Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 19:54
Paroles de communistes après le 1er tour des élections législatives

Robert Clément, ancien président communiste du Conseil Départemental de Seine St Denis

Une crise démocratique aussi violente qu’inédite ! 95% des sièges de députés occupés par les candidats de la droite, LREM , RÉPUBLICAINS et MODEM réunis ! Une gauche en lambeaux, dont la division se paie très cher ! Une casse sociale et démocratique programmée ! Tout cela importe peu, les dirigeants de la « France Insoumise » sont satisfaits. « Ils ont réussi le défi de leur implantation locale ». Leurs candidats n’ont pas souffert de la division avec le Parti communiste ». Selon le porte parole de la FI, dans la campagne présidentielle ‘’Trois forces politiques existeraient aujourd’hui’’ : « L’extrême finance, l’extrême droite et la France Insoumise ». Au lendemain de cette triste soirée électorale, la pensée des communistes va vers les femmes, les hommes, les jeunes qui auraient à souffrir de toutes les régressions sociales.

Ils appellent au rassemblement et à la mobilisation la plus large pour faire élire les candidats communistes, présents au second tour. Ils s'opposeront avec force et détermination à la politique anti-sociale d'Emmanuel Macron, qui participeront à toutes les mobilisations sociales et politiques pour reconstruire un espoir et une perspective de gauche pour la France.
Vous pouvez compter sur ces femmes et ces hommes pour faire entendre vos attentes et vos luttes à l'Assemblée nationale.

 

Fréderic Scibor, secrétaire de section PCF à Pau: 

Aujourd'hui un seul personnage est heureux : Mélenchon : "Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pas vu Jean-Luc Mélenchon de si bonne humeur. Dimanche 11 juin, aux Docks du Sud, la salle marseillaise réservée pour cette soirée du premier tour des législatives, le chef de file de La France insoumise est sur un petit nuage." dixit le Monde.

Voilà. Il y a un tas de cendre et il pense pouvoir en être au sommet. Il est heureux.

 

Communiqué de Jean-François Téaldi candidat PCF/FG 2e tour 6e circonscription Alpes Maritimes:

Le résultat de la gauche radicale est catastrophique dans cette 6e circonscription des Alpes-Maritimes. 
Les 3006 voix portées sur notre candidature et celle de la France insoumise marquent un recul de 4500 voix par rapport au score de Mélenchon à la présidentielle. 
Le parachutage d'une candidate FI contre un conseiller municipal de terrain en phase avec les luttes, a empéché de créer une dynamique qui aurait surement permis de retrouver voire d'amplifier les 12% obtenus par Mélenchon. 
La seule bonne nouvelle est l'élimination du candidat du Front National.

Pour le second tour devant le risque de voir Macron disposer d'une majorité écrasante à l'Assemblée Nationale et d'avoir ainsi les mains libres pour mettre en œuvre sa politique libérale, sa politique anti-sociale et en premier lieu de casser le code du travail par ordonnances dès cet été, j'appelle à faire barrage à la candidate d'En Marche. 
Nous serons dans la rue dès le 19 juin aux côtés des syndicats qui appellent à manifester contre la casse du code du travail.
L'heure est à la mobilisation sociale et politique pour reconstruire un espoir et une perspective de gauche en France.

Ancien responsable de la CGT de l'audiovisuel, candidat du PCF dans les Alpes Maritimes

 

Patrice Carvalho, député PCF-Front de Gauche de l'Oise pendant 5 ans battu au premier tour avec un candidat France Insoumise face à lui:   

Je remercie les électrices et les électeurs, qui m’ont accordé leur confiance, ainsi que toutes celles et ceux qui se sont investis dans cette campagne.
Le résultat n’est évidemment pas à la hauteur de leurs attentes, puisque j’arrive en 3e position et suis donc éliminé du second tour.
Le niveau de l’abstention (50%) est le premier élément marquant de ce scrutin. A force de s’entendre dire que M. Macron disposerait d’une écrasante majorité absolue à l’Assemblée nationale, beaucoup d’électeurs ont considéré que les jeux étaient faits et qu’il était inutile de se déplacer ;
Je rassemble 6963 voix, soit 18,9%. A l’évidence, si la « France insoumise » avait opté pour l’union, nous serions au deuxième tour pour affronter la candidate d’« En marche » et nous aurions éliminé le Front National. C’est donc une lourde responsabilité prise par la FI, dont toute la campagne a, par ailleurs, été exclusivement dirigée contre moi.
Nous nous retrouvons donc au second tour à devoir arbitrer entre « En marche » et le FN.
Chaque électeur se déterminera en conscience sur ce qu’il convient de faire.
Nous sommes, en réalité, face à deux impasses.
D’un côté, une candidate, qui ira grossir les rangs d’une majorité parlementaire écrasante aux ordres et dont les Français ne tarderont pas à découvrir la brutalité de la politique libérale qui sera mise en œuvre, de l’autre, un candidat qui se nourrit d’une France fracturée où l’ennemi est le voisin et qui se délecte de la situation à mesure qu’elle se dégrade.
Aucune perspective d’avenir ne surgira ni d’un côté, ni de l’autre. Elle ne viendra que de la mobilisation contre les mesures anti-sociales que le gouvernement s’apprête à prendre.

