Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 21:15
photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

Yvonne Rainero, secrétaire de section PCF de Quimper, organisatrice de l'événement, Ismaël Dupont, secrétaire départemental de la fédération PCF du Finistère, Alain er Eric Bocquet

Yvonne Rainero, secrétaire de section PCF de Quimper, organisatrice de l'événement, Ismaël Dupont, secrétaire départemental de la fédération PCF du Finistère, Alain er Eric Bocquet

Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux
photo JM Nayet

photo JM Nayet

photo JM Nayet

photo JM Nayet

Voilà deux parlementaires qui font honneur à la politique et à l'engagement communiste, de grands pédagogues appuyés sur la longue enquête et le travail de rencontres. 

Pendant deux heures, sur un créneau pas évident pour faire venir du monde, Alain et Eric Bocquet ont fait le travail de porter à connaissance du public, avec beaucoup d'anecdotes truculentes et d'humour malgré le caractère sombre et plus qu'inquiétant du sujet, le fonctionnement du capitalisme financiarisé en tant qu'il repose, "normalement" dans le système actuel, sur l'évasion fiscale et le pillage des nations.

Plus de cent personnes étaient venues assister à cette conférence-débat, très bien annoncée par une quatrième de couverture et une pleine page dans le Télégramme lundi, et seraient bien rester encore davantage à échanger et écouter les frères Bocquet tant le discours était intéressant et nourrie d'une vraie connaissance du sujet. 

C'était la soixantième conférence du tour de France des frères Bocquet, et la quatrième de leur Breizh Tour les 4 et 5 avril, mais Eric et Alain Bocquet ont déjà pris rendez-vous pour une table ronde à la prochaine fête de l'Humanité Bretagne à Lorient à la fin novembre, avec une plateforme avec un lanceur d'alerte (d'UBS probablement) et un responsable du CCFD. 

Comme à Ploufragan hier soir, où 120 personnes ont participé à la réunion publique organisée par le PCF et ses candidats aux législatives dans les Côtes d'Armor, comme dans la plupart des départements où ils sont passés, les frères Bocquet ont fait salle comble, preuve que ce sujet de l'évasion fiscale est au coeur des préoccupations et des soucis des citoyens, la clef de voûte, non seulement, de la justice devant l'impôt, mais de la capacité à dégager des moyens pour les services publics, les retraites et les retraités, la sécurité sociale, les jeunes, et pour réduire le déficit de l'Etat. 

Pour Alain Bocquet, "Sans domicile fisc" est un "livre de combat afin de ramener cette finance folle à la raison". Pour Eric Bocquet, il est la preuve que "l'argent du monde nouveau existe". Ce livre constitue, selon Jean Ziegler, "une arme formidable dans la phase paroxystique de la lutte des classes que les oligarchies du monde financier globalisé livrent aux peuples du monde".   

Quelques morceaux choisis de l'intervention d'Eric Bocquet et Alain Bocquet. 

Ce livre, écrit avec la collaboration du journaliste Pierre Gaumeton, et qui s'ouvre par une très longue citation du Pape François, reprenant les mots de Basile de Césarée sur "l'argent, fumier du diable" pour stigmatiser le système capitaliste financier producteur d'inégalités indécentes et destructeur des démocraties, est le produit de travaux d'enquête parlementaire, au sein de trois enquêtes parlementaires que nous présidions, et qui ont été adoptées à l'unanimité au Parlement, à chaque fois, preuve que le diagnostic peut être partagé même si les moyens d'action ne suivent pas. C'est aussi le produit de rencontres avec des grands témoins comme Eva Joly, Nicolas Hulot, Michel Barnier, Alain Lamassoure, plusieurs lanceurs d'alertes, des responsables d'ONG (OXFAM, CCFD-Terre Solidaire, ATTAC, qui s'intéressaient déjà de prêt au sujet), des journalistes d'investigation.  

