Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 19:10
Fondation Idlys. Finistère. Marche à Roscoff le 25 mars (Le Télégramme - 16 février 2017)

Fondation Ildys. Finistère. Marche à Roscoff le 25 mars

Le Télégramme / 16 février 2017 / Catherine Le Guen

 

Les organisations syndicales lancent la mobilisation dans une démarche unitaire.

Le changement de financement des services de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés menace le centre Perharidy à Roscoff, et le SSR pédiatrique de Brest. Tous les syndicats de la fondation Ildys montent au créneau. Une pétition et une marche sont au programme.

« Tant que la direction générale d'Ildys demandera des financements pérennes, nous la soutiendrons », déclarait, hier, Franck Monfort, délégué syndical CGT au cours d'une conférence de presse intersyndicale sur le site de Ty Yann, à Brest. Direction et syndicats CGT, Sud, CFDT et CFE CGC montent au combat main dans la main depuis l'annonce de la mise en place de la tarification à l'activité dans les services de soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés.

Brest et Roscoff impactés

Quinze établissements en France sont concernés. Dans le Finistère, la fondation Ildys voit son site de Roscoff de 600 salariés totalement impacté et à Brest, uniquement l'activité de SSR pédiatrique. Brest et Roscoff représentent 80 % de la prise en charge pédiatrique dans le Finistère.

« On pensait qu'on avait réussi à sécuriser les financements sur les SSR spécialisés, mais la réforme doit s'appliquer dès le 1er mars. Pour temporiser, le gouvernement a prévu 1 % de baisse en 2017, mais il reste 32 % sur les années à venir, sur cinq ans, cela représente 10 M€ », ajoute Franck Monfort.

« Une telle somme est impossible à absorber, cela signifie la fermeture de l'établissement, ce sont 600 emplois qui sont menacés. Avec les emplois induits, cela représente 1.800 emplois menacés en tout », précise Stefano Deblasio, délégué syndical Sud.

Le financement de ces SSR va passer d'un budget global à la tarification à l'activité. Mais ce changement ne prend pas en compte la complexité des situations, soulignent les syndicats. « À Roscoff, on accueille par exemple une personne obèse amputée et qui a besoin d'une dialyse. Ce patient a tout sur place mais la tarification ne prendra en compte qu'une seule de ses pathologies », déplore Pascal Le Page, délégué Sud.

« Le risque, c'est de voir répartir cette offre de soins sur plusieurs établissements au détriment des patients qu'il faudra transporter et des familles. Ce serait inhumain et contre-productif économiquement. On appelle la population à se mobiliser », ajoute Bruno Baron, délégué syndicat CFE CGC.

Une pétition en ligne

« L'ARS (Agence régionale de santé) a été en accord, voire demandeuse de tous nos projets et le ministère veut une réforme budgétaire qui vient dire le contraire de ce qu'a voulu l'ARS, qui représente pourtant le ministère de la Santé en région ! Les représentants de l'ARS de Bretagne soutiennent la ligne défendue par notre direction et les élus qui ont rencontré le sous-préfet, le 8 février », dit Franck Monfort.

Depuis hier, une pétition « Sauvons le centre de Perharidy à Roscoff » a été mise en ligne sur change.org et une marche citoyenne aura lieu le samedi 25 mars, à Roscoff. Un rendez-vous a été demandé au ministère de la Santé, des réunions sont prévues avec les députés ainsi que des distributions de tracts.

 

Pour signer la pétition  « Sauvons le centre de Perharidy à Roscoff (Finistère) »

cliquer ici 

Lire aussi dans Le Télégramme :

Kerpape, Perharidy. Des centres de rééducation menacés ?

 

Lire

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011