Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 06:42
Valls le diviseur se pose en grand conciliateur (Médiapart, 5 décembre 2016)

Valls le diviseur se pose en grand conciliateur

 PAR MATHIEU MAGNAUDEIX

Manuel Valls a annoncé sa démission de Matignon et sa candidature à la primaire socialiste. L’ancien « M. 5 % » de la primaire de 2011, qui a théorisé les « deux gauches irréconciliables », joue désormais le grand rassembleur.

 

Manuel Valls n’est pas arrivé mais le fond d’écran est déjà prêt. Devant un grand panneau orange, une centaine de personnes font le pied de grue, bien sages, depuis quarante minutes. « Des gens d’Évry, des associations, un peu de tout », dit une dame à l’accueil. Très peu d’élus nationaux. Dans la grande salle de la mairie d’Évry, lundi, Manuel Valls est venu comme prévu annoncer sa démission de Matignon et sa candidature à la présidentielle dans le cadre de la primaire du PS. Le slogan de campagne est dévoilé. « Faire gagner tout ce qui nous rassemble. » Qu’on se le dise : après avoir été le grand diviseur, Manuel Valls se pose effrontément en unificateur de la gauche.  

À 18h30 précises, le voilà qui arrive sous les applaudissements. Très vite, il confirme :« Alors oui, je suis candidat à la présidence de la République. »  L’encore premier ministre annonce sa démission pour ce mardi. « Je quitterai mes fonctions dès demain car je veux en pleine liberté proposer aux Français un chemin. »

En fait de chemin balisé, il s’agit à ce stade de grandes trouées pas vraiment défrichées. Manuel Valls rêve d’une France « forte, inflexible dans ses valeurs ». Dans un monde dont il décrit les crises, il met en avant son « expérience » de premier ministre : « Une expérience forte, elle ne s’invente pas, elle ne s’improvise pas. » Il tance François Fillon et « la droite, son programme, avec ses vieilles recettes des années 80 ». 

Mais dans un PS déchiré et une gauche explosée, il se pose surtout en grand pacificateur.« Je constate la division à gauche, mais jusqu’à quand allons-nous subir ce spectacle ? Il y a une exigence de rassemblement et au fond de nous, je sais qu’il y a une envie de se retrouver. » S’ensuit un tout petit mea culpa : « Moi-même, j’ai pu avoir des mots durs, susciter des débats, des incompréhensions, mais c’est la gauche ! […] La division est toujours une affaire qui se fabrique à plusieurs, l’unité aussi. Chacun devra faire un effort. Moi… moi le premier. » On croirait entendre saint Manuel qui absout les péchés, les siens, et ceux des autres. « Ma candidature, dit-il, est celle de la conciliation. Celle de la réconciliation. » Tant pis si début 2016, à quelques kilomètres de là, le mêmethéorisait exactement le contraire, soit « deux gauches irréconciliables ». 

Sitôt l’annonce faite, ses soutiens relaient le message dans les médias. Énergie, autorité, expérience, stabilité, protection, rassemblement : voilà les mots-clés de la campagne Valls. Les « éléments de langage » ont été calés un peu plus tôt dans l’après-midi, au cours d’une réunion à Matignon. Ancien porte-parole du premier ministre Lionel Jospin, ex-directeur de la communication de la campagne François Hollande en 2012, Valls apporte un soin méticuleux à sa communication – épaulé par son vieil ami Stéphane Fouks, le patron de l’agence Havas (ex-Euro RSCG), jamais avare de conseils. 

Toutes les ficelles de com’ ne seront pas de trop. À quarante jours du premier tour de la primaire « citoyenne » de la « Belle Alliance populaire » (réduite au PS et à quelques satellites), les dimanche 22 et 29 janvier, le chemin qui s’ouvre devant Manuel Valls est tout sauf dégagé. « Manuel Valls candidat a proposé un discours d'opposant à sa propre politique », a réagi lundi soir son ancien collègue du gouvernement Arnaud Montebourg, lui aussi candidat aux primaires. « Ce n'est pas sérieux. Il se moque des gens », a twitté de son côté le député Pascal Cherki, proche de Benoît Hamon.

Malgré ses appels lyriques à l’« unité », le premier ministre appelé à Matignon en avril 2014 par François Hollande, après la raclée des municipales, fait en effet toujours figure de diviseur et de cogneur. Diviseur d’une majorité qu’il a brutalisée en utilisant par deux fois le 49-3 pour lui imposer les lois Macron et El Khomri. À l’Assemblée nationale, élus et collaborateurs gardent en tête les coups de pression et les passages en force de Valls et ses équipes. « Ce n’est pas parce qu’il nous sourit depuis trois jours qu’on a tout oublié », dit un collaborateur socialiste qui doute, « comme beaucoup », de pouvoir voter pour lui en 2017. 

 

À Matignon, l’ancien « Monsieur 5 % » de la primaire socialiste en 2011 (5,67 % pour être précis), éternel minoritaire du PS qui a su se rendre indispensable à un François Hollande affaibli, a cultivé une image d’intransigeance sur la question de la laïcité. Il a dit soutenir la loi sur le voile à l’université ou l’initiative de maires, en majorité d’ultra droite, d’interdire le burkini sur les plages cet été – des dispositions dont il admet lui-même qu’elles vont au-delà de la loi de 1905. Ces dernières semaines, la façon dont il a travaillé au corps François Hollande pour l’encourager à se désister, lors de face-à-face décrits par son entourage comme des « mano a mano psychologiques », a contribué à renforcer une image de grand défourailleur.

