean-Paul Vermot, membres du conseil de surveillance de l'hôpital. Présidé par le maire de Morlaix, Agnès Le Brun, il regroupe quinze personnes. Dont la directrice, Ariane Bénard, des représentants du milieu médical, du personnel, des usagers ou encore des élus. Sa prochaine réunion est prévue le vendredi 22 décembre. Bien trop tard, estiment les deux conseillers départementaux. « Il faut absolument que soit convoqué d'urgence, d'ici fin novembre, un conseil de surveillance extraordinaire », lâchent-ils, en s'appuyant sur la loi qui stipule que cette instance donne notamment son avis sur « les conditions d'accueil et de prise en charge des usagers ».

 

« Obtenir des éclaircissements »

 

« Cela permettrait de réunir les protagonistes de la crise, de débattre et de faire le point sur les services qui trinquent », argumente Jean-Paul Vermot, en rappelant également la fermeture temporaire des urgences de la psychiatrie à Noël. « Face à la pénurie, on ne résoudra pas le problème de la démographie médicale dans notre coin à Morlaix. Il faut que notre voix porte au sein du Groupement hospitalier de territoire (GHT) qui se met en place », poursuivent les deux élus, qui ont été rejoints en cours de journée par deux autres membres du conseil de surveillance, Nicolas Floch, président de Haut-Léon communauté et maire de Saint-Pol-de-Léon, ainsi que Joëlle Tous-Madec, adjointe au maire. Eux aussi demandent à Agnès Le Brun la tenue urgente d'un conseil de surveillance, « car cette instance est, à mon sens, la plus appropriée pour obtenir les éclaircissements nécessaires », souligne notamment Nicolas Floch.

 


 

Rémunération : le Dr Cornec persiste et signe

À travers un communiqué, le docteur Pascal Cornec, chef du service cardiologie de l'hôpital, a réagi aux propos d'Agnès Le Brun, présidente du conseil de surveillance de l'établissement, relayés dans notre édition d'hier. « Vous me mettez encore en cause en affirmant que l'on m'a proposé de travailler à temps partiel afin de poursuivre mon activité " dans le privé lucratif ". Ces accusations, dont je perçois mal les objectifs, mettent en doute jusqu'à ma probité. Et ceci toujours sans le moindre contact avec moi, ce qui me sidère », commence-t-il. « Je l'ai dit clairement et je le répète : l'activité à la clinique n'a jamais été une activité privée ni rémunérée. La présenter comme un " arrangement " concernant ma situation personnelle n'a rien à voir avec la réalité. Je n'ai pas l'intention d'avoir une activité privée. Sinon, j'aurais fait depuis longtemps un autre choix d'exercice », poursuit le docteur.

« Vous devez impérativement me recevoir »


« Le seul sujet est bien celui de l'avenir du service de cardiologie. Vous évoquez le dépassement de temps de travail des praticiens. Ces éléments sont encadrés de la même façon pour n'importe quel praticien et, là encore, aucune irrégularité de ma part n'a jamais été constatée. Pendant que je fais l'objet de ces attaques insensées, je crains que nous ne perdions de vue (je n'ose imaginer que ce soit stratégique) le dossier essentiel que nous devons solutionner. Depuis un an, mes collègues et moi portons la continuité du service sur nos épaules, malgré la pénurie », écrit Pascal Cornec. « Vous devez impérativement me recevoir pour que je puisse porter à votre connaissance les éléments factuels de ce dossier (convention, organisation de l'activité et temps de travail, validation régulière par l'administration, etc.) permettant de rétablir la vérité », termine le médecin.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011