Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 05:47

L'agriculteur Cédric Herrou a été condamné ce mardi à quatre mois de prison avec sursis pour « aide à l’immigration clandestine » par la cour d’appel d'Aix-en-Provence.

La condamnation en appel aura donc été plus sévère. Condamné en février à 3 000 euros d’amende avec sursis lors du procès en première instance au tribunal correctionnel de Nice, Cédric Herrou a finalement écopé ce mardi 8 août devant la cour d’appel d'Aix-en-Provence de quatre mois de prison avec sursis. Le motif ? « Aide à l’immigration clandestine ». Le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis dans ce procès ouvert en juin et suivi par Mediapart. C'est « une peine d'avertissement », a précisé le président du tribunal, qui a incité l'agriculteur à ne pas commettre « d'autres infractions dans un délai de cinq ans ». « Ils n'ont qu'à me mettre en prison tout de suite », a répondu l'intéressé qui a promis de se pourvoir en cassation et d'aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme s'il n'obtenait pas gain de cause.

Âgé de 38 ans, Cédric Herrou était poursuivi pour avoir transporté des migrants de la frontière italienne jusqu’à chez lui en 2016 et organisé un camp d’accueil de réfugiés dans un ancien local désaffecté de la SNCF à Saint-Dalmas-de-Tende, dans les Alpes-Maritimes.

Mais il n'en a pas fini avec la justice : il a été également mis en examen le 26 juillet pour aide à l’entrée et à la circulation de personnes en situation irrégulière après avoir été arrêté en compagnie de 150 migrants à la gare de Cannes. Une garde à vue considérée par la Ligue des droits de l'homme comme un « déni de justice ». « La LDH est en droit de demander des comptes au gouvernement, pouvait-on lire alors dans un communiqué. (...) Il convient de lui rappeler que le délit de solidarité n’existe pas et que la France vient d’être sévèrement épinglée par la CEDH à ce propos. (...) La LDH exige la libération immédiate de Cédric Herrou, la levée de toute poursuite et la mise au pas des actes trop zélés d’une police obnubilée par la ligne de leur frontière. »

Invité ce mardi matin sur France Inter juste avant que ne tombe la condamnation, celui qui est devenu la figure emblématique du combat des habitants de la vallée de la Roya ne changeait pas sa position d'un iota et lançait à son tour un appel au gouvernement. Au micro de Pierre Weill, Cédric Herrou a ainsi invité le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, à se rendre dans son exploitation où il accueille plusieurs dizaines de migrants, dont une vingtaine de mineurs, et a vivement critiqué la politique de répression à l'œuvre à la frontière franco-italienne. « On est témoin de poursuite à travers la montagne de jeunes Noirs d'Afrique par les forces de l'ordre », assure l'interviewé qui regrette par ailleurs l'absence de centre d'accueil dans le département. 90 % des migrants qu'il héberge, dit-il, sont des demandeurs d'asile qui fuient la guerre.

"Je ne regrette rien"
"Je l'ai fait avec plaisir"
"Ils n'ont qu'à me mettre en prison, ce sera plus simple"#CedricHerrou pic.twitter.com/PjAP9wSLr9

— CNEWS (@CNEWS) 8 août 2017

 

Sur les réseaux sociaux, de nombreux messages de soutien circulaient ce mardi après l'annonce de la condamnation. « Tout mon soutien à Cédric Herrou », « La bévue de Cédric Herrou est d'avoir milité dans le Pays des droits de l'homme ! », « Face à la décision de justice prise à l'encontre de Cédric Herrou, une formule me revient : “Indignez-vous”. J'ai honte. Honte et honte », pouvait-on lire, entre autres, sur Twitter.

Dans l'après-midi, la LDH a réagit à son tour, évoquant une « insupportable dérive politique de la justice ». « En condamnant Cédric Herrou, la cour d'appel d'Aix-en-Provence montre qu'elle a parfaitement intégré la volonté politique du gouvernement d'interdire l'aide aux réfugiés en faisant de la solidarité un instrument de la répression, écrit la Ligue des droits de l'Homme. Alors que, dans le même temps, le préfet de région interdit, impunément, aux réfugiés de déposer leurs demandes d'asile, un homme, soucieux du sort de personnes dans le plus grand dénuement, est poursuivi et condamné. La LDH dénonce cette situation et assure Cédric Herrou de sa totale solidarité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011