Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 20:31
François Tanguy-Prigent (1909-1970)

François Tanguy-Prigent (1909-1970)

Dans un entretien au Télégramme publié aujourd'hui, le candidat aux Législatives des républicains Maël de Calan se réclame de deux figures antagonistes et fameuses de la paysannerie et de l'histoire politique du pays de Morlaix et du pays, le léonard Alexis Gourvennec, à l'origine de la SICA, représentant paysan de droite et populiste, dur et efficace en affaires, et le trégorois Tanguy-Prigent, militant de la confédération nationale des paysans, le plus jeune maire du Finistère en son temps, le plus jeune député du Front Populaire, résistant, ministre du gouvernement de Gaulle à la Libération.   

La ficelle est grosse.

Surtout vu le parcours de Maël de Calan: fils de bonne famille, dont le père était déjà proche d'Alain Madelin et inscrit à Démocratie libérale, passé lui-même par HEC et Sciences-Po Paris (où il dirige les jeunes de l'UMP sarkozyste), avant de travailler quatre ans pour un fonds d'investissement et de se lancer en politique en devenant conseiller d'Agnès Le Brun en 2012, conseiller municipal de Roscoff et tout dernièrement chef de file de la droite finistérienne au Conseil Départemental. 

Un jeune politicien très pro-libéral et capitaliste issu des écoles de l'élite prédestiné à une carrière dans la finance, l'administration ou la politique qui se réclame de l'exemple de self-made men et de leaders charismatiques en ouvrant très large l'éventail des symboles politiques, à la manière d'un Macron, qui écrit un livre appelé Révolution tout en défendant les idées de Reagan et de Thatcher, ou d'un Sarkozy qui cite Jaurès, . Un peu de culture entreprenariale et de concession aux lobbys de l'agriculture productiviste de la droite, un peu de culture sociale de la gauche...

Tanguy-Prigent, c'est l'anti-Maël de Calan.

Celui qui défendait en payant de sa personne, parce qu'il en était la petite paysannerie pauvre menacée d'expropriation ou réclamant ses droits au bonheur et la dignité, celui qui incarnait et portait haut les idées laïques et progressistes du Front Populaire, l'homme de la "Commune Rouge" de Saint Jean du Doigt, celui qui ne digéra pas l'arrêt des réformes progressistes par Léon Blum.

On lui doit l'affirmation d'un syndicalisme paysan de gauche affranchi de la tutelle des gros propriétaires, des notables conservateurs et de l'Eglise. Résistant à Libé-Nord, membre du gouvernement de Libération qui créa la Sécurité Sociale et les Grands Services Publics que Fillon a déjà commencé et veut continuer à démanteler encore plus gravement, il créa le statut du fermage et du métayage en 1946, les Foyers Ruraux d'éducation populaire du monde rural.

Ce fut un socialiste courageux, de conviction, aux idéaux sincères, véritablement engagé dans la lutte des classes et le projet de réformes de structure d'ambition révolutionnaire et émancipatrice au profit des travailleurs. Un socialiste d'une autre trempe et d'une autre époque que les dirigeants actuels du PS. 

En fait, il semble par ses rattachements subjectifs osés et provocateurs que Maël de Calan veuille simplement indiquer sa volonté de s'imposer dans le Léon et dans le Trégor, se rapprocher par sa jeunesse (36 ans) de la jeunesse de Fraçois Tanguy-Prigent quand il devint député, et rappeler opportunément qu'en tant que porte-parole de Juppé aux primaires, il est sans doute moins à droite et réactionnaire que le candidat Fillon qu'il s'est empressé néanmoins de soutenir dans la foulée du second tour des Primaires, ce qui est plutôt recommandé dans une circonscription sociologiquement de gauche ou de centre-gauche.

Le seul mérite de cette récupération est de rendre un hommage paradoxal à Tanguy-Prigent, sans doute est des hommes politiques de gauche les plus admirables dans l'histoire du Finistère.   

 

Ismaël Dupont, le 16 janvier 2017. 

Tanguy-Prigent après-guerre

Tanguy-Prigent après-guerre

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents