Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 11:53
Un numéro de la revue Espaces Marx sur le sociologue Michel Simon, militant du Parti Communiste dans le Nord, puis dans le Finistère, disparu en 2013
Un numéro de la revue Espaces Marx sur le sociologue Michel Simon, militant du Parti Communiste dans le Nord, puis dans le Finistère, disparu en 2013
Le 11 septembre 2013, notre camarade Michel Simon, sociologue et militant du Parti Communiste, adhérent dans le sud-Finistère pour ses dernières années de militantisme, nous quittait à 87 ans. 
 
La revue Espaces Marx lui consacre un numéro spécial. 
 
Vous trouverez le descriptif de la revue et le bon de livraison si vous voulez l'acquérir. 
 

Revue Espaces Marx n°36-37   Hommage à Michel SIMON

 

                                                                                                                                                                        pages

ÉditorialPhilippe Rousseau_______________________________________________________________3

 

HOMMAGE à Michel SIMON,

  •  Introduction Roland Delacroix _________________________________________________________8
  • Entretien avec Guy MICHELAT Roland Delacroix________________________________________10
  • Le peuple, la crise et la politique. Rencontre-débat animée par Michel Simon le 17 juin 2011.____  26
  • Souvenirs et témoignages de Liane Ansart, Christian Baudelot, Alain Bocquet, Roland Delacroix,  Didier Demazière, François Dumez, Ismaël Dupont, Dominique Duprez, Jean Gadrey,                     Nicole Gadrey, Michel Laurent, Claude Lelièvre, Michel Maso, Jacques Michon, Jacques Milhau,                                Jean-Jacques Potaux, Françoise Renversez, Francis Tiédrez, Jean-YvesTrépos___________________50
  • Les écoles du PCF, un espace d’enchantement militant pour des intellectuels. Notes à partir d’un   entretien  réalisé avec Michel SIMON Nathalie Ethuin_____________________________________  93       
  •  Conversation avec Michel SIMON Jacques Lemière______________________________________ 100
  •  Bibliographie établie par Roland Delacroix et Guy Michelat________________________________ 146

 

 

MOUVEMENTS SOCIAUX, COMPORTEMENTS POLITIQUES. QUOI DE NEUF?

  • Le retour de la lutte des classes. Quoi de neuf ? Jean Lojkine________________________________156                  
  • Les catégories populaires sont devenues un problème pour la gauche  Rémi Lefebvre___________  162
  • La difficile modernisation d’une vieille organisation : le cas de l’Union départementale de la CGT    du Nord (1990-2016)  Régis  Matuszewicz_________________________________________________182

 

LÉO FERRÉ

  • Léo FERRÉ et le refus de tout pouvoir  Robert Horville ____________________________________ 208    

          

  • Notes de lecture Robert Horville, Pierre Outteryck_________________________________________  234

 

Bon de commande

 

Je désire recevoir le numéro-double 36-37, soit 20€×____exemplaire(s ) =________€

 

Hors arrondissement de Lille : + 6,80€ de frais de port  pour des commandes  de un à trois exemplaires

 

Nom_________________________________________________Prénom______________________________

 

Adresse____________________________________________Code postal_____________________________

 

Chèque à l’ordre de « Espace Marx Nord/Pas-de-Calais »

 

Bulletin et règlement à envoyer à l’adresse suivante : « Revue Espaces Marx », 6 bis rue Roger Salengro, 59260 Hellemmes-Lille.

 

 

 

 

 

 
 
Article de l'Humanité - mercredi 11 septembre - par Dany Stive
 
Le sociologue Michel Simon, militant communiste infatigable, est décédé
 
Durant toute sa vie, Michel Simon a conjugué un travail intellectuel rigoureux et une conviction communiste profonde. Collaborateur apprécié et assidu de la presse communiste, il est décédé dans sa 87e année, fidèle à un engagement forgé en pleine guerre froide.
En 2006, Michel Simon se retournant sur le chemin parcouru, s'interrogeait dans un texte publié sur le site de la Fondation Gabriel Péri: "Peut-on avoir été membre du Parti communiste français (ou pire, l'être resté) et avoir satisfait (ou satisfaire) aux normes d'autonomie critique hors desquelles il n'y a pas de posture intellectuelle authentique?" Avec sa rigueur et sa franchise habituelles, il s'imposait dans la foulée une règle interdisant toute complaisance: "Conscient des ruses d'une mémoire portée à l'autojustification, je m'appuieai exclusivement sur des textes que j'ai publiés ès qualités dans des organes communistes". Quelques lignes plus loin, le sociologue lance: "En 1951, dans le climat d'extrême tension qui régnait alors (on était au paroxysme de la guerre froide), j'ai rejoint le PCF (à reculons, si j'ose dire) et je ne l'ai jamais regretté."
Pourtant, ni la sociologie ni l'engagement communiste ne relevaient de l'évidence pour lui? A l'Ecole normale supérieure qu'il intègre en 1947, Michel Simon était aussi "farouchement hostile à un collaborationnisme à dominante de droite" (le port de l'étoile jaune en 1942 fut pour lui une "expérience décisive structurante") qu'opposé au PCF. Alors que bien des collègues sont encartés au PCF, il ferraille contre eux, opposé aux "confiscations du pouvoir à l'Est" comme "au piétisme et à l'intolérance" de nombreux communistes. Le combat anticolonial, la solidarité avec les ouvriers en grève modifieront son approche. Le lien avec la classe ouvrière restera un fil rouge toute sa vie, dans son engagement comme dans son travail. De ses rencontres avec les ouvriers, il disait: "C'est peu de dire que j'ai beaucoup appris dans ces échanges...". 
Il était philosophe de formation, mais la sociologie prit de plus en plus de place dans sa réflexion. Il publie la Contribution de la psychanalyse à la compréhension des faits sociaux, sous la direction de Georges Davy, fréquente les cours de Lévi-Strauss et Leroi-Gourhan, collabore avec George Friedmann... Nommé professeur de philosophie à Nancy, puis prof de khâgne au lycée Faidherbe à Lille, il publie des articles relevant de la sociologie à la Nouvelle Critique et dans les Cahiers internationaux de sociologie. Il passe un an à la Sorbonne, et Raymond Aron patronne sa candidature au CNRS et, en 1969, il intègre l'Institut de sociologie de Lille où il créera le Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé). 
En 1966, il rencontre le sociologue Guy Michelat, avec qui il multipliera les travaux. Celui-ci se souvient: "Je travaillais alors dans une petite boîte privée qui faisait des enquêtes d'opinion dites qualitatives. Nous avions proposé nos services au PCF. Nous avons été reçus par Jacques Duclos, qui nous a déclaré qu'il nous faisait toute confiance mais en précisant qu'il serait bon que "quelqu'un de chez nous" suive nos travaux. C'était Michel Simon. Pendant plus de quarante ans, nous avons travaillé ensemble. Et nous avons bien rigolé, aussi!". 
Avec Michel Simon, la presse communiste perd un collaborateur assidu, observateur attentif de la société française". 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans ACTUALITE NATIONALE DU PCF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011