Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 06:28

 

 
  • Le linguiste                    Francis Favereau (à gauche) et le président des                    éditions Skol Vreizh, Poalig Combot, présentent le                    dernier né, "Celticismes".           

Francis Favereau, auteur de dictionnaires de breton, est remonté jusqu’au gaulois pour trouver l’origine de nombreux mots. "Celticismes" marque une avancée dans la recherche en lexicologie.

Celticismes, le titre du dernier ouvrage du lexicographe Francis Favereau, n’est pas sans rappeler un certain Bretonnismes. C’est ce petit livre à succès qui a donné l’idée à Jean-René Le Queau, directeur des éditions Skol Vreizh, de s’intéresser au gaulois, langue très peu écrite, dont on a retrouvé trace sur des objets en plomb et des poteries.

Un intérêt exceptionnel

Il en a confié la tâche à l’auteur de quatre dictionnaires de breton, d’une grammaire bretonne « qui fait autorité », et de trois romans écrits dans la même langue. « C’est un livre d’un intérêt exceptionnel, n’hésite pas à affirmer Paolog Combot, président de Skol Vreizh. L’aboutissement d’une longue carrière d’enseignant et de chercheur consacrée au breton, mais pas uniquement. Francis Favereau adore jouer avec les mots et savoir d’où ils viennent. »

« Je mets ici en avant ce qui reste du celtique dans le français et dans les autres langues qui nous entourent, explique, quant à lui, le linguiste agrégé d’anglais. En rédigeant mes dictionnaires, je me suis rendu compte de la profondeur de l’origine des mots. Une profondeur historique. »

 

La même origine

Quand des auteurs de dictionnaire indiquent « o. i. » (origine inconnue) devant un mot, Francis Favereau pousse sa curiosité vers les langues anciennes. « Loin d’avoir totalement disparu, la langue de nos ancêtres a essaimé dans de nombreuses langues parlées aujourd’hui. »

Dans cet ouvrage, il classe les mots par thème. « Les nombres, couleurs, plantes, animaux, ruisseaux, etc. sont tous issus du gaulois, en passant par d’autres langues comme le latin. Les mots vont et viennent, s’échangent, se transforment. »

« Francis est un iconoclaste, reprend Paolig Combot. Il détruit les croyances sur les légendes de l’origine des Celtes. Ils sont venus du sud et non de l’est. » L’auteur situe l’origine de mots dans « les zones africaines humides ». Toutes les langues néoceltiques parlées de l’Irlande à la Turquie, dérivées du gaulois, viendraient donc du continent voisin.

L’auteur défriche d’autres « notions plus abstraites », religieuses, politiques. Ce travail, de longue haleine, « donne les clefs de la compréhension du territoire ».

 

"Celticismes", Skol Vreizh. 380 p., 25 €.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011