Chaque année, la France perd entre 60 et 80 milliards dans l'évasion fiscale et toutes les formes d'évitement de l'impôt. Quand on sait que le déficit de l'Etat monte à 70 milliards en ce moment, et que les recettes de l'Etat sont de 300 milliards à l'année, cette évasion fiscale à des conséquences considérables. Elle produit le recours à l'emprunt auprès des banques et marchés financiers, les intérêts de la dette: c'est donc double bénéfice pour les super riches, double peine pour la société. La dette est une arme de destruction massive contre les demandes sociales, les solidarités, le volontarisme politique. Elle est organisée méthodiquement, c'est un outil au service d'un système de marchandisation de la société pour le profit des multinationales et de quelques grandes fortunes. 

A côté de cela, les 200 millions annuels de fraude aux allocations sociales ne pèse pas grand chose. Mais on parle surtout de ceux-ci pour faire diversion! 

L'évasion fiscale à l'échelle mondiale, c'est 8% de la richesse produite chaque année: 75 000 milliards de dollars, c'est le PIB mondial. 5800 milliards sont gérés dans les paradis fiscaux, en gros une cinquantaine d'Etats. 

Il n'y a pas de définition internationale commune des Paradis Fiscaux. Avec ses critères, la France n'en reconnaît que 9, quand la liste européenne en reconnaît 30. 

Plusieurs critères:

- une fiscalité faible ou nulle. Par exemple, l'Etat Irlandais, avec sa fiscalité sur les sociétés très faible, était prêt à s'asseoir sur les 13 milliards d'euros qu'Apple lui devait, ce qui représente pourtant un quart de son budget annuel, 20 hôpitaux, un triplement des crédits alloués pour la construction de logement sociaux. Le taux de fiscalité effectif d'Apple est de 0,05%.

- un système d'évasion assumé, organisé méthodiquement, avec des institutions ayant pignon sur rue

- la confidentialité, c'est à dire l'opacité des transactions qui ne doivent pas pouvoir faire l'objet d'une tracabilité

- aucune coopération avec les administrations fiscales des pays tiers

- un système de contrôle juridique extrêmement léger

50 à 60 territoires remplissent à des degrés divers ces 5 critères et servent de paradis fiscaux. En Amérique et aux Caraïbes, plusieurs micro-Etats: Iles Caïman, Iles Vierges Britanniques, Bermudes... Aux Etats-Unis, le Nevada, le Delaware (qui a plus de sociétés que d'habitants). En Europe: le Luxembourg, les Pays-Bas, Monaco, Jersey et Guernesey, l'Autriche, l'Irlande. Dans la zone Asie, des places comme Hong Kong, Singapour. 

L'évasion fiscale n'est pas un dysfonctionnement, elle fait partie du système de la mondialisation et de la financiarisation de l'économie, géré notamment par le Big Four des 4 institutions financières spécialisées dans la fraude et l'évasion fiscale. Dans leurs enquêtes parlementaires, Alain Bocquet (qui a travaillé pendant 6 mois avec un député de droite, selon les règles des commissions d'enquête à l'Assemblée: Dupont-Aignan) et Eric Bocquet ont découvert un monde mystérieux, tabou, complexifié à dessein. Ils ont perçu combien la finance savait désormais directement placer ses hommes. Aujourd'hui, c'est évident avec Trump à la Maison Blanche, Macron aux portes du pouvoir. Juncker succédant à Barroso à la tête de l'Europe. 

La grosse masse de l'évasion fiscale de vient pas des stars du show-biz ou du cinéma, des sportifs, mais des multinationales, des grands groupes internationaux qui ont pignon sur rue. 

Les transactions s'opèrent par dizaines de milliers à la seconde, le temps d'une transaction financière avec le trading à haute fréquence géré par des ordinateurs, c'est dix puissance moins neuf seconde, 1 nanoseconde, et parfois même dix puissance moins douze seconde. Pour contrôler 10 mn de trading haute fréquence, il faudrait 6 ou 8 mois à un inspecteur des impôts. 

1,8% des transactions financières reposent sur de l'économie réelle, des échanges réels de biens ou de services: tout le reste est spéculation.   

Aujourd'hui, une grande partie de l'argent des mafias est recyclé à la City de Londres, bourse à laquelle la bourse de Paris est directement rattachée.   

Qu'est-ce qui peut être efficace contre l'évasion fiscale? 

- La sensibilisation, la compréhension et la mobilisation des citoyens: Henry Ford, qui fricotait avec les nazis, disait: "C'est une assez bonne chose que le peuple de la Nation ne comprenne rien aux choses bancaires et monétaires" sans cela il y aurait une révolution! 

- Atteindre à la réputation des sociétés qui ne paient pas leurs impôts, des banques qui organisent l'évasion fiscale

- Faire sauter le verrou de Bercy, c'est à dire arrêter de négocier des demi-mesures négociées de récupération d'une partie de l'argent quand on constate une fraude. Criminaliser véritablement l'évasion fiscale. Aujourd'hui, personne ne va en prison pour de l'évasion fiscale. Bercy encourage la fraude fiscale. Il faut obtenir la suppression du verrou de Bercy. 

- Mettre la pression sur les banques. Notre argent dans les banques françaises, c'est 1500 milliards d'euros, le produit de nos salaires, pensions, épargnes. 

- Les appels d'offre des collectivités, de l'Etat.

- Il faut organiser une COP mondiale de la fiscalité et de la finance: c'est une proposition que porte le PCF comme le CESER. 

- Il faut de l'harmonisation fiscale en Europe, plus de transparence. 

- Ce n'est pas la suppression des impôts pour les plus riches, de cet ISF qui concerne 40 000 familles, qui nous fera avancer vers un début de solution. "L'impôt est le prix à payer d'une société civilisée" disait Morganto, conseiller de Roosevelt. 

- Il faut rétablir la progressivité de l'impôt avec 14 tranches et cesser de protéger les tranches les plus hautes, comme l'a fait Hollande. 

- Il faut remonter l'impôt sur les sociétés. 

- Il faut faire en sorte que les Etats ne se financent plus auprès des marchés financiers en alimentant ainsi les bulles spéculatives (merci Giscard et Pompidou, l'homme de la banque Rotschild, déjà!). Actuellement, le remboursement des intérêts de la dette est le deuxième poste du budget de l'Etat, derrière l'Education: 47 milliards d'euros. 

Actuellement, les multinationales, qui disposent de champs de marchandisation, de mise sous influence et d'aliénation énormes avec les nouvelles technologies, la numérisation, ne rêvent que d'une chose: faire disparaître tout à fait le politique, le discréditer, pour laisser la place au rêve d'un contrôle direct par quelques multinationales et leurs grands actionnaires multi-milliardaires. Le tout marchand, le tout marché, comme horizon de leur fin de l'histoire!    

 

  

photo JM Nayet

photo JM Nayet

Alain Bocquet, député communiste du Nord, et Eric Bocquet, sénateur communiste, tous deux responsables de commissions parlementaires sur l'évasion fiscale

Alain Bocquet, député communiste du Nord, et Eric Bocquet, sénateur communiste, tous deux responsables de commissions parlementaires sur l'évasion fiscale

Eric Bocquet et un journaliste du Ouest-France

Eric Bocquet et un journaliste du Ouest-France

Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux
Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux
Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux
photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux
Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux
Lutte contre l'évasion fiscale, 5 avril à Quimper: une centaine de personnes à la réunion publique de Eric et Alain Bocquet aux Halles Saint François à Quimper pour une intervention extrêmement forte sur la finance et les paradis fiscaux
photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

photo Jean-Marc Nayet

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans ACTUALITE REGIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011