Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 07:18
Manif à BREST, stop TAFTA-CETA

Manif à BREST, stop TAFTA-CETA

Emmanuel Macron veut-il la mort des paysans ?

VENDREDI, 22 SEPTEMBRE, 2017
HUMANITE.FR
Ce matin sur les Champs Élysées, des manifestants protestent contre la possibilité d’importer des produits agricoles traités à des herbicides comme le glyphosate, Photo : Jacques Demarthon/AFP

En acceptant l’entrée en vigueur du traité de libre échange entre l’Union européenne et le Canada à partir du 21 septembre 2017 alors que la France ne l’a pas encore ratifié, le président de la République milite objectivement pour la baisse des prix payés aux paysans. Il le fait au moment où, à sa demande, l’intitulé de l’atelier numéro 5 des Etats généraux de l’alimentation parle de « rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs ».

Hier l’accord de libre échange négocié entre l’Union européenne et le Canada est entré en vigueur, bien que ratifié par seulement 5 pays sur 28 au sein de l’Union européenne comme nous l’avons rappelé ici même le 20 septembre. Le même jour paraissait une note de conjoncture de l’INSEE sur l’évolution des prix des matières premières en août 2017, mais aussi sur les trois derniers mois et sur un an. Sur douze mois, les principales matières premières agricoles que l’on transforme en produits alimentaires sont en baisse. Cette baisse moyenne et de 3,3% en août 2017, de  9,6% sur trois mois et de 14% sur un an. Sur un an, les oléagineux sont en baisse de 8,6%  et le prix du sucre a chuté de 37,1% durant la même période. Les céréales sont au même prix qu’un an plus tôt mais ce prix est trop bas depuis plus de deux ans. Selon l’analyste Michel Portier, qui s’exprime dans la France Agricole de cette semaine, « depuis la mi-juillet, les cours du blé ont perdu 30€ par tonne ». Alors que le prix de la tonne de blé rendue au port de Rouen pour l’exportation plafonne à 153€, le prix payé aux producteurs ne dépasse guère 130€. Or, selon Michel Portier, les coûts moyens de productions pour les céréaliers français « sont de 164€ la tonne ».

Selon l’INSEE, le prix de la viande bovine payée aux éleveurs a chuté de 9,2%  sur un an mais de 20,8% sur les trois derniers mois. Il en va de même pour le prix du cuir, qui provient essentiellement des peaux de bovins avec une chute des cours de 20,5% sur un an. Même le prix du bois scié issu des conifères a chuté de 13% ces trois derniers mois. Alors que le prix du kilo de carcasse du porc charcutier était passé de 1,30€ au début du mois de janvier à plus de 1,45€ avec des pointes à 1,50€  entre mars et juillet, il baisse régulièrement depuis, au point d’être tombé à 1,32€ cette semaine. Il a suffit pour cela d’une légère diminution des importations de porcs européens par la Chine.

Comme l’accord de libre échange entre l’Europe et le Canada permet à ce pays de nous vendre plus de céréales, d’oléagineux, de viande bovine, de viande porcine et de bois de conifères, cette concurrence plus vive sera utilisée par les firmes importatrices pour peser sur les prix à la production en France et en Europe en réduisant les débouchés de la production européenne par des importations accrues. Du coup, des craintes de même nature se sont exprimées mercredi dernier dans les communiquées de plusieurs syndicats paysans.

Quand les syndicats font le même constat

La Confédération paysanne note que « le président Macron a pris la décision de valider l’entrée en vigueur anticipée de ce traité, et ce malgré les profondes inquiétudes qui subsistent pour l’agriculture française ». Le syndicat fait état du rapport commandé par le gouvernement, dans lequel  « la commission chargée d’évaluer de conséquences sanitaires et environnementales du CETA avait noté que ce traité ne fournit pas les conditions favorables aux objectifs de la transition agricole. Plus grave, il indiquait les risques pour les élevages bovins allaitants, déjà en difficulté depuis plusieurs années ».

Dans un communiqué commun, la FNSEA et Jeunes Agriculteurs notent qu’avec l’entrée en vigueur de cet accord, « demain l’Europe, la France , importeront des produits alimentaires ayant bénéficié, dans leur mode de production, de 46 molécules interdites aujourd’hui sur le territoire européen (…) C’est la double peine pour les paysans français qui subissent interdictions et importations. Non seulement la France veut leur imposer de réduire leurs possibilités de traitement phytosanitaire mais dans le même temps, elle ouvre grand la porte aux produits interdits. A l’heure des Etats généraux de l’alimentation, cet accord vient balayer d’un revers de main la transition écologique menée par les agriculteurs français depuis de nombreuses années ».

Ces deux syndicats, tout comme la Confédération paysanne, soulignent aussi que l’acceptation de cet accord cadre mal avec les objectifs affichés par le gouvernement dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation qui ont débuté le 29 août et vont se poursuivre jusqu’à la fin du mois de novembre tandis que le président de la République doit s’exprimer sur le sujet le 12 octobre prochain.

Importer de l’huile de soja met en cause la production de colza

Il y a deux jours, nous indiquions ici que la reprise  des exportations d’huile de soja  en provenance d’Argentine pour produire des biocarburants en Europe, faisait baisser le prix de colza européen dont une partie est également  transformée en diester tandis que les restes de graines triturées à cette fin sont transformés en tourteaux pour le bétail. Tôt ce matin, 250 agriculteurs à l’appel de la FNSEA et Jeunes Agriculteurs ont bloqué l’accès aux Champs Elysées pour protester contre les importations abusives de produits traités par des molécules interdites en Europe. «Soja argentin : OGM », pouvait-on lire sur un conteneur placé à l’entrée de l’avenue.

On nous dit que les Etats généraux de l’alimentation qui ont mis en place 14 ateliers de débats sont la concrétisation d’une promesse électorale d’Emmanuel Macron. Il est écrit que les travaux de l’atelier 5 doivent aboutir à  « rendre les prix  d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs », tandis que ceux de l’atelier 7 sont destinés à « améliorer les relations commerciales et contractuelles entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs ». Or, qu’il s’agisse de l’entrée en vigueur du CETA ou de la reprise des inportations sans le moindre droit de douane d’huile de soja en provenance d’Argentine, on crée les conditions pour le maintien d’une baisse durable des prix agricoles en France.

Faut-il voir la le résultat de ce que certains appellent « la pensée complexe » d’Emmanuel Macron ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une pensée à la fois perverse et machiavélique de l’ancien rapporteur de la Commission Attali qui en 2008, donnait un mode opératoire visant à ruiner les paysans en ces termes : «Instaurer le principe de la liberté tarifaire dans la distribution et le commerce de détail en levant les interdictions dites de « revente à perte » et de discrimination tarifaire ». C’est la reprise de ce principe dans la Loi de modernisation économique  votée en 2008 qui sert depuis près de dix ans à maintenir une pression permanente sur les prix agricoles à la production  pour alimenter la guerre des prix entre les enseignes de la grande distribution, chaque enseigne espérant ainsi augmenter ses parts de marché. Ce qui, au final, n’aboutit qu’à détruire de la valeur !

Voilà pourquoi il n’est pas exagéré de parler de perversité et de machiavélisme à propos de la « pensée complexe » d’Emmanuel Macron.

A lire :

- le communiqué du MODEF

- le communiqué de la Confédération payasanne

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents