Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 05:37

 

Voilà connus les choix gouvernementaux en matière de gestion des finances publiques pour les cinq années qui viennent. Le plan prévoit une réduction globale des impôts de 14 milliards dès l'année prochaine. Au-delà d'un discours quelque peu embrouillé, le gouvernement a fait miroiter aux ménages un quasi-effacement de la taxe d'habitation et, aux salariés, une baisse substantielle des cotisations sociales. De quoi lever les réticences d'une grande partie de la population ? Tromperie, car le programme poursuit un objectif qui n'a pas grand chose à voir avec la justice fiscale et sociale. Examinons de plus près la stratégie proposée.

Le but d' Emmanuel Macron est d'éliminer ce que ce dernier nomme « les blocages et les rigidités qui freinent l'économie ». Ainsi, la réduction de l'impôt sur la fortune (l'ISF) et sa transformation en impôt sur l'immobilier (l'IFI) ont pour but de décourager les placements dans la pierre, ce qui est considéré comme un comportement de « rentier » et, à l'opposé, d'encourager le financement des entreprises et la prise de risques par les investisseurs. L'objectif est aussi d'attirer des investissements étrangers. Emmanuel Macron mise sur un « choc » fiscal et social qui renforcera l'attractivité de la France et soutiendra la croissance, et donc l'emploi. Somme toute, une démarche assez voisine de celle que Nicolas Sarkozy proposait dans le débat de la primaire de la droite, l'année dernière.

Les commentaires ont beaucoup porté sur l'équilibre économique d'un tel programme. Comment concilier de telles baisses d'impôts avec l'engagement de réduire le déficit public à 2,7 % du PIB en 2018 et à 0,5 % en 2022 ne signifie-il pas un programme plus drastique de coupes budgétaires ? Certains experts avancent le chiffre de 80 milliards d'euros ! La contradiction est évidente. Le gouvernement parie en fait sur un chômage à 7 % à la fin du quinquennat. Mais cet objectif pâtira, entre autres, des mesures d'austérité visant à combattre les déficits publics. La décrue du taux de chômage sera ralentie, fragilisant toute la construction financière gouvernementale.

Mais ce programme de réductions d'impôts se caractérise par son injustice. Un chiffre choc ressort des évaluations réalisées par l'Institut français des conjonctures économiques, l'OFCE : « 46 % des gains liés aux baisses d'impôts iront vers les 10 % de ménages les plus riches. » L'analyse est solide. L'institut estime même que 280 000 ménages parmi les plus favorisés vont être les principaux bénéficiaires d'une cascade de mesures allant de la sortie des actions de l'assiette de l'ISF à un allègement de la fiscalité de l'épargne, dont les différents régimes seront remplacés par un prélèvement forfaitaire unique (PFU) très favorable d'environ 30 %. Le gain représentera jusqu'à 2 200 euros en moyenne par ménage.

46 % DES GAINS LIÉS AUX BAISSES D'IMPÔTS IRONT AUX 10 % DE MÉNAGES LES PLUS RICHES. 280 000 SERONT LES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES.

Par contre, les allègements d'impôts, notamment la quasi-suppression de la taxe d'habitation, seront, pour les autres catégories de ménages, contrebalancés par des mesures défavorables comme la taxe sur le tabac et l'alignement de la fiscalité du diesel... le prélèvement supplémentaire variant entre 450 et 700 euros par ménage et par an.

L'affichage de réductions d'impôts est censé créer, selon l'expression du premier ministre lui-même devant le Parlement, « un effet de souffle ». Soyons sûrs que la masse des ménages ne mettra pas longtemps à percevoir l'injustice des choix fiscaux gouvernementaux et à le faire savoir

(*) Économiste et syndicaliste.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011