Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 08:17

L'HUMANITE

CLOTILDE MATHIEU AVEC M. D'A.

 

APRÈS L'OUVERTURE À LA CONCURRENCE EN MARS 2006, LE MARCHÉ DU FRET FERROVIAIRE N'A CESSÉ DE SE DÉTÉRIORER.

 

EMPLOI Euro Cargo Rail, opérateur privé de fret ferroviaire, va licencier un quart de ses effectifs. L'ouverture du secteur, voulue par Bruxelles il y a dix ans, a largement favorisé la route au détriment du rail.

Alors que le Parlement européen s'apprête à voter l'ouverture à la concurrence des transports ferroviaires nationaux de voyageurs, les leçons de la libéralisation du transport de marchandises n'ont vraisemblablement pas été tirées. Arrivée sur le marché français à la faveur de l'ouverture à la concurrence du fret ferroviaire en 2006, Euro Cargo Rail (ECR), plus gros opérateur de fret privé, est en passe de licencier un quart de ses effectifs.

La course à la rentabilité au détriment du réseau secondaire ECR, filiale de droit privé de l'opérateur public allemand Deutsche Bahn, a annoncé jeudi la suppression prochaine de 377 postes sur les 1200 que compte l'entreprise. Sont concernés 150 postes de conducteur, 70 postes d'AFR (agents de manoeuvre) ­ principalement en Bretagne et sur la côte atlantique ­, ainsi que 80 postes au siège parisien. Certaines agences seront fermées. La direction évoque tout de même de possibles « reclassements dès le début de l'année 2017 » au sein de la SNCF. La CGT, qui n'avait pas « de mots assez durs » pour qualifier ce plan de suppressions de postes « plus lourd que ce qui avait été imaginé », s'est cependant déclarée « très favorable à tous les reclassements possibles et imaginables même dans d'autres sociétés ferroviaires extérieures afin que les salariés impactés gardent un emploi ». Reste que la CGT n'oublie pas la bataille qui débute pour la « pérennité de notre entreprise et pour les salariés qui restent ». Car, depuis sa création, ECR n'a jamais été bénéficiaire. Contrairement aux promesses d'une hausse du trafic ferroviaire après l'ouverture à la concurrence en mars 2006, le marché du fret ferroviaire n'a cessé de se détériorer. Trente-deux milliards de tonnes-kilomètres ­ unité correspondant au déplacement de 1 tonne de marchandises sur 1 kilomètre ­ ont été transportées par le rail en 2013, en France, soit une chute de 31 % par rapport à 2003, selon les derniers chiffres publiés par l'Afra, agence qui regroupe des entreprises privées de transport ferroviaire, citant les chiffres d'Eurostat. Ainsi, poursuit l'Afra, la « part modale du rail est passée de 18,1 % à 14 % entre 2003 et 2013 ». Depuis 2013, la situation d'ECR se dégrade inexorablement du fait de la baisse des aides publiques (220 millions d'euros en 2009 contre 100 millions cette année), conjuguée à l'augmentation du prix des sillons ­ péages ferroviaires dont les opérateurs s'acquittent pour financer, entre autres, l'entretien du réseau. Sur ce dernier point, la direction d'ECR anticipe une augmentation de 4,6 % du tarif des sillons sur les dix prochaines années.

Dans un secteur ultra concurrentiel où le transport routier grignote toujours plus de parts de marché, poussé dans le dos par la baisse des prix du gazole et l'abandon de l'écotaxe poids lourds, ECR va terminer l'exercice 2016 sur une perte opérationnelle de 25 millions d'euros, après avoir accusé un déficit de 13 millions d'euros en 2015.

Vendue comme l'occasion de relancer le transport ferroviaire de marchandises, la libéralisation du fret a accentué la course à la rentabilité, privilégiant les lignes jugées « rentables et durables » au détriment du réseau secondaire, qui a vu se substituer aux trains des milliers de camions.

Alors que le bilan social, économique et environnemental de la libéralisation s'avère désastreux, Bruxelles s'entête sur la voie de la concurrence.

_______________________________________________________________________

TRANSPORT DE MARCHANDISES : CHANGEONS D'ÈRE !, LA PAROLE DES CHEMINOTS CONTRE LA DESTRUCTION DU FRET

La destruction organisée du fret ferroviaire, Gilles Balbastre l'a mise en images, promenant sa caméra dans les gares de triage désertées, donnant la parole à ces cheminots qui se battent inlassablement pour la survie d'un outil écologiquement responsable et économiquement rentable. Fils de cheminot, réalisateur des Nouveaux Chiens de garde avec Yannick Kergoat, Gilles Balbastre dénonce ici l'abandon du rail au profit de la route. « La parole des salariés, des élus salariés et des syndicalistes est d'une très grande richesse quand on prend le temps d'aller la chercher et de la restituer », témoigne-t-il. Visionnez le film sur le site de Fret SNCF: http://www.fret21.org/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011