Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 06:24

Les grands enjeux pour notre planète, par Gérard LE PUILL

 

 

Investir dans les forêts: un joli coup de communication pour des compagnies aériennes qui brûlent du kérosène par tonnes tous les jours.

Les compagnies aériennes des 191 États membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) ont récemment tenu une réunion à Montréal pour tenter de « finaliser le premier accord sectoriel de compensation des émissions de CO2 » de leurs avions. Ces derniers seraient responsables de 2 à 3 % des émissions totales, selon « les Échos ». Ce journal indique que la principale piste suggérée serait « d'investir dans des forêts, soit directement, soit sous forme d'un crédit carbone destiné à financer des projets précis ».

LE DROIT DE POLLUER PLUS !

Investir de cette manière permettrait aux compagnies d'augmenter leurs droits à polluer en s'enrichissant via des prises de participation dans des massifs forestiers. Elles pourraient augmenter le trafic et le justifier via le captage du carbone par les arbres. Dans le second cas, il s'agirait, pour ces compagnies, de financer des plantations nouvelles pour compenser les émissions de CO2 des avions. Dans les deux cas, la liberté des actuels habitants des forêts ­ dont le bilan carbone par individu est souvent insignifiant ­ serait réduite à peu de chose, via une multiplication des interdits.

La solution ? Taxer de plus en plus le charbon, les produits pétroliers et le gaz au départ des sites d'extraction.

Tous les systèmes de compensation de ce type mis en place jusqu'à présent ont débouché sur de telles dérives. Pour les faire fonctionner, on a créé des entreprises parasitaires qui captent l'essentiel des fonds dégagés dans des études qui ne débouchent sur aucun résultat sérieux. Si on veut vraiment réduire les émissions de gaz à effet de serre sur toute la planète, il faut deux séries de mesures simples. La première consisterait à taxer progressivement et de plus en plus lourdement le charbon, les produits pétroliers et le gaz au départ des sites d'extraction. On utiliserait l'argent de cette taxation pour fournir aux pays pauvres les 100 milliards de dollars par an dont ils ont besoin pour mettre en place une économie à faible bilan carbone.

On pourrait, parallèlement, taxer une seconde fois ces énergies fossiles dans les pays qui les consomment et utiliser le produit de cette taxe pour développer d'autres formes de transport, qui iraient du vélo au train en passant par des systèmes moins émetteurs de GES que nos millions de voitures individuelles en France. Il faudrait que cette taxe remplace progressivement celles que le gouvernement prélève déjà sur les produits pétroliers pour constituer le budget annuel de la nation. À charge pour l'État de trouver de nouvelles recettes en augmentant la TVA sur les produits de luxe, les emballages inutiles, la publicité envahissante qui pollue nos villes et nos écrans.

SUBVENTIONNER L'ISOLATION DE L'HABITAT

Du coup, le produit de la taxe prélevée sur les énergies fossiles consommées dans chaque pays servirait aussi à subventionner l'isolation de l'habitat en immeubles comme en maisons individuelles, permettant aussi de réduire les émissions de CO2. Ce serait à la fois créateur d'emplois et source d'économies pour les ménages, une fois les travaux réalisés. Ces mesures seraient plus efficaces que la mise en place des usines à gaz, que des cabinets d'affairistes ont récemment suggérée aux compagnies aériennes à Montréal.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011