Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 07:02

DIEGO CHAUVET

L’HUMANITE DIMANCHE

Jeudi 15 Décembre 2016

 

Officiellement, le FN s'attaque au discours de François Fillon, qui veut supprimer 500 000 postes de fonctionnaires. Mais, dans les faits, le programme économique du parti d'extrême droite, libéral, s'appliquerait, s'il était aux affaires, au détriment des services publics. Et dans les mairies gérées par des élus frontistes, les relations sont déjà tendues...

Le FN de Marine Le Pen serait en passe de séduire pas moins d'un fonctionnaire sur quatre, selon les dernières études du Cevipof. Ce résultat est le fruit du travail accompli par le parti d'extrême droite, qui a largement modifié son discours sur la fonction publique. À la fin des années 1980, son fondateur, Jean-Marie Le Pen, affichait le président américain Ronald Reagan pour modèle. Il se voulait ultralibéral... En 2002, lorsqu'il parvint, à la surprise générale, au second tour de la présidentielle, seulement 10 % des fonctionnaires avaient voté pour lui. Une impopularité dans les différents corps de la fonction publique qui le pénalisa lourdement pour le second tour face à Jacques Chirac... Sa fille tente donc aujourd'hui de se débarrasser des oripeaux du reaganisme pour conforter sa base électorale dans la fonction publique, alors que les sondages la donnent pour l'instant qualifiée pour le second tour de l'élection.

 

'ADMIRATION POUR REAGAN, C'EST PAS FINI

Elle est aidée par d'autres membres médiatiques de son parti. En premier lieu par sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, qui affiche ses affinités avec le thatchérien François Fillon, tant sur le plan économique que sociétal (notamment sur l'IVG). D'un autre côté, le numéro 2du FN, Florian Philippot, met en scène ses désaccords avec Marion Maréchal-Le Pen en qualifiant Fillon de candidat de « la mondialisation sauvage ». Ce faux débat fournit l'occasion à la présidente et candidate du parti à la présidentielle de siffler la fin de la récré et d'affirmer que les 500 000 suppressions de fonctionnaires prévues dans le programme de Fillon, ce serait trop... « Programme de casse sociale », insiste même Florian Philippot !

Alors, le FN qui admirait Reagan, c'est terminé ? Pas si sûr, si on regarde son programme économique. Le parti d'extrême droite, tout en dénonçant le programme de François Fillon, est lui aussi un partisan de l'austérité budgétaire. S'il arrive au pouvoir, il ne prévoit pas moins de 60 milliards d'euros de réduction de la dépense publique. De quoi ébranler des services publics qui sont déjà exsangues, y compris là où l'extrême droite gagne des points : la fonction publique hospitalière, en particulier. D'autre part, l'expérience montre qu'une fois aux affaires, le FN et les fonctionnaires, c'est loin d'être une histoire qui marche...

 

« CHICAYAS » ET FAUX DÉBATS

Des « chicayas »... C'est ainsi que Marine Le Pen a qualifié les querelles programmatiques qui semblent opposer sa nièce Marion Maréchal-Le Pen au vice-président de son parti, Florian Philippot. Les oppositions entre les deux tourneraient autour du libéralisme économique et de l'IVG. « Des sujets lunaires », « des bisbilles », temporise Marine Le Pen. L'accès à l'IVG est donc un sujet « lunaire » ? En effet, il n'y a pas de quoi se disputer au FN, puisque tout le monde a l'air d'être d'accord...

En 2014, le parti de Marine Le Pen a remporté plusieurs municipalités dans lesquelles il expérimente ses méthodes. Dans la plus emblématique d'entre elles, Hénin-Beaumont, qui est aussi le fief électoral législatif et régional de Marine Le Pen, les relations entre les fonctionnaires de la ville et la municipalité de Steeve Briois sont loin d'être au beau fixe. Elles se cristallisent par un conflit permanent avec l'un des principaux syndicats, la CGT. René Gobert, qui en est le responsable, en fait personnellement les frais. « Les fonctionnaires territoriaux sont muselés lorsqu'ils ne sont pas d'accord avec la majorité municipale », explique-t-il. Lui-même, pour un commentaire posté sur Facebook, se retrouve au tribunal administratif, le 16 décembre, pour contester sa révocation. Et au tribunal pénal, le 16 janvier 2017, attaqué pour diffamation... « On nous a installé des caméras dans les locaux, y compris à l'endroit où les agents font leur pause cigarette », ajoute René Gobert, illustrant un climat qu'il qualifie de « surveillance » à l'égard des fonctionnaires de la ville. « Que ce soit Marine Le Pen ou François Fillon, la suppression de 500 000 fonctionnaires est dans les tuyaux. »

 

les heures sup balayées

Sous d'autres cieux, dans l'Hérault, la mairie de Béziers est dirigée par Robert Ménard avec le soutien du FN depuis mars 2014. Proche du discours défendu par Marion Maréchal-Le Pen, il se dit « d'accord avec presque 100 % des idées » de François Fillon. Mais n'envisage pas pour autant de le soutenir et préfère plutôt influencer la ligne de Marine Le Pen vers un discours plus ouvertement libéral... Là encore, un syndicaliste de la CGT, Yvan Vialette, fonctionnaire à Béziers, dénonce des « relations exécrables » avec la municipalité. « Il a toujours refusé de rencontrer la CGT », explique-t-il. Il souligne les contradictions entre le discours national du parti d'extrême droite et la gestion concrète quand il est aux affaires : « Après son élection, Robert Ménard a baissé les impôts de 4 %, ce qui a représenté 2 millions d'euros de budget en moins. 60 % de la population de Béziers n'est pas imposable et n'a donc pas profité de cette baisse d'impôts. Ce sont les 40 % les plus riches qui ont eu droit à une petite baisse de leurs impôts locaux...

Mais le budget de la ville est amputé. On fait donc payer les fonctionnaires, en remettant en cause leurs acquis sociaux, et les associations, en diminuant leurs subventions. 80 % des fonctionnaires de Béziers sont en catégorie C, et on leur supprime leurs heures sup. » Ce qui, au final, a des conséquences sur les services rendus à la population, notamment aux 60 % qui n'ont pas bénéficié de la baisse des impôts, selon le syndicaliste. Yvan Vialette cite en particulier la « fermeture d'un centre médico-sportif, qui était gratuit pour tous les usagers ».

Le discours contre la « casse de la France » servi par les dirigeants nationaux du FN risquerait donc bien de faire long feu, une fois le travail de séduction auprès des fonctionnaires accompli... L'ADN du Front national est loin d'être social, ainsi qu'en témoignent ses premiers succès électoraux durant l'ère thatchérienne. Il en est sûrement resté quelque chose, au-delà du patient travail d'élargissement de sa base électorale vers des classes moyennes et populaires subissant la peur du déclassement... Au mois de septembre dernier, en clôture de son université d'été à Fréjus, la présidente du FN avait eu cette formule très libérale : « Que s'allègent les contraintes et l'injustice fiscales, les contraintes réglementaires et juridiques qui sanctionnent la réussite et découragent l'initiative. » Des conceptions économiques pas très compatibles avec des services publics de qualité...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011