Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 07:37

La droite filloniste fait un pas de plus vers le Front national

GRÉGORY MARIN
MARDI, 14 MARS, 2017
L'HUMANITÉ
L'équipe de campagne se resserre autour d’hommes forts de la droite extrême, dont certains (comme l’ancien ministre UDF Charles Millon, dernier rallié) ont longtemps œuvré pour un rapprochement avec le FN. Photo : Jeff Pachoud/AFP
L'équipe de campagne se resserre autour d’hommes forts de la droite extrême, dont certains (comme l’ancien ministre UDF Charles Millon, dernier rallié) ont longtemps œuvré pour un rapprochement avec le FN.

Le programme de François Fillon réécrit certaines mesures du FN. Sous la dictée de cadres depuis longtemps convertis aux idées brunes.

La fuite en avant de François Fillon est-elle en train d’accélérer la recomposition des droites ? La manière dont son équipe de campagne se resserre autour d’hommes forts de la droite extrême, dont certains (comme l’ancien ministre UDF Charles Millon, dernier rallié) ont longtemps œuvré pour un rapprochement avec le Front national, le laisse à penser.

« Les digues tomberont un jour », promettait Marine Le Pen à la Revue parlementaire, en mars 2011. « La logique voudrait que, structurellement, le Front national arrive au pouvoir », poursuivait-elle, estimant que « les Français sont majoritairement pour (ses) idées ». Nul ne sait ce qu’il en sera des électeurs, mais comme la droite sarkozyste l’avait appliqué en matière sociétale, la droite filloniste, elle, a choisi de faire un pas de plus vers le FN en mettant en avant un certain nombre de mesures économiques communes (lire page 7).

Une politique « pro-entreprise » partagée

Le Cice, que Fillon comme Le Pen veulent transformer en « baisse » ou « allégement de charges »; le financement des PME par l’assurance-vie (3 % pour Fillon, 2 % pour Le Pen) ; la création d’un taux intermédiaire (24 % pour Le Pen, 25 % pour Fillon) pour l’impôt sur les sociétés : autant de propositions similaires aux deux formations. Comme l’affaiblissement des syndicats dans l’entreprise par la fusion des instances représentatives en une « instance unique », avance Fillon, « entre 50 et 300 salariés » complète Le Pen. Entre défenseurs du capital, le travail de sape des « digues » avance vite.

Dans son livre la Droite brune, UMP-FN : les secrets d’une liaison fatale, paru en octobre 2012, juste après la défaite de Nicolas Sarkozy à la dernière présidentielle, le journaliste Renaud Dély voit qu’« en entretenant une forme de promiscuité idéologique, l’UMP, revue et corrigée par Nicolas Sarkozy, et le FN, à la sauce Marine Le Pen, ont posé les fondements d’une mutation à venir, celle qui peut voir convoler la droite post-sarkozyste et l’extrême droite mariniste ». Après Anne Méaux, Gérard Longuet et Hervé Novelli, trois ex-GUD depuis longtemps passés par la machine à blanchir de la droite dite traditionnelle, le ralliement de Charles Millon est parlant. François Fillon assure qu’il n’a « jamais fait partie de (son) organigramme de campagne », mais le reçoit au QG de campagne comme au meeting d’Aubervilliers, le 4 mars. Or l’ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac, exclu de l’UDF en 1998 après avoir été élu président de la région Rhône-Alpes grâce aux voix du Front national (1), n’a jamais renié ses idées. Au contraire : avec Charles Beigbeder, un autre ex-UMP en rupture de ban, il a créé un think tank qui fait la jonction entre la droite et son extrême, l’Avant-Garde, qui a publié « cinq axes de propositions pour 2017 » largement repris par le candidat Fillon, de l’inscription des « racines chrétiennes de la France dans la Constitution » à la « dénonciation de l’espace Schengen (et au) rétablissement des frontières nationales ». Mesures compatibles avec le programme du Front national. En mars 2011, Marine Le Pen, répondant à la question du « plafond de verre », estimait que « si (le FN) termine ne serait-ce qu’à 40-60, la vie politique française sera alors totalement remodelée ». L’accession au pouvoir d’une droite phagocytée par les idées brunes produirait les mêmes effets.

(1) Comme Antoine Rufenacht en Haute-Normandie en 1992, lui aussi soutien de Fillon lors de la primaire de la droite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011