 

Premier ministre des attentats, Manuel Valls a incarné une ligne autoritaire et dure, défendant sans état d’âme les prolongations de l’état d’urgence ou la déchéance de nationalité. À Évry, tout cela semble oublié. « J’en ai assez de ces discours qui nous divisent ! » lance-t-il, avec une pensée pour les « musulmans » et ces propos qui stigmatisent « les réfugiés fuyant la guerre ». Gonflé pour celui qui, lors d’un déplacement officiel à Munich, avait critiqué la politique d’accueil des réfugiés d’Angela Merkel. 

Lundi, certains de ses proches espéraient entendre des inflexions sur la ligne économique. Ce n’est pas encore patent. Il y a bien cette « mondialisation qui doit être mise au service des peuples », des allusions à la « pauvreté », aux « oubliés », aux« précaires » et aux « humiliés de la vie », la promesse de baisser les impôts des classes moyennes, cette Europe à refonder. Mais à Évry, il n’a pas encore eu ce discours aux accents « protecteurs » que certains de ses soutiens aimeraient désormais le voir adopter pour être en mesure de réunir son camp.

Ces derniers mois, Manuel Valls a amorcé un recentrage sur les questions économiques et sociales, en plaidant par exemple pour une allocation unique destinée à remplacer la dizaine de minima sociaux existants. Au printemps 2014, il avait de la même façon su dénoncer les excès de la mondialisation et plaider en faveur du « patriotisme économique », quand il s’agissait d’amadouer Benoît Hamon et Arnaud Montebourg (lire notre article d'alors sur ce curieux ménage à trois). L’objectif commun était alors de pousser François Hollande à se débarrasser de Jean-Marc Ayrault, pour imposer une ligne combative sur l'austérité et l'Europe, face à l'Allemagne de Merkel. Valls fut nommé à Matignon. Trois mois plus tard, il démissionnait sans ménagement ses naïfs alliés, pour cause de divergences stratégiques sur les questions économique et européenne. 

A minima, ce discours aura au moins permis à Manuel Valls de se distinguer d’Emmanuel Macron, son ancien ministre de l’économie, qui aimerait que les jeunes rêvent de devenir des « milliardaires ». « La réussite ne peut pas être que financière. (…)Elle se mesure à la lumière que l’on a dans les yeux, pas au compte en banque. » L'ancien maire d'Évry devrait présenter son équipe de campagne en fin de semaine. D’ici là, il téléphone tous azimuts pour « élargir », comme le disent ces soutiens. Ses très proches – les députés Carlos Da Silva, Philippe Doucet, Pascal Popelin, Malek Boutih ou le secrétaire d’État aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen, haï ou méprisé par de nombreux parlementaires pour ses méthodes brutales – n’inspirent guère confiance au sein du PS. « Il y a quelques pousse-au-crime autour de lui », admet le député de Paris Christophe Caresche. 

Dans les prochains jours, le premier ministre va afficher ses prises de guerre. À l’Assemblée nationale, il pourra compter sur le soutien du patron du groupe socialiste, Bruno Le Roux, et sur un tiers des troupes – environ 90 députés, comme Daniel Vaillant, l’ancien ministre de l’intérieur de Lionel Jospin. Bien sûr, plusieurs ministres devraient le rejoindre. Et peut-être Nathalie Appéré et Johanna Rolland, les maires de Rennes et de Nantes, deux « hollandaises » pur jus. Ou encore Olivier Dussopt, porte-parole de Martine Aubry à la primaire de 2011, et dont Manuel Valls avait soutenu (en vain) une entrée au gouvernement lors de remaniements passés. Bon connaisseur des élus locaux, il devrait obtenir une place de choix dans la campagne. « Je ne renie rien de mes positions et convictions, dit le jeune député ardéchois. Mais je souhaite que notre famille se rassemble derrière le meilleur. Dans ce moment, il est le plus à même d’incarner la fonction, mais aussi de concilier solidarités et protections. » 

Autre aubryste, le jeune président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein, estime lui aussi que Valls « est le plus écouté par de nombreux électeurs de gauche, le plus à même de nous rassembler puis de se qualifier pour le second tour de la présidentielle ». Il dit avoir pris cette décision « en toute liberté et en toute connaissance de cause ». Une façon de marteler son autonomie par rapport à Martine Aubry. L'ancienne première secrétaire du PS verrait d’un bon œil une alternative aux candidatures de Valls et de Montebourg. Mathieu Klein balaie cette possibilité : « Le temps des candidatures contre, c’est terminé. » Le très vallsiste député Philippe Doucet n’y croit pas non plus.« D’accord, mais qui ? Qui est prêt à y aller ! Être prêt à sauter en parachute, c’est une chose. Ouvrir la porte de l’avion et sauter dans le vide, c’en est une autre. » Lundi, Martine Aubry a en tout cas envoyé une des petites « cartes postales » dont elle a l’habitude, avertissant que son soutien à Valls n’était « pas évident ».

Pour réussir à s’imposer à la primaire en candidat naturel du PS – ce qu’il n’est pas du tout à ce stade –, Manuel Valls parie sur le légitimisme d’une grande partie du PS, la crainte (fondée) d'une gauche émiettée qui se fracasserait sur les échéances électorales à venir, et la peur du Front national dont il a une nouvelle fois martelé, comme il l’avait fait avant les départementales et les régionales de 2015, qu’il est « aux portes du pouvoir ». « Ma candidature c’est aussi une révolte. Je suis révolté au fond de moi-même à l’idée que la gauche soit disqualifiée de la présidentielle », a-t-il dit à Évry. « Je ne veux pas que la France revive ce traumatisme d’une extrême droite au second tour de la présidentielle. » Depuis son accession à Matignon, Manuel Valls aime à se concevoir comme un rempart face au Front national. Le parti d’extrême droite n'a pourtant jamais été aussi en forme dans les urnes.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011