Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 08:13
Pourquoi les députés du HDP ne siègeront plus au parlement turc? (L'Humanité, 7 novembre 2016)
Car c’est bien, analyse le HDP, ce combat que mènent ses députés pour la démocratie que vise aujourd’hui Erdogan.
Le Parti démocratique des peuples rappelle que le plan poursuivi par le président turc pour s’attribuer les pleins pouvoirs, fait partie d’une stratégie d’ensemble qui a déjà comporté plusieurs étapes: levée de l’immunité parlementaires des députés du HDP, mise en place de l’état d’urgence et des décrets-lois suite à la tentative du coup d’état attribué à Gülen en juillet, et maintenant emprisonnement des députés, s’ajoutant à toutes les autres atteintes à l’état de droit : arrestation massive de juges, de fonctionnaires, de journalistes, d’universitaires, fermeture de médias, de maisons d’édition, et de tout ce qui d’une manière ou d’une autre pourrait contester le pouvoir absolu du maître d’Ankara.
Pourquoi les députés du HDP ne siègeront plus au parlement turc ?
JEAN-JACQUES RÉGIBIER
LUNDI, 7 NOVEMBRE, 2016
L'HUMANITE
En refusant que ses députés participent désormais aux débats de la Grande assemblée nationale de Turquie, le HDP entend protester contre l’emprisonnement de 9 d’entre eux, mais il veut  aussi mettre en place de nouvelles formes d’expression démocratique et lance une vaste consultation à travers tout le pays.
 
Puisque le parlement turc n’est plus qu’une caricature de représentation démocratique, quel intérêt pour les députés du HDP de continuer à y siéger, d’autant que même ceux qui ne sont pas encore en prison, sont empêchés d’agir ( leur siège à Ankara est interdit d’accès et personne ne peut plus entrer dans le bâtiment.)
C’est ce que fait valoir le HDP après l’emprisonnement de 9 de ses députés - dont ses deux leaders historiques, Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ - sur les 59 qui avaient été élus en juin 2015. En opérant cette rafle, ce ne sont pas simplement les 6 millions d’électeurs qui avaient voté pour le Parti démocratique des Peuples que le gouvernement d’Erdogan a décidé de rayer d’un trait de plume, ce sont aussi, explique le HDP, « les millions de citoyens qui poursuivent la lutte pour la démocratie, la liberté, l'égalité, les droits du travail, la libération et la justice des femmes. »
On a en effet un peu rapidement tendance à identifier le HDP à un parti « kurde », comme si sa seule revendication tournait autour de l’indépendance de ce peuple.
Or ce qu’il met en avant dans son programme politique est bien plus large, passant par un combat pour les droits démocratiques, pour l’écologie politique et pour l’égalité hommes-femmes. Une égalité que le HDP met déjà en œuvre sur le terrain puisque par exemple, toutes les communes qu’il dirige sont obligatoirement administrées par deux maires, une femme et un homme.
 
Un coup d’état peut en cacher un autre
 
Car c’est bien, analyse le HDP, ce combat que mènent ses députés pour la démocratie que vise aujourd’hui Erdogan.
Le Parti démocratique des peuples rappelle que le plan poursuivi par le président turc pour s’attribuer les pleins pouvoirs, fait partie d’une stratégie d’ensemble qui a déjà comporté plusieurs étapes: levée de l’immunité parlementaires des députés du HDP, mise en place de l’état d’urgence et des décrets-lois suite à la tentative du coup d’état  attribué à Gülen en juillet, et maintenant emprisonnement des députés, s’ajoutant à toutes les autres atteintes à l’état de droit : arrestation massive de juges, de fonctionnaires, de journalistes, d’universitaires, fermeture de médias, de maisons d’édition, et de tout ce qui d’une manière ou d’une autre pourrait contester le pouvoir absolu du maître d’Ankara.
Pour le Comité exécutif central du HDP, c’est bien à un autre « coup d’état » qu’on assiste aujourd’hui en Turquie, celui perpétré par Erdogan et son parti, l’AKP, et c’est contre ce coup d’état que toutes les forces démocratiques doivent se mobiliser. Le HDP se propose de prendre la tête de cette mobilisation.
 
Pour une « République démocratique »
 
Aux mesures dictatoriales prises par Erdogan, le HDP propose de répondre par une vaste consultation démocratique.
« Dans les prochains jours, expliquent les responsables du parti, nous visiterons les quartiers, les villages, les districts et les provinces et nous irons de porte en porte, écoutant les plaintes et les propositions de tout le monde. Nous discuterons avec les institutions constituantes de notre parti, mais aussi avec tous nos alliés, avec toutes les institutions, avec les forces de la démocratie, de la paix et du travail, avec les organisations de la société civile, les syndicats et les associations professionnelles, les groupes religieux, ceux qui s’occupent d’environnement et d’écologie, etc… »
Objectif : écouter d’abord, puis rassembler les propositions afin de définir un programme de mesures destinées à ramener la Turquie dans le giron des démocraties civilisées.
Puisque ce travail n’est plus possible à l’intérieur du parlement turc, le HDP a décidé de le faire en dehors.
 
« Au cours de la dernière année et demie, analyse le HDP, le gouvernement d’Erdoğan-AKP, a dévasté tout le pays avec l’objectif de réaliser ce qu’il appelle un « régime présidentiel à la turque ». Il a ainsi causé la mort, provoqué des blessures, ou le déplacement et la perte d'emploi de milliers de personnes, ce qui a mené à une augmentation de la tension et de la polarisation entre les gens dans le pays. » Ce qui est présenté comme un régime présidentiel  «  à la turque », n’est rien d’autre que la dictature d'un seul homme, « c'est le fascisme, et cela signifie la guerre, l'oppression, l'agitation et la tyrannie, » résume le parti qui  propose de lutter contre l'oppression et la tyrannie, « non seulement pour le peuple kurde, mais pour tous les peuples de la Turquie.»
 
C’est donc en rassembleur de toutes les forces qui souhaitent le retour de la démocratie que se pose aujourd’hui le HDP, qui appelle à la résistance contre le régime totalitaire d’Erdogan. « Le fait de ne pas élever la voix maintenant constituerait une grave menace pour tous les pays de la région et pour les peuples d'Europe, » ajoutent les responsables du HDP, qui en appellent « à tous ceux qui veulent agir pour la liberté, l'égalité, la laïcité démocratique et la justice. » Le HDP a par ailleurs fermement condamné l'attentat à la bombe qui a eu lieu à Diyarbakır le 4 novembre.
 
 
Pourquoi les députés du HDP ne siègeront plus au parlement turc? (L'Humanité, 7 novembre 2016)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011