 

Ian Brossat, adjoint communiste au logement à Paris, candidat battu au premier tour aux élections législatives à Paris:

Nous payons le prix des trahisons de François Hollande et celui de la division. Deux catastrophes qui ont créé de la déception et donc de l’abstention. Le quinquennat désastreux qui s’achève aura créé de lourdes désillusions dans le peuple de gauche, au point que ses composantes réalisent aujourd’hui le score le plus faible de la Ve République. Jean-Luc Mélenchon, fort de sa très belle campagne et de son score du 23 avril, avait le choix : il pouvait tendre la main à Benoît Hamon, Yannick Jadot, Pierre Laurent. Il pouvait être l’architecte de l’unité de la gauche. Nous aurions alors pu faire élire des dizaines de députés pour s’opposer à la casse sociale promise par Emmanuel Macron. Il a fait le choix inverse : celui de la bunkerisation. Lui et ses lieutenants se sont enfermés dans la quête de la pureté, refusant tout compromis. Résultat, par rapport au premier tour de la présidentielle, La France insoumise est le mouvement qui perd le plus de voix, avec 64 % de déperdition. Il faut en tirer toutes les leçons. On ne gagne jamais seul, et encore moins contre tout le monde. (...)  J’ai bon espoir que les députés du PCF et de FI puissent former un groupe pour que la gauche s’exprime à l’Assemblée. C’est essentiel alors que la nouvelle majorité a d’ores et déjà déclaré la guerre aux salariés à travers les ordonnances de réforme du code du travail. Très rapidement, nous jetterons toutes nos forces dans les mobilisations sociales, derrière les syndicats, pour empêcher les régressions en vue. Et nous le ferons tous ensemble. Mais nous devrons aussi reconstruire la gauche dans nos quartiers. Nous avons de grands chantiers devant nous pour redonner de l’espoir. (...).  Il est encore temps de faire le bilan de la division. Aucune des forces qui composent la gauche ne peut prétendre incarner seule une opposition suffisante. Nous devons créer un arc suffisamment fort pour tenir tête à ce rouleau compresseur bleu horizon élu par défaut. Communistes, Insoumis, écologistes, socialistes frondeurs : nous devons privilégier ce qui nous unit plutôt que ce qui nous sépare. Pour recréer l’espoir, l’unité est la seule recette.

Déclaration de Monique Pinçon-Charlot.

« Je remercie vivement toutes celles et ceux qui m’ont accordé leurs suffrages. Je suis bien sûr déçue du résultat mais heureuse d’avoir porté, à travers na candidature à ces élections législatives, la lutte contre les inégalités économiques et sociales induites par la classe des oligarques. Celle-ci va désormais disposer de tous les pouvoirs pour finir de détruire le code du travail, les droits sociaux et les services publics. La victoire des plus riches n’est pas victorieuse, c’est une caricature des institutions de la Ve République qui signe la fin du régime parlementaire au profit d’une monarchie présidentielle en décalage total avec ce qui a été vendu au Français, à savoir la modernité et le changement ! Décidément, comme le disait de Duc d’Elbeuf, c’est avec du vieux qu’on fait du neuf.

Notre combat à Michel et moi continue, soyez assuré-e-s de notre détermination !

Merci encore de votre soutien et à bientôt !

Monique Pinçon-Charlot, le 12 juin 2017 »

 

Déclaration Marie Pierre Vieu et Vincent Ricarrère, candidats Ensemble ! PCF Front de Gauche- 2ème circonscription des Hautes Pyrénées

Au lendemain du 1er tour des législatives, nous tenions à remercier l’ensemble des 2214 électeurs qui nous ont accordé leur suffrage. Nous sommes bien sûr conscients de la faiblesse de notre résultat, qui n’a rien à voir avec le niveau d’engagement qui a été celui des communistes et des militants du Front de Gauche dans cette 2ième circonscription des Hautes Pyrénées.

Il est malheureusement des moments dans l’histoire où quoi que l’on fasse, la démagogie est triomphante et l’absence d’horizon partagé renforce un désarroi qui pousse soit à s’éloigner du vote, soit à se jeter dans les bras du premier-ère venu-e ! Cela vaut bien sûr nationalement comme localement.

Après le premier tour, nous nous heurtons au risque majeur d’avoir une Assemblée Nationale dont 80 % du nombre de sièges reviennent aux candidats d’Emmanuel Macron, voire 90 % avec les députés Les Républicains. Nous en mesurons toutes les conséquences pour la vie démocratique de notre pays ainsi que sur l’amplification des politiques libérales et d'austérité qui vont être menées et nous conduire vers une casse sociale généralisée.

Nous n’accorderons pas dimanche 18 juin nos suffrages aux candidat-e-s d’En Marche ou qui se réclament de la majorité présidentielle !

Dès aujourd’hui nous appelons à combattre la casse du Code du travail par ordonnances, la hausse de la CSG, la diminution drastique du nombre des fonctionnaires, la remise en cause des services publics, comme des moyens des collectivités territoriales, la restriction de nos libertés publiques, l'amplification des politiques de soutien à la finance.

Dès aujourd’hui encore nous appelons à la reconstruction d’une gauche d’opposition à la politique Macron/Philippe dans la diversité et dans le respect de ses cultures, sensibilités et visages. La désunion et les comportements hégémoniques ne doivent pas nous amputer demain de refonder un espoir collectif !

 

Jean-Michel Galano, philosophe communiste, Paris: 

"Parti unique, gouvernement des banques, imbrication du Medef et de l'Etat, état d'urgence permanent. Avec l'approbation de 15% des inscrits. L'abstention : 2/3 des jeunes, 57% des chômeurs, 66% des salariés. Ça va très, très vite craquer ce cirque."

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011