Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 08:31

François Fillon, en pole position pour être candidat de la droite : victoire du candidat de l'extrême-droite des "Républicains"

 

Primaires de la droite :

4 millions de votants (pour un peu moins de 200 000 adhérents de l'UMP): un succès de participation...

François Fillon : 44,2 %

Alain Juppé : 28,4 %

Nicolas Sarkozy : 20,7 %

Nathalie Kosciusko- Morizet : 2,6 %

Bruno Le Maire ; 2,4 %

Jean-Fréderic Poisson : 1,5 %

Jean-François Copé : 0, 3 %

 

Primaire à droite. François Fillon: un ras-de-marée dans l'Ouest
http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/primaire-droite/primaire-droite-francois-fillon-un-ras-de-maree-dans-l-ouest-4624382

Morlaix. Primaire à droite : Fillon largement en tête
http://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/morlaix-primaire-a-droite-fillon-largement-en-tete-20-11-2016-11299487.php#JauY8VSGyUPOLcGX.99

 

L'électorat de droite a fait le choix d'une ligne ultra-droitière pour la bataille des présidentielles et la politique qui serait conduite dans les 5 ans à venir... Plus rien à voir avec les valeurs du catholicisme social ou du gaullisme. La droite à l'anglo-saxonne sans gant de velours, la droite qui tient la cravache et le fouet...

Certains retiennent l'élimination de Sarkozy du second tour des Primaires et son retrait de la vie politique. On ne peut que s'en réjouir en effet tant le bilan de son quinquennat était calamiteux et tant le personnage est connu comme cynique, vulgaire moralement, malhonnête, brutal, prêt à toutes les instrumentalisations.

Agnès Le Brun tente de camoufler dans le Télégramme du jour la défaite politique que représente pour elle les 17,5 % réalisés par Sarkozy, son champion dont elle était la porte-parole sur les questions d'éducation, à Morlaix (contre 45 % à Fillon, 31 % à Juppé) en parlant d'un rejet contre la personne et non contre le programme, se positionnant ainsi à droite toute derrière Fillon dans les nouvelles conditions du second tour pour essayer de peser quelque chose face à son rival de droite pour l'investiture des législatives, Maël de Calan, porte-parole de Juppé qui se voyait déjà sur les rails d'une grande carrière politique et qui doit être très déçu lui aussi.

« Pour moi, c'est forcément décevant de voir Nicolas Sarkozy finir troisième. C'est clairement un rejet de la personne car il avait un excellent programme. C'est difficile mais c'est un exercice démocratique qu'il faut respecter. Je remarque d'ailleurs que les électeurs se sont déplacés en masse. Cela dénote une vraie soif de démocratie et d'alternance, ainsi qu'une vraie volonté de voir partir François Hollande. Pour le deuxième tour, je voterai François Fillon. Il est de la même famille que Nicolas Sarkozy, celle qui rejette l'eau tiède et veut un programme fort et tranché ».

C'est on ne peut plus clair !

Fillon est un candidat sans véritable charisme, qui appartient très manifestement à la grande bourgeoisie et qui représente ouvertement ses intérêts.

C'est un candidat ultra-libéral qui se revendique ouvertement de l'héritage de Margaret Thatcher, propose de supprimer l'ISF, veut réduire de 110 milliards les dépenses publiques, supprimer 500 000 ou 600 000 postes de fonctionnaires, augmenter le taux de TVA de deux points, baisser l'impôt sur les sociétés, imposer de nouveaux allégements de charges sur les entreprises allant plus loin que le CICE, mettre au pas les syndicats en supprimant leurs "monopoles", allonger l'âge de départ minimal à la retraite à 65 ans, faire revenir le temps "normal" de travail à 39 heures tout en permettant aux entreprises de négocier pour faire travailler leurs salariés jusqu'au plafond européen de 48 heures.

Fillon était aussi le candidat de la Manif pour tous, des cathos intégristes, et de la droite ultra-conservatrice sur le plan des mœurs, partisane de la restauration d'un« ordre moral » indexé sur une prétendue nature et sur les valeurs chrétiennes traditionnelles. C'est aussi le candidat de la « fierté française », du refus de toute repentance vis-à-vis de l'esclavage, du colonialisme et de ses guerres, de la thématique identitaire, de la suprématie blanche et du révisionnisme historique.

En matière d'immigration, d'accueil des réfugiés, Fillon défend des positions de fermeture proches là aussi de l'extrême-droite.

En matière internationale, Fillon, comme Trump, est partisan d'une prétendue realpolitik d'un rapprochement avec la Russie qui soutient les mouvements d'extrême-droite, et avec Bachar-al-Assad, dont l'armée et les services de renseignement ont des pratiques dignes des nazis pour faire la guerre au peuple syrien.

Aujourd'hui, on ne peut qu'être très inquiet, si la victoire de Fillon se confirme au second tour des primaires de la droite, ce qui paraît inéluctable compte tenu de son avance, du soutien de Sarkozy, et du désengagement d'une partie des électeurs de centre-gauche qui ont voulu faire barrage à Sarkozy, sur l'issue d'un éventuel second tour entre François Fillon, ce représentant assumé de l'oligarchie et de la grande bourgeoisie, prêt à casser ce qu'il reste de conquêtes sociales et civilisationnelles en France, très minoritaire dans ses positionnements sociétaux inspirés par l’extrémisme de la droite chrétienne conservatrice, et Marine Le Pen, dont le programme apparaîtra, sinon plus à gauche, sur un plan économique et social, du moins moins défavorable aux intérêts des classes moyennes et populaires.

Qui aurait voter dans le peuple, chez les ouvriers et les employés, pour un esclavagiste pour faire barrage au Front National dans un réflexe de "front républicain" quand Marine Le Pen se réclame désormais elle aussi des valeurs républicaines en surface et apparaît beaucoup moins ultra-libérale que le candidat de droite?  

Juppé candidat de la droite et présent au second tour aurait eu à notre sens beaucoup plus de chance de battre largement Marine Le Pen en bénéficiant d'une partie du vote de l'électorat de gauche. Pour Fillon, les choses seraient bien moins facile.

En tout cas, il y a un impératif démocratique et social fondamental à tout mettre en œuvre parmi les gens et les dirigeants et les forces politiques attachés à une certaine idée de la France fondée sur l'égalité, la liberté, la fraternité, pour rendre possible l'accession d'un candidat de gauche au second tour afin d'éviter le scénario catastrophe hautement probable d'un second tour des présidentielles entre la droite extrême et l'extrême-droite.

Cela demande un esprit de responsabilité de la part des uns et des autres. Cela demande aussi que les socialistes comprennent qu'ils ne peuvent plus s'appuyer sur Valls et Hollande, et encore moins sur Macron, car c'est cette pseudo politique de gauche libérale autoritaire, présidentialiste monarchiste, sans le moindre cap de progrès social et de combat contre les féodalités économiques, qui nous conduit aujourd'hui au bord de l'abîme.

En tout cas, même si l'on peut avoir des doutes sur la capacité à réduire le nombre de candidats à gauche et à trouver et construire une candidature de gauche suffisamment collective et rassembleuse pour faire plus de 25 ou 30 % au second tour, nous sommes dans l'obligation morale aujourd'hui, au regard des valeurs auxquels nous sommes attachés, de tout mettre en œuvre pour éviter la catastrophe qui s'annonce.

Ismaël Dupont.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents