Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:05
Stopper le basculement de la Turquie dans la dictature - par Patrick Le Hyaric

 

Stupéfiant, inquiétant, révoltant ! La dérive du pouvoir de M. Erdogan parait ne plus avoir de limite jusqu’à progressivement basculer dans la dictature. « Un régime de terreur » aux portes de l’Europe selon les mots du Nobel Orhan Pamuk. Après les villes kurdes rasées par les chars de l’armée turque, les arrestations du rédacteur en chef et de huit autres journalistes de Cumhuriyet, l’un des principaux journaux d’opposition, puis des maires de villes kurdes, c’est au tour des parlementaires progressistes de subir la traque du régime. Les deux coprésidents du Parti démocratique des peuples (HDP) dont notre ami Selahattin Demirtas, le président du groupe parlementaire et huit autres députés ont été arrêtés en pleine nuit. Erdogan va jusqu’à remettre la peine de mort, pourtant abolie, à l’ordre du jour, violant sciemment la convention européenne des droits de l’Homme et des libertés fondamentales que la Turquie a pourtant signée.

Depuis la promulgation de l’état d’urgence à la suite du coup d’état avorté de juillet dernier, le pouvoir turc gouverne par décret sans l’aval du Parlement. Le délai de garde à vue est porté à trente jours dont cinq au secret, sans accès à un avocat. Des dizaines de milliers de militaires, policiers et magistrats sont arrêtés ou mis à pied. La purge dans la fonction publique s’accroit d’heure en heure sur simple présomption de culpabilité.

L’heure est grave pour le peuple turc. La politique de terreur d’Erdogan risque de déboucher sur une déstabilisation profonde du pays avec des conséquences redoutables pour la région.

Le HDP s’est opposé à la tentative de coup d’état car il sait combien l’armée turque, qui a consolidé son pouvoir depuis le putsch de 1980, est opposée à toute forme d’émancipation sociale et politique du pays. Il sait également que l’accession au pouvoir des islamo-conservateurs a été rendue possible par un pacte entre la confrérie Gülen et le Parti de la justice et du développement (AKP), amis d’hier et ennemis d’aujourd’hui. Dans cette région, les progressistes sont payés de leçons pour savoir que les intrigues et retournements d’alliances s’effectuent toujours contre la constance du combat pour l’émancipation humaine, sociale et politique.

Depuis son accession au pouvoir en 2003 au poste de premier ministre, Erdogan s’est forgé avec l’AKP, son parti islamo-conservateur, un instrument de conquête de tous les pouvoirs civils et militaires en jouant sur les contradictions de la région.

Pro-européen à son arrivé au pouvoir, l’AKP noue une alliance avec Bachar El-Assad avant que les révolutions arabes et l’effondrement des régimes autoritaires ne lui offrent l’occasion de se poser en défenseur des peuples de la région. Erdogan tente de réactiver une hégémonie politique et culturelle ottomane sur ceux jadis soumis au pouvoir impérial. Pour y parvenir il appuie, de concert avec les monarchies du Golfe, les franges les plus intégristes de la contestation sociale voire les terroristes du groupe Etat Islamique.

Avec la deuxième armée de l’Alliance atlantique, la Turquie bénéficie d’une indulgence coupable des Etats-Unis comme des pays de l’Union européenne. D’autant que ces derniers lui ont laissé les mains libres en troquant de manière indigne contre quelques milliards d’euros le sort de centaines de milliers de réfugiés qui fuient les combats en Irak et en Syrie.

Le peuple kurde et tous les démocrates de Turquie paient chèrement le jeu d’alliance qui rythme l’évolution politique du Moyen-Orient. Le fait que le mouvement kurde soit parvenu à fédérer la gauche de transformation turque dans un même combat pour la liberté et la justice sociale est insupportable pour les pouvoirs en place. Plus encore l’est son combat héroïque contre l’Etat islamique !

Le HDP est né pour fédérer les aspirations démocratiques exprimées au printemps 2013 lorsque des dizaines de milliers de turcs se sont rassemblés sur la place Taksim d’Istanbul pour contester les dérives du pouvoir. Sa percée spectaculaire aux élections législatives de 2013 où il rassemble 13% des suffrages et obtient 80 députés empêche Erdogan d’obtenir les pleins pouvoirs et de modifier à sa guise la Constitution. Le HDP devient par la même occasion un acteur clé d’une solution pacifique au problème kurde.

Si le pouvoir turc s’enfonce dans cette dérive liberticide et réactionnaire, c’est justement parce que ce pays est l’un des rares de la région à compter une force politique de progrès, capable de faire bouger les lignes pour la justice et la paix. Que la France comme l’Europe se murent dans leur silence complice ne peut que révolter tous les démocrates.

Qu’ils interviennent pour que cesse cette quasi-complicité est une urgence. L’Union européenne doit décider d’une mission de soutien aux journalistes et parlementaires emprisonnés et exiger leur libération sans condition. Les Parlements doivent s’exprimer et déployer des délégations auprès de leurs collègues turcs. Les autorités françaises et européennes peuvent agir en réclamant le respect de la convention européenne des droits de l’Homme et entamer un processus de sanctions politiques et commerciales.

Ce combat pour la paix et la démocratie en Turquie peut bénéficier à tous les peuples du proche et Moyen-Orient mais aussi à ceux de l’Union européenne.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011