Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 08:07

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès, à 79 ans, de Claude Geslin, professeur émérite de l’Université Rennes 2, dont les obsèques ont eu lieu samedi 14 janvier (10 h, église Sacré-Cœurs, Rennes).

 

Spécialiste de l’histoire du mouvement ouvrier en Bretagne, Claude Geslin avait enseigné l’histoire sociale et politique contemporaine dans les Universités de Brest, Nantes, Rennes. Publiée en 1990 et rééditée par les Presses universitaires de Rennes (PUR), sa thèse de 3e cycle (soutenue en 1982 sous la direction de Philippe Vigier) portait sur le syndicalisme ouvrier en Bretagne avant 1914. Claude Geslin avait également contribué, pour les départements du Finistère, de l’Ille-et-Vilaine, des Côtes-du-Nord, du Morbihan et de la Loire-Inférieure, à l’entreprise collective de recherche du Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social (DBMOMS). Le Maitron lui doit 240 notices souvent importantes.

 

Il était président d’honneur de l’Association Maitron Bretagne (AMB) depuis sa fondation en 2010.

 

François Prigent, secrétaire de l’Association Maitron Bretagne

Décès de Claude Geslin, professeur d'histoire à Rennes, spécialiste de l'histoire du mouvement ouvrier en Bretagne (hommage de François Prigent, secrétaire de l'Association Maitron Bretagne)

Publié pour la première fois en 1990 aux Éditions Espace-Écrits de Saint-Hippolyte-du-Fort, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu'à la Première Guerre mondiale est devenu un ouvrage incontournable pour l'histoire sociale de la Bretagne. Le syndicalisme ouvrier breton s’affirme dès le début des années 1880, malgré un contexte sociologique défavorable dû à l’influence dominante des intérêts agrariens et à la toute puissance d’une Église catholique hostile à tout syndicalisme « de classe ». Des syndicats sont constitués, toujours plus nombreux, adhérant aux bourses du travail créées à partir de 1892 et aux fédérations nationales. À la veille de 1914, la structuration est achevée avec la constitution des unions départementales dans les cinq départements bretons. Parallèlement, de nombreuses grèves ont été conduites dans la Basse-Loire, de Nantes à Saint-Nazaire, dans la chaussure fougeraise, à Brest, Lorient, Rennes, Saint-Malo, Saint-Brieuc, Vannes, Morlaix, Quimper, Hennebont, dans le bâtiment et les carrières d’ardoise ou de granit, dans l’industrie de la conserve éparpillée le long de la côte atlantique. Certaines sont restées emblématiques: grève généralisée à Nantes (1893), grève de Trignac (1894), grèves des soudeurs-boîtiers (1896, 1901, 1909), des marins-pêcheurs (1897), grèves révolutionnaires du Finistère et du Morbihan (1905-1906), grèves des forges d’Hennebont (1903, 1906), grève des ouvriers chaussonniers fougerais (hiver 1906-1907, 1914), grève des dockers nantais (1907), grèves nombreuses des dockers nazairiens et des métallurgistes de la Basse-Loire. Des militants venus de Bretagne (Joseph Tortelier, Fernand Pelloutier, Aristide Briand) ont largement contribué à l’élaboration de l’idéologie dominante du syndicalisme d’avant 1914, mais les idées du syndicalisme révolutionnaire ne sont partagées et propagées que par une minorité des organisations bretonnes. Elles dominent seulement à Brest, Lorient et Indret. Ailleurs, antimilitarisme et antipatriotisme sont mis en sourdine. Le réformisme qui l’emporte est en grande partie dû à la liaison de fait entre le syndicalisme et le socialisme; ce dernier, à l’origine de la création de nombreuses organisations syndicales, privilégiant l’action politique, parlementaire, plutôt que la Révolution dans la lutte pour l’obtention des avancées sociales. Ce courant est renforcé et enrichi par l’apparition au début du XXe siècle du journal rennais La Tribune Ouvrière, dont les rédacteurs sont, pour la plupart, issus du Sillon et adhèrent à la CGT. Par ailleurs, des syndicats se sont constitués en dehors de la CGT; refusant à la fois la domination socialiste et l’anticléricalisme de la centrale syndicale, ils préfigurent la forte influence que le syndicalisme d’origine chrétienne exercera dans l’avenir en Bretagne.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011