Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 21:15
Les frères Bocquet mobilisent en Bretagne pour la lutte contre l'évasion fiscale(Le Télégramme, 3 avril 2017)
Les frères Bocquet mobilisent en Bretagne pour la lutte contre l'évasion fiscale(Le Télégramme, 3 avril 2017)

Évasion fiscale.

Les frères Bocquet mobilisent en Bretagne

Publié le 03 avril 2017. Le Télégramme.

 Propos recueillis par Julien Vaillant Alain (à gauche) et Éric Bocquet sont les auteurs de ce livre qui dénonce l'évasion fiscale. Alain (à gauche) et Éric Bocquet sont les auteurs de ce livre qui dénonce l'évasion fiscale.

Les frères Bocquet, parlementaires communistes, sont en Bretagne en ce début de semaine pour les 57e et 58e débats organisés autour de leur livre «Sans domicile fisc», vendu à 11.000 exemplaires.

Un sujet d'actualité alors que l’OCDE publie son rapport intitulé Outils technologiques pour parer l’évasion et la fraude fiscales.

 

Votre livre débute sur un discours du pape François dénonçant « le fumier du diable : le désir sans retenue de l'argent qui commande ». Pourquoi ?

Alain Bocquet : Nous avons voulu dire que la lutte contre l'inégalité criante et angoissante du monde n'était pas un combat partisan mais une affaire qui dépasse les obédiences et les courants de pensée. Si nous n'en faisons pas une lutte citoyenne, nous allons léguer à nos enfants et petits-enfants une société d'horreur et de misère, de guerre et d'esclavage. Et c'est déjà parti dans ce sens-là. Aujourd'hui, les huit milliardaires les plus riches de la planète possèdent une fortune équivalente à ce que détiennent les 3,6 milliards d'habitants les plus démunis du globe. Il y a un an, ils étaient 62 milliardaires à posséder l'équivalent des 3,6 milliards d'êtres humains les moins payés. Et en 2010, 388 multimilliardaires. Cela montre bien qu'il y a une tendance forte à l'accumulation de richesses vers un pôle minoritaire, tandis que la misère s'étend par ailleurs.

 

Quel est le rôle de l'évasion fiscale dans l'accroissement des inégalités ?

Les paradis fiscaux font partie du système financier et les sommes accumulées y sont impressionnantes. Les chiffres peuvent donner le tournis : selon les différents rapports, il y a entre 21.000 milliards et 32.000 milliards d'euros planqués dans ces paradis fiscaux. Pour la France , le montant estimé de la fraude fiscale, c'est-à-dire les sommes qui échappent à l'impôt, c'est entre 60 milliards et 80 milliards d'euros tous les ans. Alors que notre déficit budgétaire est de 70 milliards d'euros. Pour l'Europe entière, c'est 1.000 milliards d'euros annuels. Dans notre livre, nous démontrons que, contrairement à ce qui est fréquemment dit, de l'argent, il y en a beaucoup, largement assez pour garantir l'avenir environnemental, social et humain de la planète. Mais au lieu de lutter contre l'évasion fiscale, nos gouvernements accablent les gens de cette construction culpabilisante qu'est la dette.

Car si vous prenez les 80 milliards d'euros qui manquent au pays dans le cadre de l'évasion fiscale, les bébés français ne naissent pas avec 31.000 € de dette comme certains le prétendent, mais avec 70.000 € de crédit.

C'est un peu caricatural comme présentation, mais cela montre qu'on peut faire dire ce que l'on veut aux chiffres. Vous écrivez que seul 1,8 % des flux financiers concernent l'économie réelle... Le reste, soit 98,2 % de l'économie, c'est de la spéculation pure. Nous sommes dans un monde où la finance est devenue folle. Elle tourne sur elle-même. Mais le système est très sophistiqué.

