Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 05:50

LES GRANDS ENJEUX POUR NOTRE PLANÈTE, PAR GÉRARD LE PUILL

 

Macron, adepte de la « destruction créatrice », omet que nous entrons dans un monde de rareté...

Le seul but de la Cop21, l'obtention d'un accord et d'une ratification, quel qu'en soit le prix. Relever l'ambition des négociations, peu importe... 

Dans son discours d'investiture prononcé le 14 mai à l'Élysée, Emmanuel Macron a rendu hommage à de Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande, qui l'ont précédé à la présidence de la Ve République. Après tout, pourquoi pas ? Toutefois, glorifier François Hollande du succès de la COP21 est plutôt grotesque. Depuis qu'il fait de la politique, Hollande ignore les enjeux climatiques. En témoignent son parcours de parlementaire comme celui de premier secrétaire du PS. Le sujet ne l'a pas davantage passionné durant la préparation de la COP21, qui s'est tenue au Bourget en décembre 2015. Seule l'intéressait la conclusion d'un accord, quel qu'en soit le contenu, histoire d'obtenir un succès diplomatique à dix-huit mois de la fin de son mandat. Il y voyait un atout pour en solliciter un second auprès des électeurs. Dans le livre publié par les deux journalistes du « Monde » qui ont eu des années d'entretiens avec lui, François Hollande confie : « Je me suis intéressé à ce sujet tardivement, quand on a eu la COP21 (...), je pensais que l'écologie était un sujet mais il n'y avait pas de traduction électorale » (1).

Ces propos ont le mérite de la franchise. Emmanuel Macron n'est pas plus écologiste que François Hollande (lire la chronique de l'« HD » n° 562). Sa vision de l'économie est fondée sur ce que certains appellent la « disruption permanente ». C'est l'accélération de la théorie de la « destruction créatrice », conceptualisée dans la première moitié du XXe siècle par l'économiste autrichien Joseph Schumpeter, lequel observait ­ d'un oeil parfois plus critique qu'enthousiaste ­ l'usage fait des progrès technologiques pour rendre obsolètes des biens et des outils de production afin de les remplacer par d'autres plus performants.

RELIRE SCHUMPETER

Comme les économistes libéraux, Macron fait du Schumpeter puissance dix en ce début de XXIe siècle marqué par le réchauffement climatique. Sans voir que nous entrons dans un monde de rareté qui nous invite à économiser toutes les matières premières fossiles avec le double impératif d'en laisser aux générations futures et de freiner le réchauffement.

Ceux qui citent sans cesse Joseph Schumpeter n'ont pas bien lu leur idole. Car il écrivait aussi, dans son dernier livre (2), peu avant de mourir en 1950 : « Il y a beaucoup de chance, semble-t-il, pour que la concurrence "bienfaisante" du type classique fasse place à une concurrence destructrice, à "une guerre au couteau", ou, simplement, à des luttes pour des prises de contrôle menées sur le terrain financier. Or de telles manœuvres constituent autant de sources de gaspillage social. » Nous sommes dans cette « guerre au couteau » depuis plusieurs décennies. Mais, vu les intérêts qu'ils défendent, Macron et ses semblables ne veulent pas le voir.

glepuill@humanite.fr

(1) « Un président ne devrait pas dire ça ». Stock.

(2) Citation extraite du dernier livre de Gérard Le Puill : « Devant l'urgence climatique, bousculons les politiques », Éditions du Croquant.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011