Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 08:09
Donald Trump et son Klan - par Patrick Apel-Muller (L'Humanité)

Éditorial. Donald Trump et son Klan

PAR PATRICK APEL-MULLER
JEUDI, 17 AOÛT, 2017
L'HUMANITÉ

Éditorial par Patrick Apel-Muller. Elle subsistait dans les crimes de la police contre les jeunes Noirs, les discriminations sociales, dans la persistance d’une idéologie sudiste.

Elle subsistait dans les crimes de la police contre les jeunes Noirs, les discriminations sociales, dans la persistance d’une idéologie sudiste. L’Amérique des nostalgiques de l’esclavage vient d’émerger spectaculairement dans le sillage de Donald Trump. Elle s’est retrouvée derrière le milliardaire – fils d’un sympathisant du KKK – qui voulait protéger la population blanche de l’irruption des immigrés par l’érection d’un mur immense, et s’est mobilisée pour le porter au pouvoir. Le président leur est fidèle quand il voit des « gens bien » parmi la foule haineuse de néonazis et de membres du Ku Klux Klan qui voulaient défendre la statue du commandant en chef des confédérés, le général Lee. Hier, la ville de Baltimore a annoncé qu’elle supprimait deux statues de ces sudistes esclavagistes. Mais il restera 1 498 monuments en leur honneur aux États-Unis ! Cette histoire n’est pas purgée. Le « roman national » évite toujours de rappeler que cinq des sept figures majeures de l’indépendance, à commencer par George Washington, possédaient des esclaves et que la Constitution y intégra ensuite l’ordre social et politique esclavagiste. La plaie originelle suppure encore, rappellent les militants des droits civiques, qui se heurtent au fantasme, là-bas aussi, d’un grand remplacement.

Theresa May, la très conservatrice première ministre britannique, a pris ses distances avec les sorties de Donald Trump. Les ex présidents Bush également. Pas Emmanuel Macron, qui semble plus préoccupé par l’objectif d’un paparazzo que par la légitimation du racisme par la Maison-Blanche et les risques que le président américain fait courir à la paix du monde. Silence radio à Marseille, où le premier des marcheurs en reste à ses jeux de main (jeux de…) avec un ami, reçu en grande pompe le 14 juillet à Paris.

« Aux États-Unis, il ne suffit pas de ne pas être raciste. Il faut être antiraciste », déclare Angela Davis. En France aussi.

directeur de la rédaction
Heather Heyer, militante antifasciste, assassinée par un terroriste d'extrême-droite à Charlottesville, elle avait 32 ans.

Heather Heyer, militante antifasciste, assassinée par un terroriste d'extrême-droite à Charlottesville, elle avait 32 ans.

Lu aussi, sur la page Facebook, Histoire Populaire

La famille TRUMP et le KKK ...

En 1927, le père de Trump a été arrêté lors d’une manifestation du KKK
Un certain Fred Trump a été arrêté le 30 mai 1927 pendant une émeute provoquée par le Ku Klux Klan dans le Queens. Ce que Donald Trump nie.
Si Donald Trump affirmait sur CNN qu’il ne connaissait rien au Ku Klux Klan, l’organisation suprémaciste blanche américaine — dont l’ancien leader a appelé à voter pour lui —, son père devait sans doute être mieux renseigné sur le sujet.
Selon un article du New York Times publié en 1927, repéré par The Washington Post et le site d’information Boing Boing, Fred Trump, le père du candidat à l’élection présidentielle américaine, a été arrêté pendant une émeute provoquée par le Ku Klux Klan et un groupe de sympathisants fascistes le jour du Memorial Day, en 1927.
Selon un flyer, le Ku Klux Klan manisfestait parce que les «Américains de souche protestants» étaient «agressés par la police catholique de New York». L’organisation suprémaciste blanche ne faisait bien évidemment pas référence aux tribus autochtones avec le terme «Américains de souche» mais absurdement aux descendants protestants des colons européens.
Le 30 mai de cette année-là, des bagarres éclatent à New York. Dans le Queens, où 1.000 membres du Ku Klux Klan défilent vêtus de leurs robes à capuche blanches sur les rues du quartier jamaïcain, sept hommes sont arrêtés pendant une rixe. Fred Trump fait partie du lot. Représentés tous les sept par les mêmes avocats, Fred Trump sera finalement relaxé.
«C’est ridicule, il n’a jamais été arrêté !»
Pour le Washington Post, aucun doute ne plane sur l’identité du père de Donald Trump. Si le frère du candidat s’appelle lui aussi Fred, tout comme leur grand-père, qui porte le nom de Frederick Trump, le premier est né une dizaine d’années après l’événement et le dernier est mort plusieurs années avant. Autre indice: l’adresse de l’appartement du jeune Fred Trump de 21 ans, communiquée par le New York Times; elle correspond bien à l’adresse où résidait le père de Donald Trump à l’époque, selon The Washington Post.
Pourtant, Donald Trump affirmait en septembre 2015 au Daily Mail, peu de temps après la publication de l’article de Boing Boing, que son père «n’avait jamais été arrêté»:
«C’est ridicule, il n’a jamais été arrêté. Il n’a rien à voir avec ça. Ça n’est jamais arrivé. C’est absurde et ça n’est jamais arrivé. Ça n’est jamais arrivé, ça n’a jamais eu lieu. Il n’a jamais été arrêté, jamais été condamné, jamais été poursuivi. C’est une histoire complètement fausse et ridicule. Il n’a jamais été là! Ça n’est jamais arrivé, ça n’a jamais eu lieu. Si ça avait été le cas, il n’aurait jamais obtenu d’autorisations de construire pour son entreprise. C’est juste bizarre et faux. Vous ne savez même pas s’il s’agit de la même personne! Personne n’a dit que c’était le cas!»
Selon une mise à jour du Washington Post, un article du Daily Star publié à l’époque de la manifestation soulignait que Fred Trump avait été arrêté «pour avoir refusé de quitter les lieux alors qu’on lui ordonnait de le faire».
Toutefois, le rôle qu’a joué Fred Trump dans l’émeute reste flou. «Même s’il a eu les mêmes avocats que les autres hommes arrêtés, il a peut-être été un spectateur innocent de l’émeute, faussement désigné», tempère Boing Boing.
(merci à luc chalon pour ce post)
© Slate, Repéré par Emeline Amétis — 01.03.2016 sur Washington Post, Boing Boing, New York Times

Donald Trump et son Klan - par Patrick Apel-Muller (L'Humanité)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011