Le trading à haute fréquence permet, notamment, à des robots qui fonctionnent sans interruption de réaliser 7.000 transactions financières le temps d'un clin d'oeil. Et ce système sera bientôt dépassé : Goldman Sachs, la plus grande banque du monde, surnommée L'Empire, vient de licencier 600 traders et de les remplacer par 200 ingénieurs de très haut niveau pour introduire l'intelligence artificielle dans le système des transactions, devenu totalement immaîtrisable humainement. Nous sommes très loin de l'époque où le général de Gaulle, pour condamner quelques spéculateurs, déclarait que la politique de la France ne se faisait pas à la Corbeille , c'est-à-dire au Palais Brongniart, à la Bourse de Paris.

 

Quelles sont les techniques les plus utilisées en matière d'évasion fiscale ?

Il y en a des dizaines. Les grandes multinationales ont, à leur service, des sociétés de conseil et d'ingénierie composées d'experts comptables, de juristes, d'avocats fiscalistes. Ils s'engouffrent dans les failles. L'imagination est au pouvoir dans ce domaine. Beaucoup de multinationales se facturent ainsi en interne (communication, merchandising, publicité...), via leurs filiales logées aux Bahamas, à Singapour ou au Luxembourg, afin d'évacuer leurs bénéfices dans ces paradis fiscaux. Ils déclarent, par contre, leurs pertes dans des États avec une forte fiscalité, pour profiter de déductions d'impôts.

En France, le taux d'imposition des entreprises du Cac 40 ne dépasse pas 6 % à 8 %. On a même connu des années où Total ne payait aucun impôt à l'État français. Les scandales (Clearstream, Panama Papers, Lux Leaks...) se sont multipliés ces dernières années mais rien ne change... Mais parce qu'il y a des complicités tacites. Donald Trump et Hillary Clinton ont des sociétés immatriculées au Delaware, un État américain qui est un des plus grands paradis fiscaux de la Terre où il y a 900.000 habitants et un million de sociétés. La gestion du club de l'Olympique de Marseille, qui vient d'être racheté par un richissime Américain, est d'ailleurs maintenant réalisée depuis le Delaware. En Europe, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, est aussi l'inventeur du « ruling » fiscal, qui permet aux multinationales de venir s'installer dans un pays en bénéficiant de cadeaux fiscaux. Son prédécesseur, Barroso, est chez Goldman Sachs. Nous dénonçons aussi les pantouflages, lorsque de hauts fonctionnaires vont travailler dans le privé. Ancien directeur du Trésor pendant deux ans, Bruno Bézard - qui connaît toutes les ficelles fiscales et les secrets d'État français - est désormais à la tête d'un fonds franco-chinois qui a des intérêts aux Bahamas.

Que préconisez-vous pour sortir de cette situation ?

Il y a douze ans, à la télévision américaine, Warren Buffet, le troisième multimilliardaire le plus riche du monde, déclarait que la lutte des classes existait bel et bien et c'était sa classe à lui, les riches, qui l'avait gagnée. Nous, nous pensons qu'ils ont gagné une bataille mais pas la guerre. Mais il s'agit du combat d'une génération. Ça prendra au moins vingt-cinq ans. Il faut que tous les gens qui ont des valeurs humanistes s'emparent de ce sujet complexe pour que l'argent devienne, non pas le nerf de la guerre, mais le nerf de la paix. Dans notre bouquin, nous faisons beaucoup de propositions. L'une d'elles, c'est l'organisation d'une COP fiscale aux Nations Unies. L'Assemblée nationale en a adopté l'idée au mois de février. Il faut maintenant réussir à la porter jusque devant l'Onu.

 

Conférence-débat avec les frères Bocquet, à la salle des Villes-Moisan de Ploufragan (22), mardi, à 19h, et mercredi, aux halles Saint-François de Quimper, entre 15h et 17h.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/evasion-fiscale-deux-freres-mobilises-03-04-2017-11459314.php

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans ACTUALITE REGIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011